> POLITIQUE VILLE > PERISCOLAIRE VILLE : Afev, Clas, Coup de Pouce, autres soutiens > Club Coup de pouce > Une thèse sur les Clubs Lecture Écriture Mathématiques (Coup de pouce), (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une thèse sur les Clubs Lecture Écriture Mathématiques (Coup de pouce), novembre 2016. Présentation ToutEduc

25 janvier 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Thèse de doctorat de Sophie ROMERO-PINAZO, novembre 2016
Autorégulation et représentations sociales dans les processus d’apprentissage de professionnels de l’éducation
Recherches expérimentales sur les effets d’une formation par alternance dans les réseaux d’éducation prioritaire

Résumé
Cette thèse s’inscrit dans le système complexe de la formation par alternance des adultes avec une initiation à l’autoévaluation. Quels sont les éléments qui participeraient aux changements initiés par la loi de Refondation pour pallier les inégalités scolaires constatées ?

Notre objet d’étude se situe hors de l’école en REP, avec un dispositif d’accompagnement à la scolarité qui prend en charge des enfants de 7 ans en difficulté scolaire : le CELEM (Club Lecture Ecriture Mathématiques).
Bien que des études s’intéressent à l’impact de différents facteurs sur la réussite des enfants, les recherches qui permettent la validation des modèles d’évaluation formatrice sont rares. Nous proposons une initiation à l’autorégulation lors de la formation des intervenants des clubs afin de favoriser le développement cognitif et l’autonomie des adultes et par la suite des enfants.

Notre méthodologie a pour objectif de tester une relation causale entre la formation des intervenants et la progression des enfants pour des disciplines scolaires et dans le comportement. Notre méthode est quasi expérimentale, comparative, prospective en quasi double aveugle. Deux groupes d’intervenants ont été constitués par randomisation. Les cartes associatives réalisées ont permis de suivre l’évolution des représentations que les intervenants se font de leur mission.
Les résultats obtenus sont positifs et ont été corroborés par les résultats des enfants. On a constaté des modifications statistiquement significatives qui permettent d’affirmer que l’initiation à l’autorégulation des intervenants a entraîné des modifications de leurs représentations et l’amélioration des résultats des enfants.

La thèse (317 pages)

 

L’autoévaluation pour lutter contre l’échec scolaire ? (thèse)
Les Clubs Lecture Écriture Mathématiques (Celem) accueillent des élèves de CE1 le soir après la classe. Ils fonctionnent sur le modèle des clubs "Coup de Pouce" (créés par Gérard Chauveau) qui visent des élèves de CP fragiles scolairement et dont l’objectif est de développer une appétence pour la lecture et de tisser des liens avec la famille en travaillant en collaboration avec l’enseignant.

Une initiation à l’autoévaluation permet-elle aux intervenants de Celem de modifier leur pratique et de favoriser l’autonomie de l’enfant et son développement cognitif ? C’est la question explorée par Sophie Romero-Pinazo, dans une thèse soutenue à Aix-Marseille Université le 21 novembre dernier. "Il est nécessaire d’être formé à l’autoévaluation pour, non seulement développer sa propre régulation, mais aussi favoriser l’autoévaluation des enfants", estime-t-elle. En s’appuyant sur des recherches expérimentales, la chercheuse analyse les effets de cette formation par alternance dans des réseaux d’éducation prioritaire à Marseille.

Des progrès scolaires
Premier résultat : l’initiation à l’autoévaluation produit un impact sur les représentations des intervenants. Auparavant, ils pensaient que leur mission était d’abord d’aider l’élève à se conformer à une norme scolaire, à travers la réalisation des devoirs notamment. Après cette formation, ils privilégient davantage des actions favorisant le développement de l’enfant et son autonomie. Mais cette initiation des intervenants a également permis une progression des résultats des enfants en difficulté scolaire, en mathématiques en particulier, mais aussi en maîtrise de la langue.

Dans une moindre mesure, Sophie Romero-Pinazo constate également une transformation positive des comportements et des attitudes des élèves. Désormais, elle souhaiterait proposer cette formation particulière à "un public plus qualifié, sensibilisé aux métiers de l’enseignement", afin de mesurer ses effets.

Extrait de touteduc.fr du 22.01.17 : L’autoévaluation pour lutter contre l’échec scolaire ? (thèse)

Répondre à cet article