> 8 - PÉDAGOGIE, FORMATION > ACTIONS LOCALES par niveau et discipline > Actions locales interdegrés > B* Faire venir des PE au collège. Le co-enseignement en cycle 3 dans le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Faire venir des PE au collège. Le co-enseignement en cycle 3 dans le réseau Rep+ Alain de Saint-Fons (projet FEI 2016). Entretien du Café avec Claire Genechesi, coordonnatrice

15 décembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Mise en œuvre du nouveau cycle 3 dans le REP+ Alain de Saint-Fons

Descriptif en 250 mots maximum  :
Consécutivement à la réforme du collège et du cycle 3, les enseignants ont choisi de co-enseigner en classes de 6ème et de faire intervenir un PCL en classes de CM (échanges de services) afin de permettre aux élèves de vivre une transition aménagée du CM1 à la 6ème. Le projet les amène à penser ensemble une continuité à la fois dans la mise au travail de l’’élève et dans la mise en œuvre des séquences d’apprentissage.
Chaque classe de 6ème entrant dans l’expérimentation est composée d’élèves issus de deux écoles de la commune. Ce sont deux PE de ces écoles (pour que la moitié des élèves reconnaissent l’enseignant qu’il a eu l’année précédente) qui interviendront dans la classe de 6ème en alternance tous les matins durant deux trimestres et en co-enseignement avec un PCL. Pendant ce temps, un PCL vient en classe de CM (celle du PE intervenant en classe de 6ème) enseigner dans sa discipline selon un projet conçu avec le PE. Il s’agit de sensibiliser les élèves de CM à des séquences d’enseignement type collège et on permet aux élèves de 6ème de lire une réelle continuité avec les habitudes de travail installées en classes élémentaires.

Nombre d’élèves concerné(s)  : 350

Personnes impliquées dans le projet : 10 PE, 25 PCL, 3 professeurs Référents REP+, 2 coordonnateurs de projets, l’IEN, le principal, le principal adjoint et la CPE (en charge des 6ème) du collège Alain.

Etablissement(s) : Le Collège Alain et les 6 écoles primaires ou élémentaires de la commune de Saint-Fons (Salvador Allende, Maison des Trois Espaces, Jean Guehenno, Simone de Beauvoir, Parmentier, Jules Vallès)

Adresse de l’établissement principal  :
Collège Alain, 1 rue de Valence, 69190 SAINT-FONS

Objectifs poursuivis :
Les objectifs suivants sont rangés selon leur impact de court à long terme :
• Permettre une meilleure continuité pour les élèves dans leur vie scolaire et particulièrement lors du passage en 6ème
• Favoriser le travail conjoint des différents partenaires éducatifs
• Penser le suivi des élèves tout au long du cycle
• Assurer l’autonomie des élèves
• Stabiliser un climat scolaire serein qui perdure au cycle 4
• Consolider les acquis afin d’engager les élèves dans un cycle 4 plus fructueux et leur permettant de s’inscrire dans une scolarité pouvant aller au-delà du BAC

Historique :
Historiquement, le réseau d’Education Prioritaire de Saint-Fons a privilégié la liaison CM2-6e (et plus largement la liaison école-collège) par des actions transversales et l’intervention d’acteurs privilégiés comme les assistants pédagogiques, les professeurs référents éducation prioritaire et les maîtres supplémentaires (PDMQDC). La mise en place du nouveau cycle 3 vient conforter le travail déjà engagé mais pousse à l’approfondir d’autant plus. Des enseignants de CM et de 6ème ont eu l’occasion de se rencontrer lors d’un stage d’une semaine sur la mise en place du nouveau cycle 3 en mars 2016, avec comme consigne de monter un projet "libre de contraintes", selon un idéal d’enseignement.

Description des étapes :
1) Questionnement et Constats de départ lors d’un stage « Cycle 3 » organisé en mars 2016 pour un enseignant de CM de chaque école avec des moyens de remplacements mis à disposition par la direction académique. Les professeurs de sixième étaient invités aux différents temps de travail en fonction de leurs disponibilités d’emploi du temps.
2) Élaboration (par les enseignants de ce stage) d’une proposition de projet permettant la mise en œuvre d’un dispositif pour les élèves de cycle 3 ; projet reposant notamment sur une idée maitresse : Co-enseignement et échanges de services entre enseignants des deux degrés.
3) Proposition validée par les pilotes du réseau en fin de stage. Les pilotes font alors valider le projet par les différents responsables académiques (DASEN et DASEN adjoint en charge de l’éducation prioritaire sur le département du Rhône), notamment sur des points administratifs d’intervention des enseignants des deux corps.
4) Mise en place du projet pour la rentrée 2017 avec notamment la résolution des obstacles soulevés lors de sa rédaction (cf. doc « dispositif cycle 3 ») – réunion rassemblant les premières personnes impliquées.
5) Rentrée 2017 : ajustements du projet nécessaires dû aux emplois du temps des professeurs du collège – réunion rassemblant toutes les personnes impliquées.
6) Démarrage du projet dans les classes le lundi 12 septembre (4 classes de 6ème concernées sur 8 et 10 classes de CM concernées).

Soutiens et supports  :
1) Les pilotes du REP+ de Saint-Fons (Madame Paile Dominique – IEN sur Saint-Fons ; Monsieur Advenier François – principal du collège Alain ; Monsieur Gibert Joël – IA-IPR référent du collège Alain).
2)Le DASEN du Rhône (Monsieur Couturaud Philippe) et le DASEN adjoint en charge de l’éducation prioritaire (Monsieur Bidet Jean-Christophe).
3) Des chercheurs vont être associés à notre projet dans le cadre d’une FIL inter-degré demandée pour 2016-2017 à la DAFOP.
4) Une déclaration d’intention a été déposée auprès de la CARDIE de l’académie de Lyon (Cellule Académique pour la Recherche et le Développement en Innovation et Expérimentation).r

Obstacles  :
• Projet qui repose bien sûr sur le volontariat des enseignants et qui peut donc disparaitre avant même d’avoir démarré… d’où une communication importante et efficace à mettre en place lors de la présentation du projet aux équipes.
• Le projet démarrant en septembre 2016, les premiers obstacles rencontrés ont été d’ordre organisationnel et logistique : emplois du temps professeurs non adaptés aux contraintes du projet, communication sur le projet à destination des acteurs principaux pas toujours fluide, méconnaissance des structures d’intervention de la part des enseignants de chaque degré… (cf. Doc « bilan d’étape n°1).

Bilan de l’action :
cf. Doc « bilan d’étape n°1
• Pour les élèves, tout n’est pas encore mesurable, mais l’impact global est plutôt positif.
• Pour mon collègue coordonnateur du projet (Lionel Bossy-professeur référent REP+) et moi-même, nous sommes satisfaits et fiers d’avoir pu assister au lancement d’un projet, certes perfectible avec des contraintes nombreuses, mais permettant un réel changement dans les pratiques de classes et avec comme objectif la réussite de tous nos élèves.

Le fonctionnement du dispositif (3 pages)
Bilan n° 1 (2 pages)

Extrait de enseignants-innovants-2016.net : Détails du projet "Mise en oeuvre du nouveau cycle 3 en REP+"
Le fonctionnement du dispositif (3 pages)
Bilan n° 1 (2 pages)

 

FEI16 : Le co-enseignement en cycle 3 en Rep+ avec Claire Genechesi

Faire travailler ensemble, au quotidien, tous les jours, professeurs des écoles et professeurs de collège, c’est l’expérience que vit le réseau Rep+ de Saint Fons (69). Six écoles et le collège Alain partagent ainsi de façon régulière les services enseignants entre écoles et collège de façon à gommer la coupure entre les deux niveaux d’enseignement et à aider les élèves à construire une scolarité plus solide. Un sacré défi relevé que Claire Genechesi, coordonnatrice Rep, a présenté au Forum des enseignants innovants.

Professeure des écoles depuis une dizaine d’années, Claire Genechesi est coordinatrice du réseau Rep+ de Saint Fons (69), une banlieue populaire au sud de l’agglomération lyonnaise. Le réseau comprend 6 écoles primaires et un collège, soit une dizaine de professeurs des écoles et environ 25 professeurs de collège.

Depuis l’année dernière, des professeurs des écoles interviennent dans les classes du collège chaque matin et des professeurs du secondaire font de même dans les écoles.

D’où est parti ce dispositif ?
Du constat que les élèves qui arrivent en 6ème ont tendance à décrocher. Par exemple on voit leur niveau en maths baisser fortement du cm2 à la 6ème. On sait que les écoliers appréhendent leur arrivée au collège et qu’ils ont une image négative des collégiens. Cela génère d’ailleurs la fuite d’une proportion importante des élèves du secteur, surtout les meilleurs. Quand des élèves arrivent comme cela avec des idées négatives au collège, cela les empêche d’entrer dans les apprentissages.

D’où l’idée de faire venir au collège les professeurs des écoles que les élèves connaissent. Les classes du collège sont donc construites en fonction de leur classe d’origine.

Mais comment est-ce possible ?
Evidemment si on fait venir des professeurs des écoles (PE) régulièrement au collège, il faut mettre des enseignants face aux écoliers. On a donc mis en place un échange de services. Concrètement, au collège on a une tranche horaire en co-enseignement chaque matin de 8 à 10 heures dans 4 sixièmes sur 8, soit 4 P.E. En même temps des professeurs du collège interviennent dans les écoles.

Un des problèmes que l’on a rencontré d’ailleurs, c’est la différence d’horaire. L’école commence à 8h30 et le collège à 8 heures. Donc on a obtenu que les PE qui interviennent dès 8 heures au collège soient déchargés des APC (des activités complémentaires que doivent les P.E. sur une base annuelle). Pour les professeurs de collège, le temps effectué à l’école est payé en heures supplémentaires. Evidemment le dispositif ne fonctionne qu’avec des enseignants volontaires.

Les PE interviennent en binôme avec un professeur de collège. Ceux-ci par contre sont seuls devant une classe d’écoliers. Cela pose des problème. Par exemple en sciences les enseignants sont habitués à des demi-groupes au collège. Mais à l’école ils doivent faire face à des classes de 26 enfants.

Un des constats que vous relevez c’est que la bonne volonté des écoliers s’évanouit au collège. Pourquoi ?
On ne sait pas exactement pourquoi. Ca se joue sans doute dans les apprentissages et donc ça justifie notre dispositif qui vise à faire le lien pour mieux travailler ensemble, PE et professeurs de collège.

En effet au collège les élèves ont moins d’autonomie qu’à l’école. Mais pour autant ils n’ont pas non plus l’autonomie qu’on leur demande au collège. Les contextes sont vraiment différents et ce n’est pas la même autonomie.
C’est pourquoi il est important que les professeurs du collège découvrent l’autonomie dont sont capables les écoliers pour voir comment la transférer au collège.

Mais la réputation du collège y a aussi sa place. D’où nos efforts pour convaincre les enfants et les familles qu’ils vont réussir.
Il y a aussi des habitudes bien différentes dans les postures enseignantes. Par exemple en ce qui concerne la vie scolaire.

Globalement qu’apprennent les professeurs des écoles dans cet échange ?
Ils sont généralement plus anciens que les professeurs de collège. Et ils se rendent davantage compte de ce qui se passe en collège. Avec ce dispositif, ils comprennent mieux les différences de comportement et de résultats des élèves. Ils ont aussi appris à communiquer avec leurs collègues du collège.

Et les enseignants du collège ?
Ce sont ceux qui ont le plus à apprendre. Ceux qui interviennent dans les écoles découvrent vraiment ce qu’est une classe à l’école. Ils découvrent par exemple que les enfants peuvent se lever en classe pour aller chercher des outils. Du coup ils deviennent plus proches de leurs élèves, leur relation avec eux évolue. Ils prennent davantage en compte la sécurité affective des élèves.

Enfin il y a ceux qui accueillent un PE dans leur classe. Ils apprennent des pratiques pédagogiques des PE. Par exemple la façon de mener la classe. Ou les rituels : le temps de calcul mental pour démarrer le matin ou le travail sur la compréhension des consignes, toutes choses qui ne vont pas de soi au collège.

Quel bilan faites vous de cette année ?
On a 4 classes dans le dispositif et 4 hors dispositif. On va donc observer si les résultats des élèves s’améliorent en terme d’apprentissage et de climat scolaire. On verra si les enfants sont davantage en confiance dans le cycle 4 et si la 6ème est davantage réussie. Les premiers retours sont positifs.
Propos recueillis par François Jarraud

Extrait de cafepedagogique.net du 13.12.16 : FEI16 : Le co-enseignement en cycle 3 en Rep+ avec Claire Geneches

Répondre à cet article