> EDUCATION PRIORITAIRE (politique d’) > EDUC. PRIOR. Types de documents > Educ. prior. (Rapports officiels) > Educ. prior. Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq, Injep, (...) > "Mixité sociale : retour sur douze ans de ciblage des politiques d’éducation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Mixité sociale : retour sur douze ans de ciblage des politiques d’éducation prioritaire", par Pierre Courtioux et Tristan‑Pierre Maury, in "Inégalités et éducation", dossier d’Economie et Statistique, n° 528-529, 2021

23 décembre 2021

Economie et Statistique
n° 528-529, 2021

Dossier thématique : Inégalités et éducation

Sommaire

Inégalités scolaires et politiques éducatives : une introduction
Georges Felouzis

Mixité sociale : retour sur douze ans de ciblage des politiques d’éducation prioritaire
Pierre Courtioux et Tristan-Pierre Maury

Qu’est ce qu’un bon lycée ? Mesurer les effets établissements, au-delà de la moyenne
Pauline Givord et Milena Suarez Castillo

Les inégalités de compétences à la fin des études
Fabrice Murat

L’université française, lieu de brassage ou de ségrégation sociale ? Mesure de la polarisation du système universitaire français (2007-2015)
Romain Avouac et Hugo Harari-Kermadec

L’article d’Economie et statistique

Le dossier intégral "Inégalités et éducation"

 

EXTRAIT

Mixité sociale : retour sur douze ans de ciblage des politiques d’éducation prioritaire
Pierre Courtioux* et Tristan‑Pierre Maury**

Résumé – À partir des données de la Base Centrale Scolarité (BCS), nous mettons en évidence un certain nombre de faits stylisés sur l’évolution du ciblage de l’éducation prioritaire sur la période 2004‑2016 et sur la ségrégation inter‑collèges.
Tout d’abord, nous constatons une baisse de la part d’élèves défavorisés sur la période 2004‑2014, suivie d’une période de recentrage de l’éducation prioritaire sur les populations les plus défavorisées à partir de 2015. Le calcul d’un indice d’information mutuelle et sa décomposition nous permettent de montrer qu’en termes de ségrégation sociale, au cours d’une période caractérisée par une relative stabilité de la ségrégation inter‑collèges au niveau global, les différences entre les collèges en éducation prioritaire et les autres ont tendance à s’atténuer jusqu’en 2014 et à repartir à la hausse après. La décomposition géographique de ces indices nous permet de montrer que la période de réduction de la part d’élèves défavorisés est portée par les académies fortement urbanisées, mais que le recentrage
de l’éducation prioritaire sur les collèges les moins mixtes concerne le rural comme les zones plus urbanisées.

Répondre à cet article