> INEGALITES SCOLAIRES (et Lutte contre les) > Ouverture sociale > Les conventions ZEP - Sciences Po > Sciences Po et le programme ZEP > 28.07.09 - Controverses sur l’éducation prioritaire à propos de l’appellation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

28.07.09 - Controverses sur l’éducation prioritaire à propos de l’appellation "lycée ZEP" et des conventions Sciences Po

28 juillet 2009 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de rue89.com du 27.07.09 : Réponse au Monde : un « lycée ZEP », ça n’existe pas

Par Nestor Romero | Ancien enseignant

J’ai été étonné de lire dans le Monde, sous la plume de Raphaëlle Bacqué, dans un article paru le 3 juillet à propos du lycée Henry-Wallon d’Aubervilliers, la formulation suivante : « Dans ce lycée classé en zone d’éducation prioritaire (ZEP)... » Pourquoi étonné ?

Tout simplement parce que un « lycée classé ZEP », cela n’existe pas.

Je sais bien que depuis la mise en place en 2000, par Richard Descoings, des premières conventions dites ZEP / Sciences Po, la confusion n’a cessé de s’étendre autour de ce sigle ZEP, et peut-être même d’être entretenue. Il suffit en effet de se reporter aux textes officiels pour voir que le classement ZEP ne concerne que les écoles et les collèges. Evidemment pas les lycées.

Lire l’article intégral sur rue89 avec les nombreux commentaires

lire l’article du Monde du 27.06.09 mis en cause

 

Lire le précédent article de Nestor Romero sur le site OZP (27.06.07)

 

Note du QdZ (Quotidien des ZEP) :
"Les lycées ZEP, ça n’existe pas", dit Nestor Romero. Que faut-il en penser ?

Depuis la création des RAR et des RRS en février 2006, il n’existe plus en effet officiellement de lycées ZEP.

La malencontreuse appellation "lycée labellisé Ambition réussite", appliquée à 25 lycées par une circulaire du BO n° 28 du 19.07.07, n’a pas (selon une source officielle) de rapport avec les Réseaux Ambition Réussite (RAR) ni avec l’éducation prioritaire.

Cependant, avant cette réforme de 2006, des lycées ZEP existaient bien, comme le confirme la liste (établie par la DEP-MEN) "des écoles et des établissements relevant de l’éducation prioritaire [et] donc appartenant à un réseau d’éducation prioritaire (REP) et/ou à une zone d’éducation prioritaire (ZEP) à la rentrée 2005".
Une nouvelle liste à jour des collèges et écoles en éducation prioritaire (RAR et RRS) est en cours d’élaboration, la difficulté venant, semble-t-il, de ce que le choix des écoles en RAR d’une part et des collèges et écoles en RRS d’autre part continue à relever des recteurs.
Voir sur ce point "La petite histoire des listes" dans notre rubrique "Annuaires"

Les conventions ZEP-Sciences Po ayant été mises en place dès 2000, cette grande école continue à se référer à cette liste de 2005 pour désigner les lycées "ZEP" qui ont signé ou signent une convention avec elle.

 

Cet article du Monde sur une convention ZEP-Sciences Po a fait réagir également Jean-Paul Brighelli, autre pourfendeur bien connu des ZEP, ces "Zones d’Elimination Programmée".
Lire l’article de Jean-Paul Brighelli sur le site de Marianne

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • Bonsoir,

    Dans votre texte consacré à mon article de Rue89 la formulation "...J.P. Brighelli autre pourfendeur bien connu des ZEP..." laisse à penser que je suis moi-même un pourfendeur des ZEP. Il n’en est rien : J’ai travaillé pendant 35 ans en ZEP, volontairement, je m’y suis engagé dès 1982 avec un certain enthousiasme tant j’espérais qu’enfin il allait être possible de "travailler autrement".
    Pour autant je n’ai pas abdiqué toute lucidité et j’ai vécu avec tristesse la rapide flétrissure de la belle idée de 1981. Je sais bien les désacords qui me séparent de certains militants de l’OZP en ce qui concerne le fonctionnement et l’évolution pédagogiques des ZEP mais, contrairement à ce monsieur que vous citez et auquel tout m’oppose, je n’ai jamais condamné la "belle idée", celle contenue dans le rapport Legrand pour ce qui concerne le collège. Bien au contraire elle a toujours été un horizon vers lequel tendre dans le combat qui devrait être celui de tout enseignant contre l’échec scolaire et sa cause essentielle : l’inégalité sociale.
    Bien cordialement,

    Nestor Romero

    Répondre à ce message