> 9 - POLITIQUE VILLE > PRE, REUSSITE EDUC. > PRE (Communication gouvernementale) > Une convention EN / Ville établira une meilleure cohérence entre les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une convention EN / Ville établira une meilleure cohérence entre les dispositifs de réussite éducative (ACSE et collectivités) et les actions de droit commun du MEN (discours d’ouverture de la journée nationale)

16 mai 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

"Depuis la loi de cohésion sociale de 2005, certains dispositifs ont été formalisés sous l’appellation de "réussite éducative". Ils ont eu la particularité de conjuguer des actions collectives surtout circonscrites à des territoires délimités, avec des actions individuelles de soutien à des enfants ou des jeunes repérés pour les difficultés qu’ils rencontrent. Ils ont surtout érigé l’action partenariale en solution pour prendre en compte l’enfant dans son environnement à savoir les questions de santé, de soutien à la fonction parentale, d’éducation artistique et sportive, de prévention du décrochage scolaire. Ces questions sont devenues des facteurs pouvant expliquer la moindre réussite de certains enfants, et que la collectivité doit prendre en charge et traiter.

La plupart des intervenants dans ces programmes de réussite éducative, et vous en êtes les représentants, sont en mesure de démontrer l’apport positif pour les jeunes concernés de ce qu’ils ont mis en place.

Depuis un an, je suis allée de nombreuses fois à la rencontre des acteurs de terrain et je dois dire que j’ai apprécié la qualité de ce qui avait été imaginé et qui souvent apparaît singulièrement innovant : dispositifs individualisés de soutien à l’apprentissage de la lecture, ateliers pour se familiariser à l’architecture donc aux normes d’équilibre et de géométrie, ateliers sports, rugby, classes orchestres, dispositifs divers de remédiation, de soutien, de lutte contre le décrochage et l’exclusion temporaire.

Mais il nous faut encore déterminer l’incidence réelle de ceux-ci sur les apprentissages, sur les résultats scolaires eux-mêmes. Comme le souligne le CNV dans son avis du 6 décembre 2012, malgré les moyens spécifiques alloués aux territoires les plus enclins aux inégalités scolaires liés aux difficultés sociales, l’ambition de réduction des inégalités territoriales est loin d’être atteint.

Or, si des politiques éducatives prenant en considération les spécificités des habitants des quartiers lui semblent tout à fait nécessaires, le CNV souligne cependant que l’Education nationale demeure en soi l’outil le plus pertinent et le moyen irremplaçable pour réduire les inégalités et assurer la meilleure égalité de droit.

C’est donc à une meilleure coopération entre les politiques menées sous la houlette de l’ACSE et des collectivités locales dans les quartiers prioritaires, notamment les politiques d’accompagnement mises en œuvre dans le cadre de la réussite éducative et celles menées par l’Education nationale que nous devons œuvrer.

[...] Néanmoins, la nécessité d’une meilleure mise en cohérence des dispositifs de politique de la ville et de l’éducation nationale dans les quartiers sensibles a été pointée par la Cour des comptes dans son rapport consacré à la politique de la ville et à l’action éducative. Elle a souligné les risques de substitution en matière éducative entre les moyens spécifiques mobilisés par la politique de la ville et ceux mis en place par l’Education nationale dans ses politiques de droit commun.

Ce qui apparait indispensable, c’est bien de faire en sorte que ces dispositifs divers se complètent, ne fassent pas double emploi et donc qu’au niveau du pilotage central, ce qui se fait soit connu et évalué en commun pour éviter la redondance des dispositifs. Il y a là sans doute une répartition des rôles à préciser et nous aurons un travail commun à faire sur les rôles respectifs de chacun, notamment voir ensemble, l’inventaire et l’évolution de ces dispositifs.

Ce sera l’objet de la convention sur laquelle nous travaillons et qui devra mieux acter la répartition des moyens et la mobilisation des ministères de l’éducation nationale et de la ville en faveur des enfants des quartiers."

Extrait du discours d’ouverture de George Pau-Langevin

Le dossier complet sur le site du MEN

 

Voir aussi
Journée nationale de la réussite éducative (MEN et Ministère de la Ville, 15 mai 2013) : les tables rondes

Journée nationale de la réussite éducative : les annonces du discours de clôture de George Pau-Langevin

Journée nationale de la "réussite éducative" (MEN et Ministère Ville) : comptes rendus des ateliers 1 (Persévérance scolaire), 3 (Bien-être à l’école), 7 (Pratiques artistiques)

Répondre à cet article