> 5 - TYPES DE DOCUMENTS : Annuaires, Textes et Rapports officiels, (...) > RAPPORTS OFFICIELS > Rapports des Inspections générales > Le rapport de l’IGEN sur l’éducation prioritaire (2006)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le rapport de l’IGEN sur l’éducation prioritaire (2006)

3 novembre 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de « VousNousIls », le 03.11.06 : Education prioritaire : un rapport pointe des moyens "trop dispersés" (Igen)

Voir le texte complet du rapport

Voir un commentaire détaillé du rapport

Un rapport remis au ministre de l’Education nationale insiste sur "les atouts" de l’éducation prioritaire menée depuis 25 ans mais regrette un certain "essoufflement" et des moyens "trop dispersés" en faveur des écoles et collèges concernés.

Cette "évaluation de la politique d’éducation prioritaire depuis 25 ans" ne concerne pas les établissements "ambition réussite" créés par Gilles de Robien en 2006.

"Après une naissance (en 1982, ndlr) très volontariste, on est passé par des phases successives de repli et de relance jusqu’à la mise en place récente des réseaux ambition réussite", note le rapport de l’Inspection générale de l’éducation nationale (Igen).

Tout en saluant le travail accompli par les équipes enseignantes, le rapport constate "que, malgré ces atouts, cette politique n’a pas produit les résultats attendus et que ses acteurs ont connu un certain essoufflement".
"Les moyens supplémentaires ont été trop dispersés", argumente le rapport qui parle d’un "ciblage insuffisant sur les territoires qui en avaient le plus besoin". Il estime que les moyens "n’ont pas été placés là où ils auraient dû l’être", notamment en matière de formation des enseignants ou de "renouvellement de la pédagogie".

A côté des "effets positifs enregistrés parfois", notamment sur le comportement des élèves, le rapport déplore "des phénomènes négatifs comme la « stigmatisation » conduisant à l’ « évitement » (des établissements concernés, ndlr) par les catégories sociales qui en ont les moyens et les résultats insuffisants en matière d’orientation des élèves au-delà du collège".

Alors que la pré-campagne présidentielle a relancé le débat sur la carte scolaire, le rapport ne tranche pas : "la carte est un sujet difficile et particulièrement délicat, faut-il pour autant n’y point toucher ?", demande l’Igen.

En conclusion, l’Igen juge "indispensable" de "cibler l’éducation prioritaire sur des territoires limités", au sein desquels "il faut offrir aux écoles et établissements, tout en gardant le même niveau d’exigence, une réelle possibilité de sortir des règles communes".
Interrogé par l’AFP, Gilles de Robien a estimé jeudi que "ce rapport confirme qu’il est indispensable de relancer l’éducation prioritaire". Une version d’étape remise en décembre 2005 avait d’ailleurs conduit à la mise en place des écoles et collèges "ambition réussite", a rappelé le ministre.

Répondre à cet article