> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > ACTION LOCALE par niveau et discipline > Action locale AU COLLEGE > Collège (Français et Langues) > B* Redonner sa place à la parole et au rituel pour lutter contre "la peur (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Redonner sa place à la parole et au rituel pour lutter contre "la peur d’apprendre" en 6e au collège ECLAIR Le Toullec du Port à La Réunion

12 mars 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Lire les mythes pour guérir la peur d’apprendre

Collège [ECLAIR] Jean le Toullec
17 rue Simon Pernic, 97824 Le Port
Site du collège
Auteur : Mmes Virginie ROCCON et Sarah HOAREAU
Mél : [_>Virginie.Roccon@ac-reunion.fr] ; Sarah-Nancy.Dijoux@ac-reunion.fr

La classe de 6ème fera partie à partir de la rentrée prochaine du cycle CM1/CM2/6ème : on ne pourra donc pas faire l’économie d’une réflexion sur l’élève de sixième, sa place particulière dans le collège et surtout sur la mise en place d’un lien fort avec l’école primaire tout en conservant les spécificités du collège (plus d’enseignants et de matières, des salles spécifiques, des interlocuteurs nouveaux pour les élèves, des horaires de cours différents …).
De plus, nous restons convaincus qu’une réponse pédagogique forte pourrait pallier certains « maux » des élèves notamment en sixième plutôt que la multiplication des observations ou des punitions qui a fortiori ne font plus sens et finissent par être désavoués par certains élèves, ceux qui sont capables de mettre en échec n’importe quel système de sanction.

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
Deux classes de 6ème hétérogènes et sans option.

A l’origine
• Milieu créolophone uniquement : le français n’est pas la première langue, sa pratique se fait uniquement au collège pour certains élèves !
• Milieu social défavorisé : des familles démissionnaires, des élèves aux parcours déjà lourds, peu d’écoute à la maison, une répartition des tâches familiales autre, un lieu de vie restreint et non individualisé. Quid de l’égalité du travail scolaire à la maison ?
• Violence verbale fréquente : peu de vocabulaire pour exprimer ses idées, peu de conceptualisation. Ceci entraine souvent la violence physique : intimidations fréquentes, harcèlement ….
• Elèves décrocheurs dès la sixième se révélant soit en perturbant la classe soit en dormant ou en ne venant pas ou peu en classe : quel rapport au savoir ? A l’école ?
• Certains élèves ont de bons résultats mais parfois on s’aperçoit qu’ils se mettent juste en conformité avec le cadre : apprentissage par cœur mais pas de réflexion (ou d’éducation à cela)
• Lors de la commission d’harmonisation HDA, beaucoup d’enseignants relèvent la difficulté pour les élèves de faire des liens entre les œuvres ou entre les matières = morcellement du savoir= intérêt ?
• Remédiation en cours dans le collège qui fonctionne sur un certain type d’élèves mais pas pour les élèves en très grande difficulté = multiplication des difficultés (comportement, apprentissages, lecture)
Le rapport à l’Autre devient rapidement conflictuel ou alors inversement muet.

Objectifs poursuivis
Améliorer la prévention et le traitement de la difficulté scolaire par une modification des pratiques pédagogiques au sein de la classe. Travailler sur le sens de l’école et des apprentissages pour que l’enfant prenne en charge sa scolarité. Développer une culture de l’auto évaluation.

Dans un deuxième temps essaimage interne soit sur tout le niveau 6e, soit au niveau 5e
Que les élèves :
• expriment leurs émotions, leurs sentiments,
• construisent leur propre imaginaire,
• prennent la parole,
• défendent une idée en exprimant des arguments appropriés,
• écoutent et respectent la parole de l’autre,
• acceptent de réviser leur position en fonction de celle de l’autre,
• mettent du sens dans ce qu’ils entreprennent et comprennent comment ils « fonctionnent »,

Description
Nous avons donc décidé de travailler sur deux axes forts :
- Repenser la place de la langue, de la parole (collective ou individuelle) et de la culture afin de donner la possibilité aux élèves d’investir leur place et de changer leur rapport au savoir = être citoyen dans une démocratie.
- S’appuyer sur un cadre plus ritualisé pour donner aux élèves des repères stables garantissant une meilleure entrée dans les apprentissages.

Pour cela nous nous sommes appuyés sur la lecture de Serge Boimare « Ces enfants empêchés de penser » et « La Peur d’apprendre » et particulièrement sur le questionnement suivant : Pourquoi et comment des élèves normalement ou moyennement intelligents et curieux en arrivent-ils à de telles difficultés d’apprentissage ?
Au départ, ces enfants n’ont pas de problème cognitif mais un dérèglement lié à la non résorption des questions primaires qui hantent la petite enfance, des craintes très anciennes : abandon, l’éclatement, le sexe, (émasculation, la pénétration) et la dévoration. Il n’y a pas d’investissement d’un monde intérieur.

Ce sont les inquiétudes et les émotions qui parasitent l’apprentissage et empêchent de penser.
Que leur manque-t-il ?
• Maîtrise de la compréhension : ne comprennent que des petits morceaux mais pas de globalité
• Maîtrise du langage
• Maîtrise du discours : aucune hiérarchisation des idées, pas d’argument, pas de lien…
Comment se manifeste leur empêchement de penser ?
• Coupe le fil de la pensée « j’y arriverai pas » « je suis nul » = dévalorisation, inhibition et conformisme pour ne pas penser
• Projette leur peur sur les exercices, le cadre ou le professeur = idées de persécution « c’est pourri » « t’es méchant » « il est sauvage »
• Passe le relais au corps, ultime défenseur= « le corps carapace »

Les leviers :
• Les intéresser en travaillant par énigme (tâche complexe)
• Les nourrir de culture : utiliser la médiation de la culture traditionnelle et symbolique
• Les faire parler
Prérequis : il faut que l’élève arrive à imager pour accéder aux savoirs fondamentaux.
Pistes de projet pour Boimare : « Le langage est le moteur qui relance la machine à penser et la culture est le carburant de la machine à penser »
• Il faut qu’ils renouent avec leur dimension interne, « réenchanter l’école » et rester à distance de leur centres d’intérêt habituels.
• Comment ?
◦ 4O min à une heure de lecture par jour faite par un enseignant en acceptant une attitude parasitaire lors de la lecture (dessiner sur une feuille, tripoter un objet = canalise leur attention). Présence du livre + insistance sur les passages violents. On peut s’appuyer sur les textes fondateurs et porteurs de référence (la Vie, L’Amour, la création du monde, l’homme et l’animal, l’ordre, le respect…).
◦ Les faire parler en préservant la dimension collective au début : débat argumentaire lié à une question en ne les laissant pas sortir du cadre du texte.
◦ Passage à l’écrit : réponse à la question du débat, suite du texte … = phase d’individualisation.
• Pistes de thèmes à travailler en transversalité :
◦ Les douze travaux d’Hercule
◦ Le feuilleton d’Hermès par Muriel Szach, éditions Bayard
◦ Jules Verne
◦ Œdipe
◦ Roméo et Juliette
◦ Les Misérables
◦ La Guerre du feu

Modalité de mise en œuvre
- Une ritualisation toute la semaine (sauf mercredi) pour permettre aux élèves de mieux se repérer dès le début (même salle pour une classe toute la semaine) : 45 min pour mettre en place la lecture/ débat/écriture autour d’un thème commun défini par l’équipe de vacances à vacances.
• Par qui ? Pour chaque classe :
◦ 1 créneau par le professeur de français (1 créneau en plus/classe).
◦ 1 créneau par le professeur d’histoire-géo (à voir s’il est possible de rajouter un créneau supplémentaire pour ces deux classes ou 1 HSA, HSE/classe).
◦ 1 créneau par le professeur documentaliste.
◦ 1 créneau « tournant » où chaque enseignant de l’équipe aurait la possibilité de participer (HSE ?) / Planning à définir à l’avance pour les volontaires. L’ensemble de l’équipe sera informé du planning de lecture et pourra donc d’une manière ou d’une autre en tirer parti dans son propre cours car les textes choisis seront en rapport avec le programme de sixième (textes fondateurs). Dans ces conditions, les heures « Boimare » ne grignotent pas les heures-programme !
- Ces temps de ritualisation ne seront pas notés mais évalués par rapport au livret de compétences (point à retravailler en équipe)
- Ritualisation de l’aide aux devoirs sur ces deux classes tous les jours sauf le mercredi en S3.
- Mise en place d’un tutorat pour tous les élèves : un adulte pour 5 élèves max = un autre regard sur l’élève
• Qui ? Un professeur (de la classe ou non), CPE et préfet des études.
• Objectifs ? Prendre en compte davantage l’individu-élève, donner la place à sa parole, méthodologie, accompagner véritablement l’élève dans ce nouvel environnement, désamorcer les conflits en amont, suivi du carnet, conseils…
• Comment ? 45 min/ semaine pendant les heures de permanence si possible.
- Pour l’aide personnalisée, alignement des deux classes avec au moins 4 professeurs (2 professeurs de français des deux classes, le professeur documentaliste et PE supplémentaire), de préférence sur les créneaux S1 et S2 avec un travail en lien avec les textes travaillés lors des ritualisations. On privilégiera le travail par petits projets de vacances à vacances avec des groupes hétérogènes des deux classes sauf pour le groupe non-lecteur plus homogène et restreint (6 élèves max).
- Dès la rentrée nous insisterons sur les activités culturelles mises en place dans le collège (théâtre, atelier contes, chorale….) sur la pause méridienne afin que le maximum d’élèves y prennent part.

Moyens mobilisés
• Professeurs principaux : professeurs de français (dits supplémentaires)
• Deux équipes pédagogiques et éducatives volontaires de préférence.
• Professeur documentaliste, CPE, AED, préfet des études, équipe de direction.

Liens éventuels avec la Recherche
JOURNÉES DE RENCONTRES : Penser-Parler-Lire-Ecrire, ça s’apprend ! Pour une prévention de l’échec scolaire et de l’illettrisme 26 et 27 novembre 2014, Metz.
Programme. - Langages & réussite éducative : des pratiques innovantes. Colloque du 11 mars 2009

Documents
- Conférence de M
- OCCE Prévenir l’échec scolaire
- Projets du BEF Ouest La Réunion

Extrait du site Expérithèque : Clg Jean Le Toullec : Lire les mythes pour guérir la peur d’apprendre

Répondre à cet article