> 6 - DISPOSITIF > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, pauvreté, rythmes, santé) > DECROCHAGE > Ecoles deuxième chance (E2C), EPIDE, Service Civique > Ecoles de la deuxième chance : résultats financiers et perspectives de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Ecoles de la deuxième chance : résultats financiers et perspectives de développement (communiqué des E2C, septembre 2017))

30 octobre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Se développer pour accompagner plus de jeunes en difficultés :
Résultats financiers des E2C et perspectives de développement

Avec ses 118 sites-Écoles, le Réseau des Écoles de la 2e Chance (E2C), rend public ses grands indicateurs financiers 2016 : l’activité représente un total de 78,4 M d’€, dont 83 % apportées par les Régions, l’Etat, l’Europe et les Collectivités. La Taxe d’Apprentissage, pour sa part, représente 5,5 % des produits perçus par les Écoles. Résultats financiers des E2C et perspectives de développement

La participation des financeurs historiques évolue
L’évolution des contributions des principaux financeurs conduit à s’interroger sur la pérennité de la structuration des financements des E2C. Sur les dernières années, en effet, plusieurs constats :
- La participation des Régions, acteurs majeurs et déterminants des E2C, poursuit sa baisse déjà observée entre 2014 et 2015 (hors rémunération des stagiaires). Celle-ci a diminué d’1 M d’€ entre 2015 et 2016 et représente 31,5 % du budget total des E2C (contre 33 % en 2015) ;
- L’apport global de l’État était de 21,9 M d’€ en 2016 (27,9 % du budget) contre 22,3 M d’€ en 2015 (29 % du budget) ;
- Le financement par les Collectivités Territoriales et Locales régresse significativement : 16 M d’€ en 2009, 10,1 M d’€ en 2014 et 9,2 M d’€ en 2016.

Des coûts qui restent maîtrisés
Référence de base de la circulaire de 2009 sur le développement des E2C, le coût par jeune accueilli (résultat du totaldes charges hors exceptionnelles sur lenombre total de jeunes accueillis) estbremarquablement stable depuis 2009 :5 119 € (référence 5 300 € en 2009).
Le coût par jeune entrant, qui provient du total des charges sur les nouveaux stagiaires entrants du 1er janvier au 31 décembre de l’année, a également peu évolué par rapport aux années précédentes. Il est de 7 311 € (7 237 € en 2014 et 7 458€ en 2015).

Des coûts qui restent maîtrisés
Référence de base de la circulaire de2009 sur le développement des E2C, lecoût par jeune accueilli (résultat du totaldes charges hors exceptionnelles sur lenombre total de jeunes accueillis) estremarquablement stable depuis 2009 :5 119 € (référence 5 300 € en 2009).
Le coût par jeune entrant, qui provient du total des charges sur les nouveaux stagiaires entrants du 1er janvier au 31 décembre d el’année, a également peu évolué par rapport aux années précédentes. Il est de 7 311 € (7 237 € en 2014 et 7 458€ en 2015).

Les perspectives de développement restent pourtant significatives
Malgré une baisse tendancielle des financeurs principaux, les projets de création d’E2C restent néanmoins significatifs. À ce jour, il existe 118 sites-Écoles répartis en métropole et outre-mer dont 8 nouveaux sites ouverts depuis octobre 2016 : Bergerac (Nouvelle Aquitaine), Toulon et Fréjus (PACA), Laval (Pays de Loire), Lyon (AURA), Hérouville Saint-Clair (Normandie), Fourmies (Hauts-de-France) et au Moule (Guadeloupe).

Rappelons qu’entre 2014 et aujourd’hui, le nombre de sites-Écoles est passé de 107 à 118 avec près de 15 000 stagiaires accueillis et accompagnés chaque année. En 2016, le taux de sorties positives des stagiaires après accompagnement post-formation a été de 62%.
Pour accentuer l’accompagnement des jeunes en situation de décrochage scolaire, Alexandre SCHAJER, Président du Réseau E2C France, fait plusieurs propositions : « Pérenniser la structure de financement des E2Cen analogie avec les dispositions conventionnelles de l’alternance ; clarifier les zones de « concurrence » entre les dispositifs ; et définir les conditions de l’essaimage des E2C sur tout le territoire national pour offrir l’égalité d’accès et de droit à une deuxième chance aux 25 000 jeunes adultes qui sont potentiellement concernés. »

Le communiqué du Réseau des écoles de la deuxième chance

Répondre à cet article