> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > TYPE DE DOCUMENT > RAPPORT OFFICIEL > Rapport statistique : Depp, Insee, Cereq > 3 Notes de la DEPP (sept. 2017) sur les langues vivantes : avec leur (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

3 Notes de la DEPP (sept. 2017) sur les langues vivantes : avec leur extension, l’écart entre écoles et collèges socialement favorisés ou défavorisés tend à croître (ToutEduc)

2 octobre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Anglais, allemand, espagnol : quelles évolutions du niveau avec l’extension des apprentissages ?

L’enseignement précoce des langues permet-il d’améliorer le niveau ? La question se pose après la publication par l’Education nationale de trois notes d’information relatives aux évaluations dans le cadre du dispositif CEDRE (cycle des évaluations disciplinaires réalisées sur échantillon) du niveau des élèves de CM2 et de 3ème en anglais et en allemand, en espagnol pour les élèves de 3ème. A chaque fois, la DEPP (le service statistique de l’Education nationale) constate que si la proportion d’élèves faibles diminue, c’est aussi le cas de celle des élèves les plus performants, au profit de résultats moyens, que l’écart entre les filles et les garçons reste stable, à l’avantage des filles, et que l’écart entre écoles et collèges socialement favorisés ou défavorisés tend à croître.

En ce qui concerne l’anglais, la quasi totalité des élèves qui l’apprennent au CM2 ont commencé au moins en CE2, et "quasiment la moitié d’entre eux" au CP, ce qui n’était le cas que de 18 % en 2010 et de 9 % en 2004. Or "le niveau des acquis des élèves de CM2 est globalement stable depuis six ans (...) après une période de forte progression (2004-2010) (...) Le nombre d’élèves en grande difficulté diminue, tout comme celui des élèves les plus performants" et les élèves "sont un peu moins nombreux qu’en 2010 à maîtriser les compétences plus complexes" tandis que "l’écart de niveau entre les élèves des écoles les plus favorisées socialement et ceux des écoles les plus défavorisées augmente en douze ans".

En 3ème en revanche, "on constate une nette progression des taux de réussite globale" en compréhension de l’oral et de l’écrit, mais une baisse des performances dans la compétence "rédiger des textes articulés et nuancés". Les filles réalisent de meilleures performances que les garçons et "l’écart de niveau entre les élèves des collèges les plus favorisés socialement et ceux des collèges les plus défavorisés augmente depuis 2004", on constate aussi "une augmentation de l’hétérogénéité à l’intérieur de chaque groupe de collèges".

En allemand, les proportions d’élèves de CM2 ayant bénéficié de trois années d’enseignement, voire de cinq sont très proches de celles observées pour l’anglais, et de même, "en compréhension de l’écrit, comme en compréhension de l’oral, les résultats sont stables, tout comme la dispersion des scores (...) Les différences de niveaux restent très marquées par le profil social de l’école dans laquelle des élèves sont scolarisés."

En 3ème, on constate de même "un resserrement vers les groupes intermédiaires", mais "cette évolution montre que pratiquement tous les élèves ont acquis en compréhension de l’oral des connaissances et des compétences de base qu’ils mobilisent de façon pertinente" et les résultats en compréhension de l’écrit sont en nette progression avec davantage d’élèves dans les groupes de haut niveau et une baisse importante (8 points) de la proportion d’élèves les plus faibles.

En espagnol, le score moyen obtenu en compréhension de l’oral est stable mais si le groupe des élèves les moins performants "diminue de manière significative", c’est aussi le cas des plus forts. "Un plus grand nombre d’élèves a donc sans doute acquis davantage de connaissances et de compétences de base qu’ils savent mobiliser à bon escient. Ils sont en revanche moins nombreux à savoir mettre en œuvre des compétences plus complexes pour construire du sens (...) En compréhension de l’oral comme de l’écrit, les différences de niveaux atteints demeurent très liées au profil social du collège fréquenté."

Télécharger les trois enquêtes :

Compétences en langues étrangères en fin d’école et de collège : évolutions CEDRE 2004-2010-2016

Espagnol et allemand en fin de collège : des progrès à l’écrit, une stabilité à l’oral
Compétences en anglais en fin de collège : en 2016, les élèves sont plus performants en compréhension
Anglais et allemand en fin d’école : après une forte progression, des résultats désormais stabilisés

Extrait de touteduc.fr du 28.09.17 : Anglais, allemand, espagnol : quelles évolutions du niveau avec l’extension des apprentissages ?

Répondre à cet article