> 5 - EDUCATION PRIOR. > TYPE DE DOCUMENT > RAPPORT OFFICIEL (6 SR) > Rapport statistique : Depp, Insee, Cereq > Le changement de collège concerne davantage les milieux défavorisés mais ne (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le changement de collège concerne davantage les milieux défavorisés mais ne profite guère aux élèves faibles (Education & Formations, déc. 2017)

20 décembre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le changement d’établissement au collège
Quel effet sur l’évolution des résultats scolaires ?

Claudine Pirus
MEN-DEPP, bureau des études statistiques sur les élèves

La mobilité scolaire au collège est une thématique qui fait l’objet, depuis plusieurs décennies, de nombreuses recherches dans les pays anglo-saxons. En France, elle a, jusqu’à maintenant, peu intéressé le monde de l’éducation. Les panels mis en place par la DEPP représentent une ressource statistique très riche pour mesurer non seulement la mobilité scolaire, mais aussi en comprendre les raisons et les effets.

À partir du panel d’élèves du secondaire entrés pour la première fois en sixième en 2007, le présent article étudie les causes du changement d’établissement au cours du collège et son impact sur le parcours scolaire des collégiens. Après avoir expliqué les raisons qui motivent les familles à changer leur enfant de collège, nous mesurons ainsi les effets sur le niveau scolaire des élèves en fin de collège. Nous utilisons, ce faisant, l’appariement sur le score de propension. Cette méthode a l’avantage de permettre la comparaison des élèves qui connaissent une mobilité scolaire à ceux qui n’en connaissent pas, en contrôlant leurs profils scolaire et social. Il en ressort que la mobilité scolaire aurait un effet négatif significatif pour les élèves faibles scolairement en sixième ainsi que pour les élèves ayant un bon niveau, mais de manière moins marqué

Extrait de education.gouv.fr de décembre 2017 : Le changement d’établissement au collège. Quel effet sur l’évolution des résultats scolaires ?

 

EXTRAIT
[...]e. Alors que la composition sociale est le facteur explicatif qui prime dans le modèle linéaire relatif au secteur public, dans le modèle privé, la mobilité a la part de variance expliquée la plus élevée. Plus la mobilité est importante, plus la note au DNB est faible. Selon les auteurs, cette différence entre les deux secteurs serait due
aux disparités sociales, moins marquées au sein d’un même collège privé. Certains collèges privés sont spécialisés dans l’accueil des élèves les plus faibles ou inversement acceptent majoritairement des élèves forts scolairement, ce qui entraîne un turnover important.
Quant à l’étude de Ben Ayed [2011], réalisée à partir du panel 1995, elle met en relation les trajectoires scolaires et le choix de l’école. L’auteur note que les trajectoires scolaires sans heurt se retrouvent plus fréquemment chez les élèves intégrant leur collège de secteur.

[...] Le contexte scolaire appréhendé par le secteur de scolarisation et la composition sociale du collège influe également sur la mobilité scolaire : celle-ci est plus fréquente lorsque l’élève était scolarisé en sixième dans le secteur privé (26 % contre 21 % dans le secteur public) et en réseau ambition réussite (26 % contre 22 % hors Réseaux ambition réussite − RAR). En revanche, la mobilité dépend moins de la composition sociale de l’établissement : 17 % des élèves scolarisés en sixième dans un collège très favorisé changent d’établissement contre 20 % en moyenne pour les autres élèves.

[...] . Pour expliquer la relative faiblesse de cet écart, nous pouvons émettre l’hypothèse que le premier quartile comprend les élèves qui répondent le mieux aux caractéristiques des élèves mobiles présentées dans la première partie de l’étude : des élèves faibles scolairement, issus plus fréquemment d’un milieu défavorisé et dont les parents sont moins souvent diplômés.

 

Le motif du changement de collège est majoritairement le déménagement (34%) suivi du manque de discipline dans le collège (22%) et du manque d’aide aux élèves (18%) ou encore le niveau trop faible du collège (9%).

Les élèves qui changent de collège sont marqués par l’origine sociale : "les changements d’établissement sont plus fréquents chez les élèves issus de milieux défavorisés et fragiles scolairement. " Le taux de mobilité est de 18 % pour les enfants de professeurs et de 14 % pour les professions libérales (contre 24 % pour les ouvriers et 26 % pour les employés". La mobilité est aussi plus fréquente dans les familles monoparentales ou recomposées.

Extrait de cafepedagogique.net du 20.12.17 : Changer son enfant de collège : Une opération à risque

 

Sur le site OZP,
voir aussi d’autres articles de cet important numéro

Éducation prioritaire. Une étude de la DEPP sur les panels 2007-2012 au collège relativise les conclusions négatives d’autres études sur l’efficacité du dispositif (Education & Formations, déc. 2017)

Deux études des panels DEPP en collège sur la mixité sociale ou ethnique : - La concentration d’élèves d’origine étrangère - Qui choisit l’école privée et pour quels résultats scolaires ? (Education & Formations, déc. 2017)

Répondre à cet article