> ACTEURS et PARTENAIRES (Identité et Statut) > Enseignants (identité professionnelle) > Enseignants (Rapports officiels et Etudes) > Des pratiques pédagogiques collaboratives plus fréquentes en éducation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Des pratiques pédagogiques collaboratives plus fréquentes en éducation prioritaire et en augmentation depuis 2013 ; le maintien de la discipline plus souvent évoqué (les apports de l’enquête Talis, Depp, mars 2020)

24 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

DEPP
Note d’information n°20.11, mars 2020

Caractériser les environnements de travail favorisant la satisfaction
professionnelle des enseignants : les apports de l’enquête Talis 2018

 L’enquête Talis 2018 témoigne d’une satisfaction professionnelle contrastée pour les enseignants du collège en France.
Ainsi, moins d’un enseignant sur 10 considère que son métier est valorisé dans la société. Ils expriment certains regrets quant à leur choix de carrière. En revanche, ils font état d’une grande satisfaction liée à leur environnement de travail :
9 enseignants sur 10 déclarent aimer travailler dans leur établissement. Les enseignants s’estimant les plus satisfaits à cet égard décrivent un mode de fonctionnement des établissements marqué par une plus grande implication, autonomie et collaboration des personnels. Ils affirment également user plus fortement de leur liberté pédagogique et travailler davantage avec leurs collègues. Les enseignants les moins satisfaits signalent quant à eux un niveau de stress supérieur et citent principalement le maintien de la discipline comme étant à l’origine de celui-ci. Les enseignants français s’estiment peu préparés par leur formation initiale à cet aspect-là de leur métier, mais seul 1 sur 10 exprime un besoin élevé de formation dans ce domaine.

Extrait de education.gouv.fr de mars 2020

 

EXTRAIT
[...] Des pratiques pédagogiques collaboratives plus fréquentes en éducation prioritaire et en augmentation depuis 2013
C’est en EP que les enseignants rapportent participer le plus fréquemment à des activités collaboratives avec leurs collègues (voir « Pour en savoir plus » – figure 9) et c’est le seul secteur où certaines pratiques enregistrent une forte hausse depuis 2013. Ainsi, le pourcentage d’enseignants en EP déclarant faire cours à plusieurs dans la même classe au moins cinq fois par an a augmenté de 20 points de pourcentage (pp). La hausse pour la participation à des activités organisées collectivement pour plusieurs classes ou groupes d’âges au moins cinq fois par an
est, quant à elle, de 17 points. De même, la proportion d’enseignants déclarant participer à des activités de formation professionnelle en groupe a augmenté de 11 pp  figure 10.
Le temps hebdomadaire consacré au travail et dialogue avec leurs collègues est en hausse de 25 minutes. Ces écarts observés entre 2013 et 2018 sont peut-être à mettre en relation avec la réforme de la politique d’éducation prioritaire intervenue en 2015. Celle-ci s’appuyait sur un référentiel dont l’une des priorités consistait à favoriser le travail collectif de l’équipe enseignante dans les collèges de REP et REP+.

La gestion de classe et le maintien de la discipline : une source de stress importante
[...] . Les principales sources de stress varient selon le contexte d’enseignement : le maintien de la discipline est le plus évoqué en EP (33 %), le respect des nouvelles exigences des autorités (nationales, académiques ou locales) dans le secteur public hors EP (25 %) et la trop grande quantité de devoirs à corriger dans le secteur privé (28 %).
Les enseignants les moins satisfaits par leur environnement de travail se déclarent
également les plus stressés par leur métier. Ils identifient le maintien de la discipline
(38 %, soit un écart de 28 pp par rapport aux enseignants les plus satisfaits) et le respect des nouvelles exigences des autorités (31 %) comme des sources de stress importantes  figure 11. De fait, ces enseignants signalent un climat de classe plus perturbé : ils sont plus nombreux à devoir attendre assez longtemps que les élèves se calment au début de la séance (50 % contre 22 % des enseignants les plus satisfaits), à perdre du temps à cause d’élèves perturbateurs (55 % contre 28 % des
enseignants les plus satisfaits) et à avoir beaucoup de bruit qui perturbe la classe
(45 % contre 20 % des enseignants les plus satisfaits).
À cet égard, il faut noter que la gestion de la classe et du comportement des élèves est l’un des domaines pour lesquels les enseignants français s’estiment les moins bien préparés par leur formation initiale. Ces derniers indiquent par ailleurs suivre peu d’activités de formation continue dans ce domaine : il ne figurait au programme de formation que pour 24 % des enseignants ayant suivi une activité

 

Voir aussi Les enseignants de collège en éducation prioritaire ont un jugement moins bon que les autres sur le climat scolaire mais meilleur sur les conditions de travail : relations avec les parents, temps disponible, travail en équipe, sentiment d’utilité (Depp)

article14206

Répondre à cet article