> INEGALITES SCOLAIRES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, OUVERTURE (...) > INEGALITES SCOLAIRES (Types de document) > Inégalités scolaires (Rapports officiels) > Situation des jeunes et origine sociale : - c’est le niveau d’acquis en 6e (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Situation des jeunes et origine sociale : - c’est le niveau d’acquis en 6e qui est déterminant (Insee) - un indicateur du Compas sur le décrochage

7 février 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

[...] Ils ont en commun d’être entrés en 6e en septembre 2007. Huit ans après, âgés pour la plupart de 18-19 ans, 45 % de ces jeunes entament des études supérieures, 30 % restent scolarisés dans le secondaire et 25 % ont quitté, à titre définitif ou provisoire, l’école. Le niveau d’acquis à l’entrée en 6e est déterminant sur la situation à 18-19 ans.
Pour ceux qui ont déjà arrêté leurs études, peu diplômés, l’accès et les conditions d’emploi sont difficiles : seuls 37 % occupent un emploi, le plus souvent temporaire (CDD, intérim). L’essentiel de ces jeunes vivent encore chez leurs parents, même quand ils ont un emploi (78 %).

[...] La situation des jeunes diffère aussi sensiblement selon leur origine sociale. Deux tiers des enfants de cadres de la cohorte poursuivent des études supérieures contre un tiers des enfants d’ouvriers et un cinquième des enfants dont les parents sont sans profession (inactifs ou chômeurs n’ayant jamais travaillé). Ces disparités sociales se doublent de différences entre garçons et filles : la moitié d’entre elles poursuivent des études supérieures en mars 2015, contre seulement quatre garçons sur dix.

C’est le niveau d’acquis en 6e qui est déterminant. Toutes choses égales par ailleurs, il joue plus sur le destin scolaire des jeunes que le sexe, l’origine sociale, le lieu de résidence, le type d’établissement, ou encore l’âge d’entrée en 6e. [...]

Extrait de insee.fr (Insee Première) du 02.02.17 : À 18-19 ans, la moitié des jeunes envisagent leur avenir professionnel avec optimisme

 

Une grande partie de la jeunesse est concernée par la montée du chômage.
L’outil de mesure présenté ici vise à apprécier l’insertion professionnelle des jeunes dans les territoires afin de mieux comprendre les différences qui peuvent exister entre les territoires et par conséquent adapter les politiques publiques à l’importance et à l’évolution dans le temps de ces besoins.

Méthodologie

L’indicateur : Il mesure la part de jeunes en situation de décrochage, c’est-à-dire ceux qui ne sont ni en emploi ni en formation.

Champ : L’indicateur est disponible depuis le le niveau infra-communal jusqu’au niveau national. La population de référence est l’ensemble des jeunes de 15 à 24 ans. Sont considérés comme « ni en emploi ni en formation » les chômeurs, les hommes ou femmes au foyer et les autres inactifs. Les élèves, étudiants, stagiaires non rémunérés ne sont donc pas inclus. Il est aussi possible d’y intégrer un niveau complémentaire lié à l’absence de diplôme au-delà du brevet des collèges.

Source : Cet indicateur est construit à partir des recensements de la population de l’Insee.

Extrait de cabestan.lecompas.fr du 27.01.17 : Les jeunes des plus en plus confrontés aux difficultés d’insertion sur le marché du travail

Répondre à cet article