> 4 - Actes et Product. OZP > Les Rencontres de l’OZP > Compte rendu OZP de la Rencontre du 8 novembre 2017 : Enjeux de formation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Compte rendu OZP de la Rencontre du 8 novembre 2017 : Enjeux de formation et pratiques professionnelles en Education prioritaire dans une académie. L’exemple de Versailles

20 novembre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

— -LES RENCONTRES DE L’OZP-------
n°131, novembre 2017

Compte rendu de la 160ème rencontre du 8 novembre 2017

Enjeux de formation et pratiques professionnelles en Education prioritaire dans une académie : l’exemple de Versailles

Comment réussir la refondation de l’école et de l’Éducation prioritaire en sachant qu’un des enjeux est la notion de temps ? Il faut laisser aux pilotes et aux équipes le temps pour initier, engager et développer les projets de réseau. Cela demande de l’énergie, de la réflexion, de l’intelligence collective. La consolidation des réseaux exige de la cohérence éducative et pédagogique.

Pour marquer cette consolidation et l’importance de la réaffirmer, l’OZP a fait appel à plusieurs voix de l’académie de Versailles : Sophie Fournier-Gassier, correspondante académique Éducation prioritaire, et trois formateurs REP+, Bertrand Jarry, Benjamin Guenanen et Emmanuel Rouault. Étaient également présentes Arbya Eichi, formatrice académique REP+ dans les Hauts-de-Seine, et Sylvie Aminta, chargée de mission académique Éducation prioritaire.


Sophie Fournier-Gassier


De gauche à droite, Benjamin GUENANEN (issu du premier degré), Bertrand JARRY (ex-CPE), Emmanuel ROUAULT ( professeur de mathématiques, ex-professeur d’appui.)

La rencontre s’est organisée autour d’un diaporama. Quelques grandes lignes sont décrites ci-dessous et les diapositives très explicites sont jointes à ce document.
Sophie Fournier-Gassier introduit son propos en précisant que l’académie de Versailles est une académie avec des territoires contrastés et qui n’a, dans le Val-d’Oise, que 20% d’établissements en éducation prioritaire. (cf. atlas des risques sociaux d’échecs scolaires).
Avec ses 100 réseaux dont 24 REP+, un air de ressemblance avec l’Académie de Créteil se repère et se confirme avec la présence de 15 000 jeunes enseignants et de nombreux contractuels. C’est dans cette configuration que Sophie Fournier construira son intervention autour des enjeux de la formation, dont le plan spécifique à l’Éducation prioritaire a été fortement souhaité par M. Filate, recteur de l’Académie de Versailles, afin que les enfants puissent réussir sur chaque territoire.

Les formateurs au nombre de 15 sont pilotés par le niveau académique. Plusieurs rencontres ont lieu sur l’année. Des binômes de formateurs 1er et 2nd degré se répartissent sur les réseaux pour favoriser la continuité éducative. La formation prend en compte le référentiel de l’éducation prioritaire et les axes proposés. Si c’est aux enseignants d’entrer dans la culture de la formation, un accompagnement est indispensable afin qu’ils puissent réussir à améliorer les performances de leurs élèves en modifiant leurs pratiques. Penser l’accompagnement incombe aux formateurs académiques. Le plan de formation est une affaire de réseau à travers la conception que les pilotes et les professeurs d’appui peuvent en avoir. Ce plan de formation intègre les besoins des enseignants. Une alternance entre des temps de théorie et des temps libérés pour pouvoir échanger et se confronter a été souhaitée.

Le plan de l’intervention, avec carte et tableaux

 

Les parcours de formation
« Les enjeux sont liés aux pratiques", énonce Bertrand Jarry. Une évidence, précise-t-il, qu’il est bon de rappeler : c’est en étant sur le terrain auprès des collègues et à partir de leurs pratiques que l’on va pouvoir identifier les vrais enjeux de la formation, des enjeux qui vont les amener à modifier transformer leurs pratiques professionnelles. On ne se situe pas dans l’injonction ni dans l’évaluation.

Beaucoup de jeunes enseignants non expérimentés ont intégré l’académie de Versailles. Ils nécessitent de l’attention mais il ne faut pas perdre de vue les enseignants installés depuis très longtemps dans leurs pratiques.
Naviguer entre ces deux profils n’est pas facile mais il est impératif d’en avoir conscience quand on se rend sur le terrain. Il faut également avoir bien à l’esprit que les enseignants ont beaucoup de mal à identifier et à affiner les difficultés leurs élèves. Les difficultés spécifiques d’apprentissage que rencontrent les élèves en éducation prioritaire sont réelles. Il faut que les enseignants en aient conscience et celà très tôt. Pour beaucoup d’enseignants, le référentiel de l’Éducation prioritaire et les travaux de recherche restent méconnus. Il convient donc d’expliciter les enjeux du référentiel afin qu’ils puissent se les approprier et concevoir comment ils vont se traduire dans la classe.

En ce qui concerne la recherche, des choix sont à faire d’apports théoriques ciblés qui pourraient faciliter l’entrée dans le métier. On constate souvent que l’organisation de la discipline précède l’organisation du travail et des apprentissages, qui est peu pensée. Et de fait les demandes de formation portent souvent sur ce qui relève de la gestion de classe, du climat scolaire.

À partir de tous ces constats, le rôle du formateur est d’aider et d’accompagner les enseignants mais en partant de leurs difficultés. Les parcours des formateurs sont très différents : professeur d’appui, professeur d’EPS, CPE, professeur de mathématiques, etc. Il a fallu apprendre à se connaître, à réfléchir ensemble, à échanger, à construire un véritable collectif de travail.Ce collectif se rend sur le terrain, aide et accompagne les enseignants et se pose la question : de quoi ont-ils besoin ? Qu’est-ce qui leur pose problème ? Et à partir de cela, nous allons réfléchir et construire ensemble nos interventions.
Nous faisons également très attention à notre positionnement parce que former des groupes et accompagner jusque dans la classe ne vont pas de soi. Cependant, lorsque nous précisons bien aux équipes que nous sommes là pour réfléchir ensemble et que nous ne nous situons pas comme des spécialistes, très vite, nous sommes dans le partage. L’objectif est bien de partir du réel de la classe avec l’idée de développer des collectifs de travail qui vont pouvoir ensuite devenir autonomes, continuer à travailler ensemble et à échanger.

Définir un parcours de formation pour les enseignants du 1er et du 2nd degré en éducation prioritaire

 

Une action de formation

Benjamin Guenagen et Emmanuel Rouault ont ensuite présenté et commenté longuement une action de formation commencée en octobre 2015.

Un exemple de formation sur le REP+ Jules Verne (Les Mureaux, 78)
MENER UNE ENSEIGNEMENT EXPLICITE
Des cas concrets d’enseignement en mathématiques :
Nombres et calculs en cycles 1 & 2
Résolution de problèmes en cycle 3

Equipe des Formateurs Rep+ 78

infographie, 16p.

Compte rendu rédigé par Brigitte d’Agostini, membre du bureau de l’OZP

Répondre à cet article