> PILOTAGE, MIXITE SOC., ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION... > Evaluation > Evaluation (généralités) > « Ce n’est pas le principe du mérite qu’il faut rejeter mais son caractère (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

« Ce n’est pas le principe du mérite qu’il faut rejeter mais son caractère hégémonique », tribune de Marie Duru-Bellat dans le Monde de l’éducation

12 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

« Ce n’est pas le principe du mérite qu’il faut rejeter mais son caractère hégémonique »
TRIBUNE
Marie Duru-Bellat
Professeur émérite de sociologie à Sciences-po

Dans une tribune au « Monde de l’éducation », la professeure de sociologie Marie Duru-Bellat s’interroge sur la confiance très grande des politiques envers la méritocratie.

[...] L’appréhension du mérite est donc toujours approximative et incertaine. Faut-il s’en désoler ? Car, après tout, une école qui serait exclusivement fondée sur le mérite serait-elle juste ? Ce n’est pas sûr, car cela revient à privilégier de fait certaines finalités de l’école : la logique du mérite hypertrophie ce qui n’est qu’une définition des fonctions de l’école, évaluer et classer les élèves. Or, la sélection et la logique de l’excellence individuelle ne peuvent être les seules priorités de l’école, sauf à renoncer à l’éducation de tous en se désintéressant du sort des élèves jugés « non méritants », de tous ceux qui restent à la traîne. Si l’on admet que l’école doit aussi éduquer, elle ne peut être seulement un espace de compétition, et partant d’exclusion.

Extrait de lemonde.fr du 10.06.19

 

Site OZP : recherche plein texte sur le mot meritocratie (102 articles)

Répondre à cet article