> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > TYPE DE DOCUMENT > RAPPORT OFFICIEL > Rapport de Ministère ou de Commission > Les objectifs du MEN dans les REP+ du primaire d’après le "bleu budgétaire" (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les objectifs du MEN dans les REP+ du primaire d’après le "bleu budgétaire" (le Café et ToutEduc)

4 octobre 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Primaire : Les gains extraordinaires de JM Blanquer

On se rappelle la formule de JM Blanquer sur les évaluations devant la Commission de l’éducation de l’Assemblée le 2 octobre : " les évaluations permettent que 100% des classes aient 100% des repères pour 100% de réussite". Elle ramène cette fois tous les professeurs des écoles à l’objectif de 100% de réussite donné aux enseignants des classes dédoublées. Cette injonction a une traduction législative. Dans les documents du projet de loi de finances que le ministère vient de produire, le texte sur l’enseignement primaire fixe les objectifs du ministre. Ainsi en 2020 89% des élèves de Ce2 seront capables de "comprendre , s’exprimer en utilisant la langue française à l’oral et à l’écrit". C’est 10% de plus que ce qui a été constaté en 2017. En Rep on va passer, promet JM Blanquer, de 68 à 85% (+17%) en seulement 3 ans et en Rep+ de 60 à 80. Même progressions en maths (comprendre s’exprimer en utilisant les langages mathématiques, scientifiques et informatiques). Grâce à JM BLanquer on va passer de 58 à 80% de réussite en Rep+, et de 80 à 90% hors rep d’ici à 2020. Des chiffres à faire rougir le Gosplan...

Les documents budgétaires

Extrait de cafepedagogique.net du 04.10.18 : Primaire : Les gains extraordinaires de JM Blanquer

 

Les ambitions de l’Education nationale (selon le "bleu budgétaire")
Les "bleus budgétaires" annexés au projet de loi de finances 2019 viennent d’être publiés. Celui de la mission "enseignement scolaire" donne des éléments d’information sur les ambitions du ministère de l’Education nationale.

En ce qui concerne le niveau des élèves, les proportions d’élèves capables de "comprendre, s’exprimer en utilisant la langue française à l’oral et à l’écrit" en fin de CE2 devrait augmenter de 10 points et passer de 79 % en 2017 à 89 % en 2020 pour l’ensemble de l’enseignement public et de 87 à 97 % dans le privé. En REP+, le progrès serait de 20 points, et le taux passerait de 60 à 80 % en REP +.

Les proportions d’élèves qui, en fin de CE2, comprennent et peuvent s’exprimer "en utilisant les langages mathématiques, scientifiques et informatiques" passerait de 77 % à 89 % dans le public, de 84 à 95 % dans le privé et, en REP+, de 68 % à 80 %.

Ces ambitions sont justifiées par les dédoublements de classe en CP et CE1 conjugués au "renforcement de la formation continue, de l’accompagnement et du travail collectif des enseignants de REP+, des évaluations nationales mises en place depuis la rentrée 2017 à différents niveaux de la scolarité élémentaire, de la redéfinition du socle commun, des cycles et des programmes d’enseignement (....)".

Le ministère affiche également ses ambitions en termes de réduction du nombre des élèves par classe en REP+ comparé au nombre des élèves hors éducation prioritaire, qui devrait passer de - 1,5 élèves en 2016 à - 5,5 en 2020 (le document ne différencie pas les nombres d’élèves en CP - CE1, dédoublés, et dans les autres classes).

Sur le décrochage, l’Education nationale a également des ambitions fortes puisque la "proportion de jeunes âgés de 18 à 24 ans ne possédant ni CAP, ni BEP, ni diplôme plus élevé et qui ne poursuivent ni études, ni formation passerait de 9 % l’an dernier à 6 % en 2020.

Le taux d’accès des élèves de 2nde GT au baccalauréat passerait de 91 % à 95 %.

Le taux d’accès au CAP des élèves de première année de CAP passerait, pour ceux qui sont en lycée, de près de 73 % à 76 % (en 2020) et pour ceux qui sont en apprentissage de 62 à 66 %. Les taux d’accès au baccalauréat professionnel des élèves de seconde professionnelle passerait, pour la voie scolaire de 68 % à 74 % et pour les apprentis de 54 % à 56 %.

Le taux de poursuite des bacheliers professionnels vers un BTS passerait de 27 % à 35 % (le taux de poursuite des bacheliers dans l’enseignement supérieur passerait de 80 à 86 %).

Les ambitions du ministère portent aussi sur les remplacements. C’est ainsi que dans le second degré, le pourcentage d’heures d’enseignement non assurées serait diminué de moitié (pour indisponibilité des locaux, de 2,9 % à 1,6 %, pour non remplacement d’enseignants absents, de 2,4 à 1,5 %).

Autre domaine où le ministère affiche des ambitions fortes, la proportion d’élèves des écoles en éducation prioritaire ayant bénéficié d’une visite médicale dans leur 6ème année qui passerait de 44,5 % en 2016 à 95 %.

Les "bleus" sont téléchargeables ici

Extrait de touteduc.fr du 03.10.18 : http://www.touteduc.fr/fr/abonnes/a...

Répondre à cet article