> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS LOCALES par niveau et discipline/ > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Actions autres ou interdisciplinaires) > B* Les échanges vidéos avec des élèves en Colombie et le (difficile) (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Les échanges vidéos avec des élèves en Colombie et le (difficile) développement des compétences psychosociales dans un REP+ à Clichy-sous-Bois (Observatoire des pratiques en éducation prioritaire)

14 novembre 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Échanges vidéos et développement des compétences psychosociales : le projet « Détours Atajos »

2016-2017 : une banlieue de Paris, Clichy-sous-Bois ; une banlieue de Bogota en Colombie, Ciudad Bolivar ; deux espaces défavorisés et enclavés, objets de rénovation urbaine ; deux lieux de vie pour des adolescents qui prennent conscience d’eux-mêmes et des autres en nouant un dialogue par l’échange de vidéos.

C’est le projet Détours Atajos, promu par deux professeurs en REP+, un artiste visuel et une architecte colombiens. À Clichy, c’est une classe de 4ème en REP+ qui s’engage.

Voie urbaine à Ciudad Bolivar, choisie par les jeunes Colombiens (extraite du film Détours Atajos)

Le projet reçoit notamment le soutien de l’Institut français. Les élèves réalisent un film projeté au collège le 27 juin 2017.

En 2017-2018, les mêmes collégiens préparent leur voyage en Colombie. Ils en reviennent le 4 mai 2018.

Le projet et ses objectifs sont ambitieux :
Le projet

Il crée les conditions d’un développement des compétences psychosociales des élèves

Cependant, le film ne montre pas les difficultés de réalisation ni les débats qui l’ont accompagnée.

Les élèves ont dû surmonter leur « honte » de ce qu’ils sont, leur difficulté à « dire pourquoi quelque chose leur plaît ». Il a fallu « mettre des mots, casser la pudeur », dit leur enseignant. Ils sont parvenus à parler d’eux avec du temps, et faire confiance aux artistes partenaires. Les collégiens ont « ont tenu la caméra, se sont filmés », non sans réticence. Finalement cinq ou six sur vingt-deux apparaissent le visage flouté dans le film. « Quand ça bloquait, c’était les enfants », dit l’enseignant qui a toujours reçu le soutien des parents.

La réalisation des vidéos à destination des Colombiens a pris beaucoup de temps.

Scène de tournage à Clichy-sous-Bois : prendre conscience de soi, savoir gérer son stress, avoir une pensée créative et critique

Les élèves avaient beaucoup à dire, à découvrir sur eux-mêmes, sur les anciens, qui témoignaient de l’utopie urbaine manquée à Clichy.
Clichy-sous-Bois dans les années 1960 : une utopie urbaine manquée

Ils ont pris conscience de leur propre relation au territoire en imaginant, avec joie, parfois avec crainte, leur ville future, intégrée aux aménagements du Grand Paris.

Espace vécu : la représentation d’un jeune Clichois (image extraite du film « Détours Atajos »)

Les échanges ont été réduits avec les Colombiens. Ces derniers ont répondu aux vidéos des Français et posé leurs questions en mars 2017 seulement.

La « découverte de l’Autre », les questions des Colombiens ont parfois été douloureuses.

La question d’une jeune Colombienne
Une question qui dérange (image extraite du film « Détours Atajos »)

Les élèves français ont ressenti la question, naïve et saine en Colombie, comme « raciste ». Mais ils ont pu comprendre, répondre, et expliquer que « la France n’est pas que la France métropolitaine ». « Ils ont parlé histoire et immigration », dit leur professeur d’histoire. Ils ont découvert d’autres passés, d’autres enjeux. L’empathie est apparue.
Souvenir d’une lutte sociale, sur un mur de Ciudad Bolivar (image extraite du film "Détours Atajos")
L’aspiration d’un jeune Colombien (image extraite du film "Détours Atajos")

Chacun a progressé, dans ses « capacités à exprimer son moi, ses émotions, ses sentiments » pour acquérir une « une relation apaisée au monde », que les enseignants voient perdurer cette année.

Observateurs : Mme Gabrielle GROSCLAUDE, M. François-Régis GUILLAUME, Mme Sophie MAISSIN, Mme Martine AMABLE.

Extrait de educationartistiqueetculturelleeneducationprioritaire.wordpress.com du 19.10.18 : Échanges vidéos et développement des compétences psychosociales : le projet « Détours Atajos »

Répondre à cet article