> VI- PÉDAGOGIE : Pédagogies, Disciplines, Actions locales (en EP) > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales A L’ECOLE > Ecole (Actions inter ou pluridisciplinaires) > B* Décloisonnement en demi-groupes et accompagnement associatif pour (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Décloisonnement en demi-groupes et accompagnement associatif pour améliorer le climat scolaire à l’école REP Jean Lurçat de L’Ile-Saint-Denis

25 janvier 2023

MOINS DE CLASSE - MIEUX D’ECOLE - Décloisonner pour réussir

QUOI ?

• Pendant la journée de classe, 3h à 6h par semaine sont des séances en demi-groupes.
• Le projet touche tous les élèves du CP au CM2.
• Collaboration avec des associations locales, de quartier, sur le temps scolaire, projet financé par une fondation.
• Un demi-groupe quitte la classe pour participer à un projet artistique, scientifique ou architectural. L’enseignant conserve un demi-groupe en classe.
• Les intervenants associatifs intègrent et dynamisent l’école, rapprochent les parents de l’école.
• En classe, on retrouve un climat apaisé, une possibilité de faire avancer les élèves. On casse un cercle vicieux de violences et d’échecs.
• Un modèle de financement original, d’une fondation privée vers les associations intervenantes.
• Une fondation qui fait une confiance entière à la salle des maîtres, en soutenant les initiatives et le projet des enseignants.

QUI ?

3 membre(s) dans l’équipe - 4 partenaire(s)

• L’équipe pédagogique de l’école Jean Lurçat a mis en place le projet décloisonnement en collaborant avec 4 grands types de partenaires.

◦ La fondation AG2R la mondiale qui finance les associations qui interviennent sur l’école.
◦ Les acteurs associatifs Murals (artistes peintres), Les Savants en Herbe, ICI ! (architecture)
◦ La municipalité de l’Ile-Saint-Denis qui propose l’intervention d’éducateurs sportifs.
◦ Le Bief. Un bureau d’étude en sciences de l’éducation auteur d’un diagnostic concernant la difficulté scolaire à l’Ile-Saint-Denis.

• Le projet de l’école est soutenu financièrement par la fondation AG2R la mondiale qui rémunère les acteurs associatifs.

• Le suivi, et l’évaluation du projet sont assurés par Gaëlle Hubert "experte en éducation et en gestion de projet".

Un projet conçu et issu depuis la salle des maîtres.

br>- Les partenaires

Structure Participation
Bief Conseil en éducation et en gestion de projets
murals intervenant associatif
association intervenant associatif
ag2r la mondiale fondation fondation/financeur

- Les participants

• 220 élève(s)
• 10 enseignant(s)
• 6 autre(s) participant(s)

OÙ ?

JEAN LURCAT, Créteil (024)

Ecole élémentaire - CE1, CE2, CM1, CM2

L’école Jean Lurçat est située dans le quartier sud de L’Ile-Saint-Denis (93). Etablissement classé en éducation prioritaire. Un territoire où les indices sociaux économiques sont très faibles.

• Au début des années 2010, l’école est, dans le quartier, le seul service public, le seul repère qui subsiste.
• A l’échelle de la ville, qui connaît déjà sont lot de difficultés, le quartier de l’école apparaît comme encore plus fragile et défavorisé.
• Une nouvelle équipe pédagogique se met en place à la rentrée 2010. Commence alors la mise en place d’un dispositif "décloisonnement".

POURQUOI ?

- Problème identifié

• En septembre 2010, le groupe scolaire Jean Lurçat à L’Ile-Saint-Denis est dans une situation critique.
• Le cadre "’école" permettant les apprentissages est très difficile à maintenir, la violence est présente, les enseignants évitent tant que possible ce groupe scolaire.
• Autour d’un nouveau directeur, la nouvelle équipe décide de rétablir la situation. C’est dans cette "ambiance" que voit le jour le dispositif "décloisonnement".
• Les journées passées en classe généraient trop de tension, il fallait permettre de rétablir un climat paisible.
• L’équipe décide de mettre en place des groupes de besoins, de niveaux, pour faire entrer les élèves en apprentissage.
• Des élèves en situation de très grande difficulté scolaire avaient besoin de soutien et d’accompagnement en groupe restreint pendant la journée de classe.
• La présence des associations partenaires dynamise la vie de l’école, les projets menés suscitent l’adhésion des élèves.

- Indicateur(s) qualitatif(s)

• Climat scolaire sinistré ne permettant pas les apprentissages
• Nombreux élèves en décrochage dès le CE2
• Faits de violences au sein de l’école
• Une école que les enseignants évitent où se succèdent les remplaçants de remplaçants...
• Elèves en manque de confiance vis à vis de l’école
• Familles fuyant l’école

- Sources d’inspiration

Type Titre Auteur Année Observation
Article Comment favoriser la réussite scolaire dès le plus jeune âge ? Evaluation d’un dispositif expérimental de Décloisonnement en Ile Saint Denis Hubert Gaëlle 2017 Rapport disponible en pièce jointe Rubrique "Bilan"

Rapport disponible en pièce jointe Rubrique "Bilan"

QUAND ?

Du 01/09/2016 Au 30/06/2019

COMMENT ?

• Il s’agit de constituer des demi-groupes sur le temps scolaire. De 3h à 6h hebdomadaire sur trente semaine, et pour tous les niveaux, du CP au CM2.

• Afin :

◦ de rétablir un climat paisible en classe, et dans l’école.
◦ de changer les pratiques pédagogiques, en renforçant la manipulation, et la prise en compte des difficultés de chaque élève.
◦ Proposer aux élèves de nouvelles activités basées sur une pédagogie de projet valorisante pour les élèves, et suscitant l’intérêt des familles.

• Les associations partenaires interviennent sur le temps scolaire. On sort donc d’une logique avec des associations qui seraient présentes seulement sur des temps extra-scolaires. Les membres des associations travaillent en collaboration avec les enseignants.

• La vie de la classe est enrichie des activités menées avec les intervenants. Les associations bénéficient d’un ancrage dans le quartier, leur présence à l’école devient un bon levier pour toucher les familles du quartier.

- Modalités de mise en œuvre

• L’enseignant et un intervenant se partagent une classe. Sur un créneaux de 2h, par exemple, l’enseignant conserve un groupe de sa classe, tandis que l’intervenant est en charge de l’autre. Au bout d’une heure, une rotation s’opère. L’intervenant ramène le groupe 1 en classe et part en activité avec le groupe 2.

• Grâce au soutien de la fondation AG2R la mondiale, toutes les classes du cp au cm2 disposent de 3h à 6h de décloisonnement. Cela signifie qu’un élève de l’école bénéficie d’une heure trente à trois heures par semaine en demi-groupe.
• Pour l’année scolaire 2018-2019, ce dispositif représentait 23h d’ateliers hebdomadaires à l’échelle de l’école Jean Lurçat.
• Ce dispositif est mis en place, non plus seulement avec des intervenants municipaux, mais avec des associations financées par la fondation AG2R la mondiale.
• Certaines des associations bénéficient d’un ancrage dans le quartier de l’école. Les associations interviennent dans les domaines des sciences, des arts visuels, de l’architecture.
• Les interventions hors de la classe viennent nourrir la vie de la classe, on dépasse le seul objectif de la réduction du nombre d’élève en classe, pour aller vers une plus-value liée directement aux intervenants qui prennent les élèves en charge.

QUEL BILAN ?

- Modalités d’évaluation

• Auto-évaluation de l’action par l’équipe pédagogique

◦ L’école Jean Lurçat n’est plus une école où il est impossible d’apprendre. Une équipe solide s’est mise en place. Les tensions diminuent.
◦ Amélioration du climat (de l’ambiance), ainsi que de la qualité des apprentissages.
◦ La possibilité de constituer des groupes, parfois inégaux numériquement, permet une nouvelle prise en compte, et une nouvelle approche de la difficulté scolaire.
◦ La manipulation est renforcée pour les élèves, les séances de remédiation peuvent avoir lieu au cœur de la journée de classe, et non plus à la marge, à la fin de la journée.
◦ Les enseignants ont aussi appris à travailler avec des intervenants associatifs, à intégrer des projets différents de ceux qu’ils avaient l’habitude de concevoir.
◦ La présence des associations au sein de l’école sur temps scolaire enrichie la vie de l’école et multiplie les occasions pour les familles de se rendre à l’école. Les parents d’élève manifestent un grand intérêt pour les projets menés.

Comment favoriser la réussite scolaire dès le plus jeune âge ? Evaluation d’un dispositif expérimental de Décloisonnement en Ile Saint Denis

- Indicateur(s) qualitatif(s)

• Le projet décloisonnement fut mis en place il y a cinq année scolaire, les enseignants qui l’ont mis en place sont toujours là. On a enfin stabilisé l’équipe, notamment par la mise en place de ce projet.
• Le projet décloisonnement permet une prise en charge de la grande difficulté scolaire. Plus d’élève de CM en situation d’échec absolu.
• Climat scolaire apaisé. L’école a retrouvé la calme nécessaire aux apprentissages. Les élèves investissent l’école comme étant la leur. On peut mentionner la création d’une BCD par les élèves accompagnés par l’association d’architecte.
• Les interventions des différents partenaires associatifs ont multiplié les occasions d’accueillir les familles dans l’école.
• La stabilisation de l’équipe pédagogique met fin à la défiance des familles vis-à-vis de l’école.

ET APRÈS ?

• Une adhésion des familles au projet
• Une équipe enseignante stabilisée
• Des apprentissages qui peuvent enfin être mis en place
• Soutien et félicitation de l’équipe de circonscription lors des restitutions de projet

- Développement et suite de l’action

• Le financement des partenaires reste une difficulté.
• Contact avec la Fondation de France pour une poursuite éventuelle sur l’année 2019-2020
• Les associations partenaires restent attachées à leur implication aux côtés de l’équipe pédagogique.
• Contact avec la C.A.R.D.I.E de Créteil pour approfondir et améliorer le fonctionnement du dispositif.

Extrait d’Innovathèque du 23.01.23

Répondre à cet article