> TYPES DE DOCUMENTS : Textes et Rapports officiels, Etudes, Déclarations (...) > RAPPORTS OFFICIELS > Rapports des Inspections générales > Regroupement interministériel des inspections générales de l’Education, du (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Regroupement interministériel des inspections générales de l’Education, du Sport et de la Recherche (Igésr) : 3 décrets et un communiqué

2 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

Communiqué de presse
Création de l’Inspection générale de l’Education, du Sport et de la Recherche (IGÉSR)

Le décret de création de l’inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche est publié au Journal Officiel. Désormais, c’est une inspection générale interministérielle qui prend ainsi le relais de l’inspection générale de l’éducation nationale (IGEN), de l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR), de l’inspection générale de la jeunesse et des sports (IGJS) et de l’inspection générale des bibliothèques (IGB).

La création d’une inspection générale unifiée sur le champ de la jeunesse, du sport et des bibliothèques constitue un gage de cohérence dans le contrôle, l’évaluation et le suivi de politiques publiques. La diversité des expertises rassemblées au sein de l’IGÉSR permet ainsi d’articuler mieux encore les politiques publiques à l’école, de la maternelle au doctorat, touchant aussi bien l’éducation, la formation et l’épanouissement de la jeunesse, l’engagement des élèves et des étudiants dans le sport, la vie associative ou encore la lecture publique, avec les politiques contribuant au lien social et à l’équilibre des territoires.

La première mission de l’IGÉSR est de garantir la qualité des services publics par l’évaluation des politiques mises en œuvre et par le contrôle régulier. Par des constats objectifs et étayés, nourris de sa connaissance fine des situations et des personnels, des résultats de la recherche et des comparaisons internationales, l’IGÉSR contribue à renforcer la confiance envers l’État, tant de la part des familles que des acteurs eux-mêmes qui reconnaissent la légitimité d’une inspection fondée sur l’expérience, la rigueur et l’impartialité. Elle accompagne et conseille les collectivités territoriales au travers du contrôle scientifique et technique de leurs bibliothèques.

L’IGÉSR a également vocation à accompagner les réformes et à aider à la transformation de notre pays, par sa présence au cœur du service public et au croisement de champs différents qui, tous, concourent à l’éducation de notre jeunesse. Elle joue un rôle de pivot, en lien avec le monde de la recherche, les universités, l’administration centrale, les opérateurs, les instances des ministères et collabore avec les inspections étrangères. Elle est présente partout sur le terrain, auprès des services déconcentrés, dans les établissements, et jusque dans les classes. C’est cette spécificité, unique dans le concert des évaluateurs, qui lui permet d’aller expliciter le sens des réformes engagées, d’en évaluer la mise en œuvre et, le cas échéant, de proposer les ajustements nécessaires issus de ces observations de terrain. Il lui revient enfin de mener une réflexion prospective sur les chantiers à venir. Elle apporte ainsi une aide à la décision précieuse et constitue une véritable courroie de transmission.

Composée d’experts reconnus par leurs parcours d’excellence, cette inspection générale plurielle et expérimentée, rénovée et rajeunie, répond ainsi à l’objectif de rendre plus efficaces les politiques mises en œuvre dans des secteurs prioritaires que sont l’éducation, la recherche, la lecture publique et les sports, dont dépend l’avenir de notre pays.

Extrait de culture.gouv.fr du 01.09.19

 

JORF n°0228 du 1 octobre 2019
texte n° 11

Décret n° 2019-1008 du 30 septembre 2019 substituant la dénomination « inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche » aux dénominations « inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche », « inspection générale de l’éducation nationale » et « inspection générale de la jeunesse et des sports »

Extrait de legifrance.gouv.fr du 02.09.19

 

JORF n°0227 du 29 septembre 2019
texte n° 23

Décret n° 2019-1001 du 27 septembre 2019 relatif au statut particulier du corps de l’inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche

(...) Article 1
Le corps de l’inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche est classé dans la catégorie A prévue à l’article 13 de la loi du 13 juillet 1983 susvisée. Il est placé sous l’autorité directe et conjointe des ministres chargés de l’éducation, de l’enseignement supérieur, de la jeunesse, de la recherche et des sports.
Outre les missions et les attributions qui lui sont conférées par les dispositions législatives et réglementaires, l’inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche exerce des missions d’inspection, de contrôle, d’audit, d’évaluation, d’expertise, d’appui et de conseil dans les domaines de l’éducation, de l’enseignement supérieur, de la jeunesse, de la recherche et des sports. Elle intervient également dans le domaine de la lecture publique, de la documentation et des bibliothèques.
Ces missions sont accomplies à la demande de l’un ou plusieurs des ministres chargés de l’éducation, de l’enseignement supérieur, de la jeunesse, de la recherche et des sports ou en application du programme d’activité de l’inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche. La partie de ce programme ainsi que les missions portant sur la lecture publique, la documentation et les bibliothèques est arrêtée après consultation du ministre chargé de la culture.
L’inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche peut recevoir des missions du Premier ministre. Elle peut être autorisée par l’un des ministres sous l’autorité desquels elle est placée à effectuer des missions de la nature de celles définies au deuxième alinéa, à la demande d’autres ministres, d’organismes publics, de collectivités territoriales ou de leurs groupements, de fondations ou d’associations, d’Etats étrangers, d’organisations internationales ou de l’Union européenne.

Extrait de legifrance.gouv.fr du 29.09.19

 

Voir aussi : Les inspecteurs généraux, entre décideurs et chercheurs en éducation
Entretien avec Anne Armand

Répondre à cet article