> EDUCATION PRIORITAIRE > TYPE DE DOCUMENT > RAPPORTS OFFICIELS > Rapports des inspections générales > Un important rapport des Inspections générales (juillet 2012) sur le (...)

Voir aussi:
- ci-dessus, en rouge, cliquable, le chemin des rubriques menant à cet article
- à gauche les mots-clés liés à cet article

Un important rapport des Inspections générales (juillet 2012) sur le programme ECLAIR

6 septembre 2012

Élargissement du programme CLAIR (collèges et lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite)
au programme ECLAIR (écoles, collèges et lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite)
Juillet 2012

Coordonnateurs IGEN : Michel AGNERELLE, Alain HOUCHOT
Coordonnatrice IGAENR : Simone CHRISTIN

IGEN : Annie LHÉRÉTÉ, Anne-Marie ROMULUS, Jean-Pierre BELLIER
IGAENR : Didier BARGAS, Alain BRUNET

Note : Le sommaire et les préconisations donnent une synthèse fidèle des constats et des conclusions de cet important rapport

SOMMAIRE
Introduction .................................................................................................... 1
1. Les territoires des ECLAIR sont-ils pertinents ?............................. 4
1.1. De CLAIR à ECLAIR : la nécessité d’intégrer les écoles au dispositif................... 4
1.2. La transformation des RAR en ECLAIR, l’élargissement du programme à toutes les académies ........................................................... 4

2. Un pilotage repensé : quels changements effectifs ? ...................... 6
2.1. Un pilotage national qui reste insuffisamment cadré ..................... 6
2.2. Des niveaux de pilotage très hétérogènes dans les académies ...... 7
2.3. Une très forte prégnance de la « tradition de l’éducation prioritaire » dans le pilotage local .............................................................................. 8
2.4. Principal / IEN / IA-IPR : une synergie encore en construction.............................. 8

3. Des dispositifs nouveaux : pour quels effets ? .................................. 10
3.1. Le préfet des études, une fonction nouvelle utile mais qui reste à stabiliser ........ 10
3.2. Des mesures de gestion des ressources humaines pour renforcer et stabiliser les équipes : quelle réalité ? ................................................... 12
3.2.1. Le recrutement sur poste à profil : une expérimentation porteuse de réussites mais des interrogations qui subsistent ............................. 12
3.2.2. La part modulable des indemnités : une nouveauté mal comprise... 15

4. L’innovation pédagogique : un point faible.................................. 16
4.1. L’innovation pédagogique : une notion à clarifier .......................... 16
4.2. Une valeur ajoutée pédagogique toujours limitée ...................... 18
4.2.1. Dans les réseaux, les exemples d’actions réussies ne manquent pas......................................... 18
4.2.2. Au total, peu de nouveautés réellement liées aux ECLAIR .............. 19
4.2.3. Des innovations qui, la plupart du temps, ne se situent pas au coeur des apprentissages.................. 20
4.3. L’accompagnement pédagogique demeure insuffisamment mobilisé .............. 21

 

LES PRECONISATIONS

1. Les territoires des ECLAIR sont-ils pertinents ?
– Reprendre, à partir d’analyses actualisées des données sociales et scolaires, la cartographie de l’éducation prioritaire dès la rentrée 2013.
– Limiter la cartographie de l’éducation prioritaire aux écoles et aux collèges,
les problématiques des lycées relevant d’autres logiques
– Actualiser cette carte sur un rythme de 4 ou 5 ans, pour prendre en compte
les modifications de la sociologie liées notamment aux rénovations urbaines.
– Conserver le caractère national de la cartographie des territoires les plus en
difficulté.

2. Un pilotage repensé : quels changements effectifs ?
– Définir précisément un cadre national pour les réseaux ECLAIR
(organisation, pilotage).
– Veiller à inscrire explicitement le pilotage des « territoires prioritaires » dans
les priorités académiques.
– Conforter le pilotage pédagogique des réseaux autour des collaborations
principal/IEN/IA-IPR.

3. Des dispositifs nouveaux : pour quels effets ?
– Définir règlementairement le périmètre de cette nouvelle fonction relative à la coordination des études par niveau, en cohérence avec les attributions du
conseil pédagogique.
– Réviser l’appellation « préfet des études » en allant dans un registre lexical
soulignant plus explicitement la fonction de « coordonnateur par niveau ».

3.2.1. Le recrutement sur poste à profil
– Maintenir le recrutement sur poste à profil dans le second degré pour
stabiliser les équipes dans les établissements ECLAIR et renforcer leur
cohérence.
– Dans le premier degré, encourager, dans le cadre départemental, l’extension d’une modalité de recrutement sur profil aux directeurs et aux professeurs des écoles.
– Harmoniser le calendrier national de la publication des postes à profil avec les
opérations liées au mouvement des personnels.
– Mettre en cohérence les divers régimes indemnitaires dans l’éducation
prioritaire, en conservant une part modulable.
– Envisager le recours à la modularité de la rémunération pour répondre aux
besoins d’autres territoires en difficulté, ruraux notamment.

4. L’innovation pédagogique : un point faible
– Clarifier le « I » d’ECLAIR en précisant les attentes de l’institution en
matière d’innovation, tant dans sa définition que dans ses objectifs.
23
– Centrer l’innovation sur les enseignements et les apprentissages
fondamentaux.
– Activer le « A » d’ECLAIR dans le cadre d’une véritable ambition en termes
d’expérimentations (relevant de l’article 34 ou pas).
– Renforcer le lien école /collège dans la perspective de l’école du socle.
– Inscrire les lycées dans une logique plus générale de continuité pédagogique
école/collège/lycée.
– Mobiliser l’ensemble des corps d’inspection pédagogiques autour de la
continuité des apprentissages dans ce parcours de l’école primaire au lycée.

 

CONCLUSION
1 - ECLAIR : une strate supplémentaire dans le « millefeuille » des - dispositifs qui ne suffit pas à donner un nouveau souffle à l’éducation prioritaire
• Il existe des points d’appui sur lesquels fonder une politique d’éducation
prioritaire.... ("Par ailleurs, la mission a relevé des acquis globalement positifs dans la mise en place de deux dispositifs importants du programme ECLAIR, même s’il convient de les préciser et de les renforcer : les préfets des études et les postes à profil".)
• ECLAIR constitue une réponse inadaptée aux grands défis de l’éducation prioritaire
•Une démarche qui se révèle inadaptée pour impulser une dynamique de
changement dans le système éducatif

2. Perspective : une remise à plat de l’éducation prioritaire, axe majeur de la politique éducative nationale, s’avère indispensable

Lire le rapport intégral (26 p.) : Elargissement du programme CLAIR au programme ECLAIR

 

Voir aussi le cafepedagogique.net du 06.09.12 : Education prioritaire : Un rapport officiel demande une "remise à plat"

 

Note du QdZ : Le rapport, dans sa partie 3.2.1, prône le maintien du "recrutement sur poste à profil dans le second degré pour stabiliser les équipes dans les établissements ECLAIR et renforcer leur cohérence".
Dans le premier degré, ’il encourage, dans le cadre départemental, l’extension d’une modalité de recrutement sur profil aux directeurs et aux professeurs des écoles."

Cette double préconisation va sans doute susciter une vive opposition syndicale.
Pour sa part, l’OZP s’est prononcé pour un profilage limité aux emplois d’encadrement (principaux de collège, IEN...) et aux "métiers spécifiques de l’éducation prioritaire : coordonnateurs (dont il n’est pas du tout question dans ce rapport, malgré leur rôle dans le lien avec la politique de la Ville), professeurs référents (dont le rapport note qu’ils sont souvent devenus préfets des études).

Rappelons qu’une récente note de service, publiée au BO du 30.08.12 entérine pour la rentrée 2013 le maintien du recrutement sur profil des postes de personnels de direction des collèges et lycées en ECLAIR et des internats d’excellence.

Répondre à cet article