> ACTEURS /POSITIONS > ACTEURS > Archives : - Profs. référents et AP - Préfets des Etudes > Archives : - Prof. Référents et AP > Prof. référent et AP (Profils de poste et Lettres de mission) > B* Les professeurs supplémentaires et les assistants pédagogiques dans le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Les professeurs supplémentaires et les assistants pédagogiques dans le projet pédagogogique du RAR Doisneau de Clichy-sous-Bois (93)

5 mars 2007 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extraits du site de l’académie de Créteil, le 05.03.07 : RAR Robert Doisneau à Clichy Sous Bois

 L’ambition de réussir

 un projet partagé au sein du réseau

Le RAR Robert Doisneau est composé du collège Robert Doisneau et d’un réseau d’écoles du premier degré constitué du groupe scolaire Paul Eluard qui comprend une maternelle et une école élémentaire. Par l’impulsion particulièrement réussie de la mise en oeuvre du dispositif Ambition Réussite, il fait figure d’exemple dans l’académie de Créteil. Il est adossé à un collège nouvellement construit à proximité de l’hôtel de ville sur la commune de Clichy, territoire de Seine Saint Denis où la notion de priorité à l’éducation fait l’objet d’un large consensus et d’un engagement éducatif militant partagé par l’ensemble des personnels d’éducation, des élus municipaux et des responsables du tissu associatif local.

Sur 28 400 habitants, Clichy Sous Bois scolarise 2 680 élèves dans douze écoles primaires (dont 10 en ZEP) et 1 945 élèves répartis dans les 3 collèges, tous classés Ambition Réussite. Ce classement de tous les collèges de la ville et des écoles qui leur sont rattachées est un fait unique pour l’académie de Créteil. Pour Marie Christine Culioli, Principale du Collège Robert Doisneau : « Dès que le collège a été retenu dans la liste des établissements bénéficiaires du dispositif, nous nous sommes réunis avec l’ensemble des équipes pédagogiques. Après les dramatiques évènements de novembre 2005, le choix de nous saisir au mieux de ces nouveaux moyens pour relever ensemble le défi s’est imposé à tous. Ceci nous a permis de prendre le temps de débattre et d’élaborer en commun notre projet de mars à juin 2006, de définir précisément les profils de poste des professeurs-supplémentaires, d’aménager de manière cohérente les emplois du temps de chaque niveau de classe et d’utiliser au mieux la Dotation Horaire Globale qui sont des éléments techniques fondamentaux à maîtriser pour gérer les moyens attribués et impulser une nouvelle dynamique de réseau ».

Avec 73 % d’élèves issus de milieux défavorisés, ce collège de plus de 500 élèves compte plus de 60 % des enseignants âgés de moins de 30 ans. Cette proportion importante de jeunes enseignants dans les équipes pédagogiques porte un désir collectif d’adaptation des pratiques pédagogiques en même temps qu’un réel déploiement d’énergie pour accompagner un public en difficulté d’apprentissage et de socialisation.

Les objectifs et l’utilisation des moyens RAR

L’épine dorsale du projet du Réseau est de « créer les conditions de la réussite de la maternelle à la troisième » en impulsant une dynamique nouvelle autour de trois axes de travail :

- Aider chaque élève à maîtriser la langue française

- Permettre à l’élève d’être le principal acteur de ses apprentissages

- Accompagner les élèves dans la construction de repères au sein de leur environnement socioculturel

Parmi les quatre professeurs supplémentaires, trois étaient des volontaires « de la maison » reconnus par leurs pairs pour leur qualité pédagogique et leur forte implication dans le travail collectif. Pour compléter cette équipe de professeurs supplémentaires, un enseignant de français, nouvellement nommé dans l’établissement a accepté de se lancer dans l’aventure.

En septembre, le recrutement complémentaire de quatre assistants pédagogiques de niveau licence, chacun avec un profil de compétences affirmé : un juriste, un psychologue, un étudiant de l’IUFM et un hispanophone de niveau maîtrise est venu opportunément renforcer le personnel du réseau au service de cette ambition de réussir, partagée par la communauté scolaire.
En marge de leurs tâches spécifiques, les assistants pédagogiques passent une part importante de leur temps à dialoguer et à s’entretenir avec les élèves et contribuent ainsi à une bien meilleure circulation de la parole dans l’espace scolaire. Afin qu’un plus grand nombre d’enseignants puissent s’impliquer dans les nouveaux dispositifs pédagogiques (voir ci dessous) et aussi pour permettre aux professeurs supplémentaires, dits référents, de préserver leur rôle usuel d’enseignant en classe, la confection de leur emploi du temps leur a conservé une part (4 ou 5 heures de leur service) devant élèves en classe banale, cette prise en charge d’une classe entière en responsabilité leur permet également de continuer d’exercer la fonction de professeur principal.

Les moyens supplémentaires ont été concentrés pour l’essentiel sur le public collégien, cependant en anglais et en mathématiques, les professeurs référents effectuent une part de leur service dans l’enseignement du premier degré en concertation avec les professeurs des écoles et le directeur. De même, deux des assistants pédagogiques aident au travail individualisé et à l’initiation à l’informatique des élèves de CM1 et de CM2 de Paul Eluard.

Afin de mettre en oeuvre concrètement ces objectifs, les moyens supplémentaires alloués au RAR (voir en annexe 1 tableau utilisation des moyens supplémentaires « ambition réussite ») ont permis de développer plusieurs types d’organisation pédagogique spécifique au collège qui ont été largement discutés au sein des différentes disciplines concernées et des équipes pédagogiques.

Les moyens supplémentaires en heures d’enseignement représentent 72 heures sur les 863 heures du collège, soit moins de 10 % des moyens globaux. Pour que ceux-ci puissent jouer leur rôle de masse critique d’amélioration notable des résultats scolaire des élèves, il est nécessaire de pouvoir les intégrer dans une dynamique de projet d’établissement où chacun peut apporter sa pierre à l’édifice et contribuer à une synergie créatrice d’espoir et de changement. Les moyens ont d’abord servi à élargir la palette des réponses pédagogiques mobilisables en fonction des besoins identifiés auprès des élèves.

Les différents dispositifs pédagogiques spécifiques

« L’espace réussite » est particulièrement destiné aux « élèves décrocheurs » ou passifs en classe. Il a pour objectif de travailler le « connais-toi toi même » de l’élève, l’autonomie indispensable à la réussite personnelle en lui permettant d’acquérir des méthodes et repères nécessaires à la construction des savoirs.
L’élève est pris en charge par les professeurs supplémentaires durant une période de deux à six semaines, le travail se réalise en groupe restreint avec des élèves sortis de leur classe. Cet espace temps de travail permet d’analyser plus finement, en y associant l’élève, les points d’appui et les faiblesses des élèves comme leur potentiel. L’espace qui est dédié à cette activité au sein de l’établissement consiste en deux bureaux réservés aux professeurs supplémentaires et en deux salles aménagées au sein du CDI. Lors de la phase de réintégration de l’élève dans sa classe, il est accompagné et suivi par un assistant pédagogique afin de continuer à mettre en pratiques les acquis obtenus dans « l’espace de réussite »

La co-intervention est développée grâce aux professeurs supplémentaires pour différentes disciplines comme le français, les SVT ou les mathématiques. Elle donne pleinement ses effets en cours de mathématiques en cinquième. Elle permet aux enseignants impliqués, une bien meilleure disponibilité pour aider individuellement les élèves en difficulté. Cette expérience se révèle très positive pour les élèves, mais aussi pour les enseignants qui y découvrent de nouveaux espaces d’échange de pratiques et de réflexion entre collègues. Elle permet une meilleure identification des difficultés des élèves par le professeur référent en mathématiques, celles-ci sont ensuite reprises à raison de 1 heure hebdomadaire pour 6 élèves repérés dans le cadre d’un travail de groupe de soutien spécifique dont la constitution est évolutive en fonction du travail réalisé. Dans l’emploi du temps des assistants pédagogiques, une à deux heures hebdomadaires sont prévues pour faire, à la demande d’un enseignant sur une séquence pédagogique ciblée, de la co-intervention au CDI ou en classe.

Les groupes de compétences.
Ce dispositif pédagogique est mis en oeuvre grâce à l’alignement horaire des classes d’un même niveau, en sixième, cinquième et quatrième. Ceci est par exemple le cas pour deux classes de quatrième en anglais et offre à trois enseignants l’occasion d’intervenir sur les effectifs des deux classes scindés en groupes de niveau : bon/moyen/difficile pour travailler à raison de 2 heures hebdomadaire le port folio européen.

Sur les 3 heures hebdomadaires d’anglais, le groupe classe initial se reforme à raison d’une heure par semaine. Cette organisation permet aux enseignants d’obtenir un bien meilleur dynamisme de la part des élèves. Pour constituer les groupes de compétence, ce qui est réalisé pour les classes de cinquième et quatrième en mathématiques et en anglais, une concertation intense et de qualité est nécessaire entre les enseignants d’un même niveau.

Le pôle d’excellence scientifique.
A raison de 2 heures hebdomadaires, cette mesure concerne deux groupes de 15 élèves issus des classes de 6ème à la 3ème qui font preuve de qualités hors norme en mathématiques. Il s’agit d’un travail individualisé où les élèves ont, dans un premier temps, des travaux de recherche à effectuer puis dans un second temps, la recherche de solutions revient à un travail de mise en commun participatif et collectif.

Le tutorat se met en place via les PPRE. Après une phase de gestation liée à leur élaboration, qui nécessite un important travail de concertation mené par les professeurs référents et leurs collègues, les PPRE concernent plus d’une centaine d’élèves et sont organisés en fonction des besoins spécifiques dans chacune des disciplines : français, maths, français langue étrangère. Le tutorat personnalisé de suivi est mis en oeuvre par les enseignants, les personnels de vie scolaire et les assistants pédagogiques. Chaque semaine, le tuteur consacre un temps régulier à l’élève et fait le point périodiquement avec son professeur principal et sa famille.

Les études dirigées sur le temps hors scolaire sont encadrées par des enseignants rémunérés par les dispositifs de la politique de la ville sur un public ciblé en grande difficulté et bénéficient en outre de l’apport des assistants pédagogiques. Elles ont lieu chaque soir de 17 à 19 heures, sauf le vendredi et chaque mercredi après-midi. Les adultes encadrant ces activités peuvent porter une attention particulière aux élèves les plus en difficulté et, en partant de leurs observations, poursuivre le dialogue avec les professeurs principaux de ces élèves. La base du volontariat pour le recrutement des élèves en études dirigées ne suffit pas ; les professeurs référents en concertation avec les enseignants font un accompagnement spécifique auprès des élèves en difficulté et de leur famille afin de les inciter fortement à y participer.

Le partenariat d’excellence De nombreux partenariats sont en cours d’élaboration et de contractualisation. L’association Elélé, une association de femmes turques, propose un programme de découverte culturelle et philosophique en 3 ans pour aider 7 jeunes filles à développer leur curiosité intellectuelle, la phase de concertation est bien avancée.
Par contre avec l’ESIA, une grande école de formation aux métiers de l’industrie dont les cours se tiennent à la Cité des Sciences de la Villette, le dialogue en est à ses débuts. Avec des clubs sportifs locaux de Clichy, comme le club de boxe ou de vélo, le partenariat se met en forme plus pratiquement par des visites au club des élèves intéressés.

Dans le cadre du Contrat Urbain de Cohésion Sociale en cours d’élaboration avec la municipalité et la Préfecture, les programmes d’action du type « savoir nager » dans le premier degré ou « mieux vivre ensemble au collège » sont en cours de réalisation. Afin de permettre aux élèves des trois collèges de la ville de participer, en fonction de leur centre d’intérêt, à diverses manifestions portant sur l’orientation (salons et journées Portes Ouvertes), la municipalité prend en charge le déplacement des élèves retenus par chacun des collèges. La politique de la ville finance aussi des ateliers de formation en informatique pour les parents d’élèves afin qu’ils puissent s’informer sur la vie scolaire du collège en ligne sur internet.

La volonté affichée au sein de l’établissement et du réseau est, qu’au-delà de chacun de ces dispositifs, ce soit d’abord un changement général d’attitude des équipes enseignantes qui puisse se produire et que se réalise l’idée qu’avec quelques moyens supplémentaires, « ensemble nous pouvons mieux faire » face aux situations et mieux faire réussir les élèves, c’est à dire faire progresser chacun pour l’aider à mieux s’intégrer à l’espace scolaire et à ses exigences de connaissance, de compétence et de savoir être.

Les enseignants supplémentaires s’investissent avec coeur dans leur fonction nouvelle et passent beaucoup de leur temps en dialogue et en concertation avec leurs collègues. Une de leurs principales difficultés est de trouver le bon créneau horaire pour se réunir avec les autres enseignants, ils ont le sentiment de courir en permanence et ne comptent pas leur temps de travail.

S’il est encore bien trop tôt pour évaluer les résultats de cette mise en oeuvre, selon Mme Gomez, principale adjointe au collège, « cette expérience est réellement exaltante pour le personnel, les gens cherchent ensemble et on peut noter une émulation collective nouvelle vers la réussite de l’élève, il y a beaucoup moins de résignation de la part des enseignants devant les difficultés des élèves et probablement une plus grande exigence de résultats, les élèves ressentent ce changement d’état d’esprit et se sentent mieux suivis ».

Serge Nédélec, chargé de mission Education Prioritaire, février 2007

Un tableau d’utilisation des moyens a été établi est prolonge ce texte.

Ces documents seront présentés à Cachan le 7 mars dans le cadre de la journée académique « Education prioritaire » (voir ci-après)

Répondre à cet article