> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. (Rapports officiels) > EDUC. PRIOR. Rapports et débats parlementaires > Le projet de loi de refondation est adopté par l’assemblée nationale. (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le projet de loi de refondation est adopté par l’assemblée nationale. L’éducation prioritaire dans les premières réactions syndicales

20 mars 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

Voté par 320 voix contre 227, ce projet de loi d’orientation et de programmation a recueilli les suffrages favorables des socialistes, des écologistes et des radicaux de gauche, les députés du Front de gauche ayant opté pour l’abstention. Les élus de l’UMP et de l’UDI ont voté contre.

Au-delà de la programmation de 60 000 postes en cinq ans dans l’éducation nationale, le projet de loi prévoit la recréation d’une formation des enseignants dès la rentrée 2013 avec les Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation, et donne la priorité au primaire, notamment par un renforcement de la scolarisation des moins de trois ans et le dispositif "Plus de maîtres que de classes".

Extrait de lemonde.fr du 19.03.13 : Le projet de loi pour la refondation de l’école adopté à l’Assemblée

 

Ces grandes avancées doivent désormais recueillir l’avis du Sénat avant d’être définitivement adoptées en seconde lecture à l’Assemblée nationale avant l’été.

Sur le site du MEN : Vote solennel de la loi d’orientation et d programmation pour le refondationde l’école dela République

 

L’éducation prioritaire dans les réactions syndicales

Pour autant, cette seule loi ne suffira pas à corriger notre système inégalitaire. Si elle fixe de nouvelles orientations pour une école de la République plus juste, plus attentive à la réussite de tous, elle devra être complétée par des mesures concernant aussi bien la voie professionnelle que l’éducation prioritaire ou les RASED, par exemple.

[SE-UNSA Education : Loi sur la refondation : premier changement de cap

 

SGEN-cfdt :
Communiqué de Presse du 19 mars 2013.

Le Sgen-CFDT qui s’est largement impliqué dans le travail législatif en proposant aux parlementaires des amendements au texte initial, apprécie que le projet de loi ait été amélioré sur la prise en compte du socle commun, sur la reconnaissance du rôle des territoires, de l’éducation prioritaire, et concernant l’appui à la transversalité et à l’innovation. Il regrette cependant la décision prise en séance de ne pas aller jusqu’au bout en ce qui concerne le parcours de l’orientation, qui aboutit à ne pas donner aux familles la décision finale dans le processus scolaire.

Refondation de l’école, des fondations sont posées... il reste à construire l’édifice !

Répondre à cet article