> EDUCATION PRIORITAIRE (Politique d’) > EDUC. PRIOR. Rapports officiels (généralités) > EDUC. PRIOR. Rapports parlementaires > Les ZEP dans le projet de loi Fillon transmis au Sénat

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les ZEP dans le projet de loi Fillon transmis au Sénat

5 mars 2005 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du site du sénat, le 04.03.05 : le texte transmis par l’Assemblée nationale au Sénat le 2 mars 2005.

L’Assemblée nationale a adopté le projet de loi dont la teneur suit :
(...)

(Le corps du texte de loi ne cite pas l’éducation prioritaire : celle-ci n’est citée que dans le rapport annexé à la loi Fillon)
(...)

L’accompagnement des élèves en difficulté et l’éducation prioritaire

L’école doit assurer un accompagnement des élèves en difficulté et la personnalisation des apprentissages permettant de répondre aux difficultés dès qu’elles apparaissent, en particulier par la mise en place d’études encadrées.

Le programme personnalisé de réussite scolaire

L’éducation nationale a la responsabilité d’apporter à tout moment de la scolarité une aide spécifique aux élèves qui éprouvent des difficultés dans l’acquisition des connaissances indispensables ou à ceux qui manifestent des besoins éducatifs particuliers. Les évaluations contribueront en priorité à repérer ces élèves auxquels pourra être proposé un programme personnalisé de réussite scolaire. A cet effet l’ensemble des dispositifs existants devra être restructuré. Toutefois, les différents acquis obtenus dans le cadre d’actions en faveur des élèves présentant des troubles spécifiques du langage écrit sont maintenus, notamment le plan individuel de scolarisation.

Le programme personnalisé de réussite scolaire sera signé par les parents de l’élève, le directeur d’école ou le chef d’établissement, le maître ou le professeur principal de la classe ; au collège, il pourra être également signé par l’élève. Ce programme précisera les dispositifs de soutien mis en oeuvre pendant le temps scolaire ainsi que, le cas échéant, ceux qui seront proposés à la famille en dehors du temps scolaire ; il définira le parcours individualisé qui devra permettre d’évaluer régulièrement la progression de l’élève ; les parents seront associés au suivi du programme.
Les collectivités locales sont associées à l’élaboration du programme personnalisé de réussite scolaire.

Dans l’enseignement primaire, ce programme personnalisé sera mis en oeuvre par les enseignants de l’école. Pour renforcer leur action, l’inspecteur d’académie mettra à disposition des enseignants ayant acquis une formation complémentaire, des assistants d’éducation ainsi qu’en tant que de besoin des médecins et des psychologues scolaires : il pourra à cet effet utiliser les moyens des réseaux d’aide (RASED).

Au collège, la dotation des établissements comprendra un volet « programme personnalisé de réussite scolaire », calculé en fonction du nombre d’élèves repérés en difficulté lors des évaluations. Cette aide prendra la forme d’un horaire spécifique (trois heures par semaine) en groupes restreints. Le temps de travail des élèves sera aménagé de façon à leur permettre à la fois de progresser dans les matières où ils rencontrent des difficultés, et de retrouver confiance en eux en développant leurs aptitudes dans une matière où ils sont en situation de réussite. Les itinéraires de découverte peuvent s’intégrer à ce dispositif.

Dans la limite des crédits ouverts chaque année par la loi de finances, la mise en oeuvre de la mesure de soutien aux élèves en difficulté est ainsi programmée (...)

Les élèves qui connaissent des difficultés graves et durables continuent à bénéficier des structures d’enseignement adapté (section d’enseignement général et professionnel adapté, établissement régional d’enseignement adapté) ; ils y sont admis par décision de l’inspecteur d’académie, prise après concertation avec la famille et avis d’une commission départementale créée à cet effet.
Il revient au conseil des maîtres dans le premier degré, et au conseil de classe dans le second degré, d’apprécier la capacité de l’élève à passer dans la classe ou le cycle supérieur, en fonction de sa progression dans l’acquisition des connaissances constitutives du socle. Le redoublement n’est prononcé par le chef d’établissement (ou le conseil des maîtres) qu’au terme d’un dialogue organisé au long de l’année avec l’élève et ses parents (ou son représentant légal) ; il doit s’accompagner d’un programme personnalisé de réussite scolaire qui en garantit l’efficacité pédagogique. Un tel programme peut aussi prévenir le redoublement qui doit être regardé comme une solution ultime, même si son existence est nécessaire.
L’action des corps d’inspection doit prendre en compte l’évaluation de ce que les élèves apprennent en relation avec la maîtrise du socle. Les inspecteurs sont également invités à évaluer le travail des équipes pédagogiques et à intervenir en appui des enseignants engagés dans la mise en oeuvre des programmes personnalisés de réussite scolaire.
Les bourses au mérite

Afin de promouvoir une véritable égalité des chances, un effort exceptionnel sera réalisé au profit des élèves boursiers ayant manifesté par leur travail une volonté de progresser et de réussir.

Les bourses au mérite du second degré qui complètent les bourses sur critères sociaux permettront à ces élèves de poursuivre leurs études dans les voies générale, technologique et professionnelle des lycées dans des conditions plus favorables. Elles seront attribuées de droit à ceux d’entre eux qui ont obtenu une mention « bien » ou « très bien » au diplôme national du brevet. Leur nombre pourra ainsi être triplé et leur montant sera revalorisé.

Les bacheliers boursiers ayant obtenu une mention « bien » ou « très bien » pourront bénéficier d’une bourse au mérite dans l’enseignement supérieur.

Dans la limite des crédits ouverts chaque année par la loi de finances, la mise en oeuvre de cette mesure est ainsi programmée (...)

Les équipes de réussite éducative

C’est en s’attachant à résoudre les difficultés individuelles que l’on transformera le territoire. Les zones d’éducation prioritaire, dont l’efficacité pédagogique et éducative sera améliorée, continueront à y contribuer fortement. D’autre part, les équipes de réussite éducative créées dans le cadre de la loi de programmation pour la cohésion sociale accueilleront les enfants dès l’école maternelle et les aideront à organiser leur temps après l’école et le mercredi après-midi. Elles comprendront, selon les besoins des élèves, des enseignants, des travailleurs sociaux, des kinésithérapeutes, des orthophonistes, des éducateurs, des pédopsychiatres. Leurs objectifs, dans la continuité du travail scolaire, seront fixés en étroite collaboration avec les élus locaux, les associations de parents d’élèves, les caisses d’allocations familiales, les associations complémentaires dans le domaine de l’éducation.

Dans les territoires relevant de l’éducation prioritaire ou classés en zone urbaine sensible, et tout particulièrement lorsqu’il y a un projet de rénovation urbaine ou un dispositif de réussite éducative tel que prévu dans la loi de programmation pour la cohésion sociale, un projet éducatif permet de coordonner les politiques publiques de l’éducation nationale et de la cohésion sociale.
(...)

La santé scolaire et le service social

La médecine scolaire relève d’une mission de l’Etat. Elle participe à la protection de la santé de chaque enfant. Un contrôle médical de prévention et de dépistage est effectué auprès des élèves de l’ensemble des établissements d’enseignement de façon régulière tout au long de la scolarité obligatoire. La surveillance sanitaire des élèves est assurée par les personnels de santé scolaire. Les médecins de l’éducation nationale exercent leur mission en priorité à l’école primaire et dans les zones d’éducation prioritaire. Ils veillent en particulier à dépister les troubles des apprentissages, à suivre les élèves en difficulté, à repérer les enfants victimes de maltraitance et à accueillir les enfants malades et handicapés à tous les niveaux d’enseignement.
(...)

L’enseignement des langues comporte nécessairement une ouverture sur la civilisation et la société des pays concernés. Les sections européennes et internationales seront développées au collège, notamment en zones d’éducation prioritaire, et en lycée professionnel. Les titres et diplômes professionnels pourront comporter une mention attestant la dimension européenne ou internationale de la formation y conduisant.
(...)

Le Président, Jean-Louis DEBRÉ

Répondre à cet article