> EDUCATION PRIORITAIRE (Politique d’) > EDUC. PRIOR. Rapports officiels > EDUC. PRIOR. Rapports Depp, Insee > Éducation prioritaire. Une étude de la DEPP sur les panels 2007-2012 au (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Éducation prioritaire. Une étude de la DEPP sur les panels 2007-2012 au collège relativise les conclusions négatives d’autres études sur l’efficacité du dispositif (Education & Formations, déc. 2017)

16 décembre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Éducation prioritaire
Scolarité des élèves au collège de 2007 à 2012

Alexia Stéfanou

La politique d’éducation prioritaire a pour objectif de faire progresser les élèves dans les établissements les plus défavorisés. Le propos de cet article est, à partir des données du panel d’élèves du second degré initié par la DEPP à la rentrée 2007, de caractériser les élèves ayant été scolarisés en RAR (réseau ambition réussite) et d’analyser leur parcours.
Les élèves ayant effectué leur scolarité dans un collège en RAR cumulent les difficultés sociales et ont un niveau initial plus faible que les élèves n’ayant jamais été scolarisés en RAR. Cependant, leur parcours au collège ne diffère pas en termes de redoublement. C’est au moment de l’orientation en seconde et lors du parcours au lycée que des écarts apparaissent. Les collégiens de RAR s’orientent davantage dans le second cycle professionnel. Ils réussissent moins souvent le brevet des collèges.
En ce qui concerne les compétences en fin de collège, il y a de forts écarts entre les élèves ayant été scolarisés en RAR et les autres qui s’« expliquent » par les écarts en sixième et le milieu social.

Éducation prioritaire. Scolarité des élèves au collège de 2007 à 2012

EXTRAIT

CONCLUSION
[...] Quelle conclusion tirer de ces résultats ? Nous avons évoqué plus haut les deux raisons qui fondent l’éducation prioritaire : cibler les difficultés où elles se trouvent et tenir compte des effets délétères de la ségrégation sociale. Si seule la première raison existait, ces résultats, avec toute la prudence que l’on doit conserver du fait de leur caractère descriptif, seraient assez décevants. Malgré des moyens supplémentaires, les élèves de RAR ne progressent pas plus que les élèves hors éducation prioritaire au collège et ne peuvent pas rattraper le retard important qui existe à l’entrée en sixième.

Cependant, nos résultats montrent aussi que les écarts ne se creusent pas sensiblement. En d’autres termes, les dispositifs d’éducation prioritaire semblent parvenir à contenir l’effet de la très forte concentration de difficultés
sociales, qui selon les travaux du Cnesco [Garrouste et Prost, 2016], devrait provoquer une forte dégradation des performances dans ces établissements.

Par ailleurs, ces modèles montrent l’importance du niveau de compétences au début du collège dans la suite de la scolarité. Importance à la fois en termes d’ampleur des écarts et en termes d’influence sur la suite de la scolarité. Cela justifie une action particulièrement forte en faveur des établissements en éducation prioritaire, dès le primaire, si l’on souhaite véritablement améliorer la situation.

Extrait de education.gouv.fr de décembre 2017 Les panels d’élèves de la Depp, source essentielle pour connaître et évaluer le système éducatif

 

Sur le site OZP,
voir aussi d’autres articles de cet important numéro

Le changement de collège concerne davantage les milieux défavorisés mais ne profite guère aux élèves faibles (Education & Formations, déc. 2017)

Deux études des panels DEPP en collège sur la mixité sociale ou ethnique : - La concentration d’élèves d’origine étrangère - Qui choisit l’école privée et pour quels résultats scolaires ? (Education & Formations, déc. 2017)

Répondre à cet article