> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS LOCALES par niveau et discipline/ > Actions locales A L’ECOLE > Ecole (Travail et Evaluation par compétences) > B* "Zambroculture et Zambronumérique. 2014", travail pluridisciplinaire axé (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* "Zambroculture et Zambronumérique. 2014", travail pluridisciplinaire axé sur le socle commun dans une école ECLAIR à La Réunion (Journées de l’innovation 2014)

16 décembre 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

Ecole [ECLAIR] Henri Lapierre : Zambroculture. 2014
Expérimentation art.34

Ecole élémentaire Henri Lapierre
107 avenue du Docteur Raymond Vergès, 97450 Saint-Louis
Groupe ZAMBRO TEAM sur RESPIRE
Auteur : Stéphanie RAHERINA, Sabrina ZAKARI, Marie-Claude MARTI,
Mél : ce.9740280L@ac-reunion.fr

Zambrocal : riz épicé de la Réunion. Culture : en philosophie, désigne ce qui est commun à un groupe d’individus, ce qui le soude. Zambroculture est un projet pluridisciplinaire axé sur la mise en œuvre du socle commun. Le postulat de départ est que l’accès à la culture peut amener à un meilleur comportement d’élève par une revalorisation de soi. L’objectif est de réduire les inégalités des chances en développant la connaissance culturelle, la pratique artistique, la curiosité scientifique et technologique. Du côté des enseignants c’est aussi un projet qui vise une mutualisation des pratiques et un renforcement du travail en équipe.

Plus-value de l’action
Depuis quelques années, Zambroculture est en cours dans l’école, et nous avons pu constater qu’une grande partie des défis de départ (favoriser la motivation des élèves, améliorer l’estime de soi, dynamiser les liens entre les enseignants, réduire les inégalités des chances...) ont été relevés. Ce dispositif, adaptable à différentes écoles, enrichit et renforce les liens existants entre la communauté éducative, les élèves et leurs parents. Ainsi chacun a pu progresser en vivant et en apprenant ensemble. Nous sommes cependant persuadés qu’une amélioration des moyens (financiers, numériques, partenariats) reste nécessaire pour une réussite optimale.

Nombre d’élèves et niveaux concernés
2009/ 2010 : cycle 3 : 25 élèves de CM2, 24 élèves de CE2/CM1, 11 élèves de CLIS 1, 6 élèves suivis E. 2011/2012 : Cycle 2 : 50 élèves de CP, 50 élèves de CE1, 18 élèves de CLIS 1, 5 élèves suivis E. Cycle 3 : 65 élèves de CM2, 24 élèves de CE2/CM1, 26 élèves de CM1. 2012/2013 : Cycle 2 : 60 élèves de CP, 50 élèves de CE1, 15 élèves de CLIS 1, 6 élèves suivis E. Cycle 3 : 50 élèves de CM2, 31 élèves de CE2, 66 élèves de CM1.

A l’origine
- De nombreux dispositifs culturels dans l’école sans lien réel entre eux,
- Un tiers des élèves de l’école en grande difficulté scolaire, création d’un poste E sédentarisé,
- Présence de deux CLIS 1 avec une volonté d’inclusion collective,
- Absence d’ouverture culturelle dans la ville (pas de bibliothèque, ni de musée.) ainsi que dans les familles (peu de parents travaillent, esprit communautariste).

Objectifs poursuivis
- Faire vivre le socle commun en donnant du sens aux apprentissages, en créant des liens entre les disciplines,
- Donner aux élèves des possibilités de transférer et réinvestir leurs compétences,
- Améliorer l’estime de soi en développant des habiletés manuelles, technologiques, scientifiques et artistiques,
- Travailler différemment (thèmes, supports, modalités de décloisonnements et d’organisation pédagogique),
- Accompagner chaque élève dans son parcours d’excellence.

Description
Le dispositif comprend 2 actions différentes, les binômes de compétences et les ateliers d’éducation créatrice, qui se positionnent chacune sur une demi-journée de la semaine sur une ou plusieurs périodes.

Modalité de mise en œuvre
- Les binômes de compétences : plusieurs enseignants se regroupent pour travailler sur un seul et même thème. Des binômes se forment ensuite pour co-construire et co-animer les séquences. Le thème est décliné dans différents domaines qui correspondent soit à des compétences particulières des enseignants soit à l’inverse, à des compétences qu’ils souhaitent travailler parce qu’ils ne les maîtrisent pas assez.
- Les ateliers d’éducation créatrice : décloisonnement de l’école par groupe de quatre classes de cycle et de niveau différents sur des ateliers d’éducation créatrice (jeu de peindre, drôles de maison, musique illustrée, jeux de forme et jeux de mot). Cette année sont prévus également des ateliers jeux culturels mathématiques pour le CP.

Trois ressources ou points d’appui
- L’appui sur les compétences particulières et exceptionnelles de chacun des enseignants,
- Les ancrages culturels apportés par des intervenants artistiques professionnels,
- L’utilisation d’un outil de e-partage de documents : Dropbox.

Difficultés rencontrées
- Manque crucial de moyens financiers pour les sorties culturelles, scientifiques, les intervenants, le matériel ainsi que le manque de moyens numériques pour les séances en grands groupes : tableau numérique, tablettes…
- Nécessité d’un investissement personnel important dans la production et la mise en œuvre des séances et dans l’organisation au départ qui est toujours compliquée : plus il y a de classes qui participent plus l’organisation devient difficile,
- Faire comprendre « l’esprit » de Zambroculture aux nouveaux arrivants et les particularités des binômes de compétences (éclater les classes pour avoir des groupes hétérogènes et générer de l’entraide entre pairs, enseigner à deux en préparant des séances « exceptionnelles » dans la mise en œuvre didactique, dans le contenu « d’excellence », dans les moyens techniques employés.

Moyens mobilisés
- Des intervenants classes à PAC pour certains projets,
- Diverses associations,
- Moyens humains et financiers internes à l’école.

Partenariat et contenu du partenariat
Essentiellement les dispositifs existants : classe à PAC, CALE, école au cinéma, « un livre pour l’été », programmation d’école en Histoire des Arts, sciences...
- 2010/2011 :
• « Corpus danse » (danse et corps) intervenants classe à PAC danseurs de la compagnie ARTEFACKT , Journées « Récréadanse » (représentation à la Possession)
• « Les explorateurs de l’imaginaire » (surréalisme) intervenante classe à PAC conteuse I. Cillon de Ti graind’sel, le CALE de Saint-Leu. Chambre des métiers de Saint-Louis (lieu d’exposition).
- 2011/2012 :
• « Africanou » (sur l’Afrique ) : conseillère pédagogique D. Perrin pour prêt d’instruments traditionnels africains, intervenante classe à PAC conteuse I. Cillon de Ti graind’sel, intervenante mosaïste pour une classe à PAC N’Débélé, carnaval africain : chacune des 16 classes de l’école représentait un pays africain, exposition MONDOMIX à Saint-Denis sur « les musiques noires dans le monde » en partenariat avec le MOCA.
-2012/2013 :
• « H2o » (sur l’eau), les TAAF (cf recherche), MOBILOSCIENCE (intervention à l’école sur « le parcours d’une goutte d’eau »), l’ASTEP, GIP (parc marin), GLOBICE (intervention sur les cétacés), classe de mer (Centre Jacques TESSIER), liaison avec les professeurs du collège de Plateau Goyaves. (A confirmer)
• « Les sans différences » (vivre ensemble avec nos différences), représentants des lieux religieux de Saint-Louis (hindou, musulman, catholique), associations pour l’égalité homme/femme, IME et IEM (échange avec des enfants en situation de handicap).

Liens éventuels avec la Recherche
Elaboration et publication de séquences et de jeux pédagogiques (pour les cycles 1, 2, 3) sur les Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF) pour Zambro H2o, siège à Saint-Pierre.

Evaluation
Evaluation collégiale :
- En amont, sur la pertinence des thèmes choisis et l’adaptation des séquences aux objectifs.
- En aval, par un retour sur les pratiques par l’enseignant qui observe et le réinvestissement des élèves en classe. Qualité des expositions de valorisation des travaux d’élèves.

Documents
Zambro & Co

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
Evaluation collégiale :
- En amont, sur la pertinence des thèmes choisis et l’adaptation des séquences aux objectifs.
- En aval, par un retour sur les pratiques par l’enseignant qui observe et le réinvestissement des élèves en classe. Qualité des expositions de valorisation des travaux d’élèves

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : Les élèves sont plus motivés et davantage impliqués dans leurs apprentissages. Ils s’approprient plus facilement les notions et réinvestissent les acquis à l’oral, dans les productions d’écrits ou productions artistiques mais aussi dans les évaluations sommatives. Les élèves, hors de leur groupe-classe et dans des situations pédagogiques différentes, ont pu exprimer leur potentiel (sociabilité, curiosité, habiletés spécifiques dans un ou plusieurs domaines). Zambroculture permet également que les inclusions des élèves porteurs de handicaps se fassent de manière naturelle.
- Sur les pratiques des enseignants : Meilleure cohésion de l’équipe : les enseignants travaillent ensemble et sont stimulés pour faire évoluer leurs pratiques pédagogiques.
- Sur le leadership et les relations professionnelles : Les inclusions de partenaires extérieurs (intervenants de classe à PAC, scientifiques de l’ASTEP, intervenants de centre de lecture) enrichissent le travail de l’équipe pédagogique.
- Sur l’école / l’établissement : Les projets communs et concertés entraînent un réel dynamisme de l’école et favorisent les interactions entre les enseignants et entre les élèves de différentes classes. Il en ressort alors une vraie cohésion d’école, un groupe plus soudé. Les projets peuvent rassembler toute l’école pour le carnaval, des performances artistiques … Ces mêmes projets égayent les kermesses, spectacles. Les expositions des productions des élèves valorisent leur participation.
- Plus généralement, sur l’environnement : L’équipe Zambroculture a participé à une animation pédagogique au niveau de la circonscription (retour positif) et au niveau de la formation des enseignants spécialisés (à venir). Dans ce projet, la place du directeur a consisté a veillé à l’inscription de l’action dans le projet d’école, a encouragé l’expérimentation (art 34) qui donne à la fois du sens aux apprentissages et favorise également la mise en œuvre du socle.

Extrait du site Expérithèque : Ecole Henri Lapierre : Zambroculture. 2014

 

Ecole [ECLAIR] Henri Lapierre : Zambronumérique 2014

Groupe ZAMBRO TEAM sur RESPIRE
Auteur : S ZAKARI, S RAHERINA, MC MARTI
Mél : ce.9740280L@ac-reunion.fr

Parce que les outils numériques peuvent leur permettre de construire et de renforcer leurs apprentissages, les élèves doivent apprendre à s’en servir, (Apprendre autrement à l’ère du numérique) et à les utiliser à bon escient (guide clés en main)

A l’origine
L’école élémentaire Henri Lapierre, se situe à Saint Louis, dans une zone d’éducation prioritaire. Elle accueille 347 élèves et 16 classes : 6 classes de cycle 2 (CP-CE1), 8 classes de cycle 3 (CE2-CM1-CM2) et 2 CLIS (Classes pour L’Inclusion Scolaire), 17 enseignants (dont 1 Maitresse E sédentarisée), 3 secrétaires et 1 assistant d’éducation qui s’occupe de la salle informatique, il travaille en collaboration avec les enseignants pour la validation du B2I. De par la modification de ses pratiques pédagogiques, l’école évolue vers un concept d’inclusion.

Objectifs poursuivis
- Sensibiliser les élèves à la culture, à la culture numérique
- Favoriser l’intégration des élèves en situation de handicap et à besoins éducatifs particuliers,
- Améliorer les résultats en compétences de base en français et mathématiques : nouvelles stratégies pédagogiques et renforcement du travail sur des compétences du Socle Commun,
- Développer un comportement d’élève citoyen, respect, tolérance et esprit critique,
- Assurer une continuité des apprentissages.

Description
- Parce que les outils numériques peuvent leur permettre de construire et de renforcer leurs apprentissages, les élèves doivent apprendre à s’en servir, (Apprendre autrement à l’ère du numérique) et à les utiliser à bon escient (guide clés en main)
- Les enseignants les utilisent également dans :
• leur préparation de cours : recherches, créations de différents supports didactiques...
• pour communiquer : mails, co-enseignement facilité par l’usage de Dropbox, RESPIRE (Réseau d’Echanges de Savoirs Professionnels en Innovation, en Recherche et en Expérimentation)...
• leur formation continue : par ex : TFL (Téléformation Lecture)...
- Les familles sont plus fréquemment invitées à utiliser Internet pour consulter les livrets scolaires, les cahiers de texte, ce qui suppose d’abord une maîtrise des outils numériques mais également une réflexion et une posture sur le sujet. Il semblerait donc intéressant de proposer aux parents une formation et un accompagnement en ce sens au sein même de l’école. Ainsi, les rapports entre l’école et les familles s’élargiraient au-delà des rencontres programmées pour communiquer sur les résultats ou le comportement de leurs enfants.

Modalité de mise en œuvre
- Expérimenter les cartes mentales numériques
- Utiliser des applications pédagogiques (réinvestissement et systématisation des processus)
- Réaliser et visionner des films de valorisation ou de présentation des projets
- Consulter des documents en ligne (thème exploité, œuvres d’Art …)

Moyens mobilisés
La Zambroteam : Mmes Sabrina ZAKARI, Stéphanie RAHERINA, Marie Claude MARTI, (enseignantes porteuses du projet). Le directeur : M Herbert RIVIÈRE. L’assistant d’éducation : Jimmitry PAYET. Collègues associés au projet : Faaiza PATEL, Emmanuel MOUQUOD, Alexandra GUYON, Eric LIMOUSIN et Mme Christelle Cuenot, enseignante en Moyenne Section, à la maternelle Noé Fougeroux de St Louis

Partenariat et contenu du partenariat
- Offre Apple : M Beringuer-Carrey (Micro Conseil d’APPLE) a répondu favorablement à nos demandes de moyens numériques et nous propose une classe mobile de 6 Mac Books et 2 Ipad ainsi qu’une aide logistique et de formation sur les logiciels de base.
- Proposition CRDP (sous réserve d’acceptation par la direction) : M Laurent Pierre nous prêterait 5 Ipad pour une durée d’environ 5 séances ainsi qu’un accompagnement pédagogique.
- Les parents : après audit des besoins des parents (maîtrise de l’outil informatique et Internet) déterminer un accompagnement approprié dans le cadre de l’école.
- La Mairie : demande d’aide logistique à l’installation et la sécurisation du matériel.

Documents
- L’équipe dans RESPIRE
- Site et blog de l’équipe

Extrait du site Expérithèque : Ecole Henri Lapierre : Zambronumérique 2014

Répondre à cet article