> POLITIQUE DE LA VILLE > PRE, REUSSITE EDUC. > PRE (Déclarations gouvernementales) > 3/4 des élèves de CE1 ont un bon niveau, selon le MEN. Pour ceux qui ont des (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

3/4 des élèves de CE1 ont un bon niveau, selon le MEN. Pour ceux qui ont des difficultés lourdes, les maîtres en éducation prioritaire pourront recourir à l’accompagnement éducatif et aux dispositifs de réussite éducative

4 juillet 2009 Version imprimable de cet article Version imprimable

Communiqué de presse Luc Chatel du 03.07.2009 : Évaluation nationale des acquis des élèves en C.E.1 - Mai 2009

Entre le 25 et le 29 mai, les élèves de CE 1 des écoles publiques et privées de France métropolitaine et des départements d’outre-mer ont passé les mêmes épreuves d’évaluation. Cela a été l’occasion de dresser un bilan complet des acquis de chaque élève en français et en mathématiques, à la fin du cycle des apprentissages fondamentaux, en référence aux programmes nationaux.

Dès le début du mois de juin, les maîtres ont pu informer chaque parent des résultats de son enfant. Ce dialogue permet de mieux expliquer les attentes de l’école et de présenter les dispositifs mis en œuvre pour aider chaque élève.
C’est en effet à partir de l’analyse des réponses de chaque élève, de la description précise des réussites et des difficultés, que les équipes enseignantes préparent la rentrée. Les maîtres de CE 2 disposent désormais d’un ensemble complet d’informations sur les points forts et les points faibles de chaque élève qu’ils accueilleront à la rentrée.
Ceux chez qui des faiblesses ont été détectées et analysées recevront, dès la rentrée, des aides immédiates : travail adapté au sein même de la classe, aide personnalisée, aides spécialisées le cas échéant.

Dans le même temps, des données anonymes complètes et pleinement utilisables, portant sur 85 % des élèves de CE 1, ont été collectés : un bilan global consultable sur le site www.education.fr pour le niveau national, pour chaque académie, pour chaque département.

75 % des élèves vont entrer en CE 2 en sachant bien lire, en maîtrisant les nombres et les premières opérations, en étant capable de rédiger un texte de quelques lignes.
Ce sont les trois quarts des élèves qui ont atteint le niveau attendu. Près de la moitié des élèves ont même d’excellents résultats (44 % en français et 47 % en mathématiques).

Parmi les 25 % d’élèves qui n’ont pas encore toutes les compétences attendues, il faut distinguer ceux dont les acquis sont encore fragiles et qui doivent être soutenus (ils sont 18 % dans ce cas en français et 15 % en mathématiques) et ceux dont les difficultés plus lourdes relèvent de dispositifs d’aide plus importants :

- 9% d’élèves sont dans ce cas en français, ils n’ont pas terminé leur apprentissage de la lecture et déchiffrent encore mal ;
- 10% le sont en mathématiques, ils ne maitrisent qu’incomplètement la numération.
- [C’est] En direction de ces élèves que les maîtres mobiliseront prioritairement, dès le début de l’année prochaine, les moyens d’aides disponibles : aides personnalisées, aides spécialisées par les enseignants des réseaux d’aides, mais aussi, dans l’éducation prioritaire, l’accompagnement éducatif, les dispositifs de réussite éducative.

Enfin, comme c’est le cas pour l’évaluation C.M.2, la direction générale de l’enseignement scolaire travaille d’ores et déjà à l’édition 2010 de l’évaluation en veillant à assurer une comparabilité des résultats dans le temps tout en tenant compte des remarques des maîtres et des inspecteurs sur les exercices proposés.

L’inspection générale est étroitement associée à ce travail qui mobilise le concours du service informatique du ministère et de la D.E.P.P.

L’évaluation de CE 1 qui sera proposée aux élèves l’an prochain au mois de mai conservera donc la même structure et les mêmes références que cette année tout en intégrant les remarques collectées lors de cette première édition 2009.

Lire le communiqué

 

Note du QdZ : Ce communiqué établit un lien clair et direct dans l’enseignement élémentaire entre l’éducation prioritaire et la réussite éducative.
Les conditions d’éligibilité des PRE précisaient déjà : "Le territoire doit être éligible : les ZUS et les territoires de l’éducation prioritaire le sont automatiquement (d’autres territoires défavorisés peuvent être exceptionnellement concernés pour des publics reconnus cependant comme éligibles, c’est-à-dire fragiles") (Synthèse Eduscol)

Voir l’espace OZP des acteurs de la réussite éducative et des PRE

Voir en particulier l’important tableau commenté de l’ensemble des dispositifs de réussite éducative et d’égalité des chances établi par Antoine Anderson lors de la rencontre OZP du 18.03.09

 

Par ailleurs, selon une déclaration du MEN à Ouest-France du 06.07.09, l’accompagnement éducatif n’a pas été généralisé dans le primaire car "dans les écoles non ZEP , il y a un dispositif qui fonctionne très bien, avec l’aide personnalisée

Cette déclaration non officielle laisse-t-elle supposer une répartition plus nette des dispositifs existants, répartition qui existe déjà partiellement ? On aurait donc :
- dans les écoles en éducation prioritaire, l’accompagnement éducatif, qui selon le ministère a concerné cette année 81% des écoles en RAR et 64% des écoles en RRS
- dans les écoles hors éducation prioritaire, l’aide personnalisée, qui concerne des élèves en difficulté et volontaires.
Mais cette simple supposition demande à être confirmée.

Répondre à cet article