> 5 - Education prioritaire > TYPE DE DOCUMENT > DOSSIER > Des pratiques pédagogiques pour soutenir les élèves vulnérables à la maternelle (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Des pratiques pédagogiques pour soutenir les élèves vulnérables à la maternelle : une recherche-action en milieu allophone, Cindy Le Bel, 2017 (Mémoire de maîtrise, Université de Sherbrooke, Québec)

9 décembre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le redoublement scolaire et les solutions de remplacement

Depuis 2008, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur [du Québec] permet le redoublement scolaire une seule fois pendant tout le cycle primaire et une seule fois au secondaire. Cette pratique permettrait de soutenir les élèves en difficulté qui ne réussissent pas à atteindre les attentes de fin d’année déterminées pour chaque compétence. Cependant, de nombreux chercheurs sèment le doute quant aux effets positifs de cette pratique.

Dans le cadre de sa maîtrise en éducation, Cindy Le Bel, enseignante à la maternelle depuis 12 ans, propose d’aborder la problématique du redoublement sous un nouvel angle. Dans son essai, l’enseignante s’intéresse aux solutions de rechange à trouver, à proposer et à mettre en place en classe de maternelle, afin de soutenir les élèves qui n’atteignent pas le seuil de développement nécessaire à la poursuite de leur scolarisation en première année du primaire.

Le redoublement nuit-il à la réussite scolaire ?

La « recherche-action »

Pour répondre à sa question de recherche, l’enseignante a privilégié une méthodologie qualitative portant sur une recherche-action en contexte scolaire allophone et défavorisé. Trois élèves, jugés vulnérables, ayant fréquenté la « maternelle 4 ans » l’année précédant l’étude ont été choisis en tenant compte des résultats d’un dépistage effectué en début d’année scolaire et des informations recueillies auprès de leur enseignante de maternelle 4 ans.

La chercheuse s’est exercée à décrire dans un journal de bord douze situations porteuses de sens. Pour chaque situation, elle décrit son intention, la mise en contexte, ses constats et ses réflexions. Voici trois des douze titres rédigés par Le Bel pour illustrer les situations ciblées pour son étude :

• « La motricité fine peut se travailler en rigolant » ;
• « Cerner les intérêts pour favoriser la communication » ;
• « Respecter le rythme de l’enfant engendre parfois de mettre certains apprentissages en attente ».

Lorsqu’une personne est engagée dans une recherche-action, elle tend à modifier, à éduquer et à améliorer les connaissances sur une problématique rencontrée.

La conclusion

Par sa recherche-action, Le Bel souhaitait obtenir et présenter des résultats qui mettent en évidence les avantages de privilégier des approches pédagogiques qui respectent le rythme d’apprentissage des élèves en se basant sur leurs intérêts et leurs besoins.

L’auteure conclut qu’en conciliant le jeu, ainsi que les intérêts des élèves, les interactions entre les pairs, l’observation, l’empathie et l’écoute, ces élèves démontrent un réel engagement dans leurs apprentissages.

L’essai aborde également les sujets suivants :

• La réalité du milieu scolaire allophone ;
• Les conséquences du redoublement scolaire ;
• L’apprentissage à cinq ans ;
• L’apprentissage par le jeu.

Consulter l’essai

Référence :

Le Bel, C. (2017). La mise en œuvre de pratiques pédagogiques afin de soutenir les élèves vulnérables à la maternelle : une recherche-action en milieu allophone (Mémoire de maîtrise, Université de Sherbrooke). Repéré à

Extrait de rire.ctreq.qc.ca du 05.12.17 : Le redoublement scolaire et les solutions de remplacement

Répondre à cet article