> 10 - AGENDA > Archives Agenda 2012 > Le mercredi 11 Janvier 2012 en matinée à Paris, conférence organisée par (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le mercredi 11 Janvier 2012 en matinée à Paris, conférence organisée par l’académie de Paris : Harcèlement et cyber-harcèlement à l’école (avec Eric Debarbieux, qui démonte l’amalgame "harcèlement/ZEP)"

9 décembre 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

La prévention et la lutte contre le harcèlement à l’École constitue aujourd’hui une priorité nationale et académique. Comment identifier les situations de harcèlement ? Comment les prévenir ? Comment les traiter ?
Mercredi 11 Janvier 2012 de 9h00-13h00 au lycée Henri IV aura lieu la conférence "Harcèlement et cyber harcèlement à l’école".

Les personnels de direction, les CPE, les personnels infirmiers et assistants sociaux, les médecins, les directeurs d’école trouveront des réponses à ces questions au cours de cette matinée d’information et d’échanges avec Eric Debarbieux (président Conseil scientifique des états généraux de la sécurité à l’école), Nicole Catheline (pédopsychiatre au CH de Poitiers), Catherine Blaya (observatoire européen de la violence scolaire).

En ouverture, extrait du film Kenny, réalisé et joué par des élèves du lycée Claude Bernard à Paris.

Programme de la Conférence

Extrait du site de l’académie de Paris le 05.12.2011 : Prévenir et lutter contre le harcèlement à l’École

 

Reportage sur le tournage du film Kenny
Voir aussi

 

Note du QdZ : Rappelons que dans sa dernière enquête, Eric Debarbieux, qui interviendra lors de cette séance, soulignait que les phénomènes du harcèlement et du cyber-harcèlement n’étaient pas spécifiques aux ZEP ni aux zones urbaines : "Il n’empêche que, pour les violences ordinaires liées au harcèlement, le phénomène apparaît largement transsocial et n’est pas réservé à une catégorie d’établissements et de zones urbaines. C’est certainement vrai avec le développement de la cyberviolence [happyslapping, moquerie ou harcèlement sur Internet et par SMS qui semble concerner environ 9% des élèves.]"

Répondre à cet article