> II- EDUCATION PRIORITAIRE (Politique. d’) : Types de documents et Pilotage > EDUC. PRIOR. TYPES DE DOCUMENTS > Educ. prior. (Rapports officiels) > Educ. prior. Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq, Injep, observatoires... > Evaluations point d’étape à mi-CP 2022-23 : les écarts se réduisent en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Evaluations point d’étape à mi-CP 2022-23 : les écarts se réduisent en 2023, essentiellement au profit des élèves de REP+ (Depp)

3 juillet 2023

Évaluations point d’étape à mi-CP 2022-2023. En français, les élèves reviennent au niveau de 2020 alors qu’en mathématiques ils le dépassent

Note d’Information Depp, n° 23.30, juin 2023

En janvier 2023, l’ensemble des élèves de CP ont été évalués en français et en mathématiques. Ce point d’étape, en milieu d’année scolaire, permet de mesurer l’évolution des acquis des élèves dans certains domaines de la lecture, de l’écriture et de la numération. En 2023, à mi-CP, les trois quarts des élèves sont correctement entrés dans la lecture. En mathématiques, la résolution de problèmes demeure le domaine pour lequel le niveau de maîtrise est le moins affirmé. Entre 2021 et 2023, on constate une baisse des résultats pour quatre des huit domaines en français et une stabilité pour les autres. Dans la plupart des domaines, la réussite des élèves retrouve un niveau comparable à 2020. En mathématiques, les résultats sont supérieurs à 2021 dans deux des quatre domaines comparables, alors qu’ils sont stables dans les deux autres. La réussite des élèves est en progrès par rapport à 2020 dans trois domaines sur quatre.
Comme lors des précédentes évaluations, on constate des différences importantes selon les secteurs de scolarisation. Mais après une hausse entre 2020 et 2021, « ces écarts se réduisent en 2023, essentiellement au profit des élèves de REP+ ». Enfin, les filles présentent des performances plus assurées dans les différents domaines évalués en français. Ce n’est pas le cas en mathématiques où, contrairement au début de CP, les garçons affichent de meilleurs résultats.

Extrait de education.gouv.fr de juin 2023

[…] Des réussites toujours hétérogènes selon les secteurs de scolarisation
Comme lors des précédentes évaluations à mi-CP en français, des différences importantes sont constatées en fonction des compétences testées et du secteur de scolarisation des élèves (écoles REP+, REP, publiques hors EP ou privées). En général, les élèves accueillis dans le secteur privé ont une meilleure maîtrise que les élèves du secteur public. Dans le secteur public, les élèves des écoles d’éducation prioritaire ont une maîtrise moins affirmée pour l’ensemble des domaines évalués en français. L’écart le plus important concerne la compréhension orale. Pour l’exercice « comprendre des phrases lues par l’enseignant », il y a 23,3 points de différence entre les proportions d’élèves de REP+ et ceux du public hors EP présentant une maîtrise satisfaisante (au-dessus du seuil 2) (voir « Pour en savoir plus » – figure 5). Pour la lecture, les écarts entre REP+ et public hors EP sont moins élevés (respectivement 11 points et 12,2 points pour la lecture à voix haute de mots et de texte). C’est également le cas pour l’écriture de syllabes ou de mots dictés (respectivement 8,8 et 9,8 points), le principe alphabétique (connaissance des lettres et des sons associés) et la conscience phonologique (respectivement 6,2 et 9,7 points d’écart). En mathématiques aussi, on observe des écarts de performances selon le secteur de scolarisation. Les exercices pour lesquels les écarts sont les plus faibles sont les suivants : « écrire des nombres » et « comparer des nombres » avec respectivement 5,4 et 7,2 points de différence entre REP+ et public hors EP. Les écarts apparaissent plus nettement pour les exercices de soustraction (14,4 points) et de résolution de problèmes (16,5 points) (voir « Pour en savoir plus » – figure 6).

Réduction des écarts selon le secteur de scolarisation
Entre 2020 et 2021, on avait observé une augmentation des écarts de performances à mi-CP entre les élèves accueillis dans une école de l’EP et ceux accueillis dans une école du secteur public hors EP.
Entre 2021 et 2023, on constate une réduction de ces écarts supérieure à 0,5 point dans 7 des 12 domaines comparables en français et en mathématiques. Dans les cinq autres domaines, les écarts peuvent être considérés comme stables æfigures 7 et 8. Cette réduction des écarts entre 2021 et 2023 est portée par les élèves de REP+ pour qui elle est supérieure à 1 point dans sept domaines sur huit en français : « connaître le nom des lettres et le son qu’elles produisent », « écrire des mots dictés », « écrire des syllabes dictées », « lire à voix haute un texte », « comprendre des phrases lues seul(e) », « manipuler des phonèmes » et « lire à voix haute des mots ». Cette réduction des écarts est supérieure ou égale à 2 points dans trois domaines sur quatre en mathématiques : « écrire des nombres », « additionner » et « soustraire ».
Au total, après la forte hausse entre 2020 et 2021, les écarts de performances entre les élèves accueillis dans une école de REP+ et ceux accueillis dans une école du secteur public hors éducation prioritaire reviennent ainsi à des niveaux inférieurs à ceux observés en 2020, avant la crise sanitaire, dans tous les domaines évalués en mathématiques. En français, les écarts de performances reviennent à des niveaux équivalents à ceux de 2020 sauf en écriture de mots où on constate une légère hausse (+ 0,7 point).

Répondre à cet article