> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > FORMATION DES ACTEURS > Actes et Productions Centre Alain Savary et IFE > Compte rendu du stage "PDMQDC" de l’Ifé 26/27.09.16 (site de l’académie (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Compte rendu du stage "PDMQDC" de l’Ifé 26/27.09.16 (site de l’académie d’Aix-Marseille, 20.10.16)

10 novembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le jeudi 20 octobre 2016
Stage « PDMQDC » : « Plus de maîtres que de classes : et maintenant ? »
Contenu
Stage PDMQDC IFé
IFE-LYON, 26-09-2016

Documentation de la formation : http://bit.ly/PDMQDC2016
v Aller sur le site de l’institut.

Lundi 26 septembre :

PDMQDC est un vecteur du changement des relations interprofessionnelles.

Quelles préoccupations ?

1/ accompagner/former-modalités pédagogiques/faire changer les pratiques-évaluer les élèves, les progrès, l’engagement, les évolutions dans les écoles.

2/ organiser/mutualiser/outiller-Piloter-gérer les relations intra école-gérer les relations RASED-aider sans imposer-contrôler.

3/ Quelle évaluation ?

Synthèse rapport comité national de suivi PDMQDC : inter professionnalité/relations école/circonscription/rôle circonscription fondamental/rôle du RASED/pilotage départemental/centrer sur le pédagogique/formations : centrer sur le réel ; décrire et catégoriser les situations ; comprendre pourquoi on agit ainsi et l’articulation entre les différentes catégories de personnel.

L’impact est très difficile à évaluer : les pratiques impactent-elles les résultats des élèves ?

Evaluer le dispositif dans le cadre de la refondation de l’EP (évaluée en 2018-2019 sur les différents territoires nationaux). Il est difficile de séparer l’évaluation des pratiques professionnelles de l’évaluation des résultats des élèves

L’évaluation doit être raisonnée et centrée sur les progrès notamment en production d’écrits et langage oral. Elle doit être quantitative et qualitative.

Travail en groupe autour du questionnaire envoyé en amont du stage :

Créteil : Difficulté pour certaines circonscriptions de s’impliquer dans le projet. Il est constaté l’utilisation du maître + pour remplacer en cas d’absence ainsi qu’un manque d’harmonisation du dispositif.

IA 13 : longue expérience du dispositif. Manque d’harmonisation ? L’objectif est de faire évaluer les pratiques. Existence d’un cadrage, évaluation et dossier par école et bientôt, suivi de cohorte.

Problème du suivi des élèves et de leurs résultats.

On ne cible pas assez sur l’élève : suivi, évaluation, compétence visée.

IEN Ain : Où est la frontière avec le RASED ? Pour évaluer l’impact, nous partons du postulat qu’il est nul. L’évaluation est centrée sur le travail réel des Maîtres + et des équipes plutôt que sur résultat des élèves : questionnaire départemental sur leur travail réel (auto-positionnement)

L’objectif est de retirer les M+ et de pouvoir évaluer leur impact sur l’évolution des pratiques

S’il est un problème, c’est celui de l’absence de co préparation.

Voir tableau d’évaluation des équipes pédagogiques de l’IEN de l’Ain http://bit.ly/PDMQDC2016

Le maître+ assure-t-il un suivi d’élèves ciblés ou est-il à la disposition de la classe pour enseigner autrement ?

Témoignages

Loire-Atlantique : articulation entre pilotage et formation.

1-Pilotage, formation, accompagnement :

v Rajouter un formateur ESPE au groupe de pilotage. Il y a aussi un comité de suivi et un groupe de formation issu des deux autres groupes. Mettre en lien avec les GP pilotage français et mathématiques. Communication importante entre les circonscriptions. Formation CP et coordonateurs REP, stages départementaux : maîtres+, E, Classe, directeurs.
Problématique de la formation : travail partagé, lecture/écriture, mathématiques, pilotage par les directeurs, évaluation des élèves. S’intéresser aux obstacles aux apprentissages.
Glissement des préoccupations en matière de formation :
Organisationnel => difficultés des élèves=> obstacles aux apprentissages (contenu à enseigner et démarches pédagogiques)

2 –Evaluation :
Au niveau des M+ : mieux connaitre les pratiques des écoles
- Enquête quantitative auprès des M+ (questionnaire annexe 9 rapport PDMQDC – cf dossier partagé)


- Enquête qualitative auprès des équipes : repérer les effets positifs, les facteurs d’efficacité les points de vigilance, le transfert de compétences professionnelles

Au niveau des élèves

Stage de proximité animé par l’équipe de circonscription à partir du cadrage départemental dans chaque école pour les maîtres de cycle 2, +, E et directeurs

Aider les équipes enseignantes à mesurer les progrès des élèves

Domaines retenus : maitrise de l’oral, production écrite, numération
Protocole : choisir un attendu de fin de cycle/ élaborer les échelons des échelles descriptives
Evaluation non normée, évaluation formative et positive, prise de conscience par l’élève de ses progrès

Bayonne : quel mouvement pour le formateur ?

La formation est réussie quand elle valorise, est utile, donne du sens à l’activité quotidienne, est utilisable, est acceptable. Pour le formateur, il faut s’appuyer sur des pratiques quotidiennes, prendre connaissance des attentes, faire des ponts entre recherche et pratique, proposer des outils adaptés, tenir compte des contextes individuels.

v Créer un collectif et permettre les échanges à tous les niveaux (inter métier)
Redonner du pouvoir sur le métier : identifier les problèmes, questionner le métier
Observer le réel, soutenir l’existant
Provoquer les mouvements.
Axes de travail : organiser le dispositif, hiérarchiser les priorités, travailler à plusieurs, parler des pratiques et confronter les points de vue, faire avancer toute l’école, comprendre les difficultés des élèves, les obstacles dans les apprentissages, proposer des situations d’enseignement.

Voir parcours magistere PDMQDC.

Accompagner par la recherche, une gageure ?
Trois ans d’accompagnement en Haute Savoie.

Recruter le maître PARE sur poste à profil

L’accompagnement : quel impact sur la professionnalité des Conseillers pédagogiques, des chercheurs ?

Au niveau de la circonscription : le pilotage et l’accompagnement sont liés difficulté entre prescrit trop cadré et trop de souplesse

1 – Construire la collaboration avec les équipes enseignantes : face à des équipes qui n’ont rien demandé, transformer la commande institutionnelle en une « demande » du terrain. Il faut prendre le temps de la confiance et de la négociation des objets de recherche et des modes de travail. Il faut faire avec les tensions au sein de l’équipe.

2 – Travailler avec les équipes : définir des objets communs/communication organisationnelle/s’adapter aux contraintes des écoles/répondre à un fort besoin de reconnaissance/un temps réduit de « réaction analytique »/des intérêts de recherche qui évoluent à des vitesses différentes.

3 –Collaborer avec des CP différents : attentes mutuelles claires et convergentes/apporter une connaissance du terrain et un autre regard sur le travail/des CP médiateurs entre chercheurs et la hiérarchie/des équipes d’établissement.


- Ce qu’on doit apprendre à faire : renforcement de l’intermétier(MC, M+, RASED …), participer à l’évaluation (élaboration et traitement de questionnaires, outils d’évaluation des élèves)


- Innover sur la formation. -> Besoins en formations de formateurs : partenariat avec la recherche pour former les formateurs et intervenir dans les écoles.

Travailler avec des chercheurs consiste à s’approprier un cadre théorique de recherche, effacer un a priori, trouver une place pour chacun dans le dispositif et relayer les demandes institutionnelles.


- Changement de posture du formateur, non plus descendants mais ascendant en s’appuyant sur l’expertise des uns et des autres.

L’accompagnement : quel impact sur le développement professionnel des équipes enseignantes ?

1 – approche développementale : accompagner les enseignants/adéquation des formes pédagogiques aux objectifs visés qui fonde l’efficacité des choix opérés/accompagner les équipes d’écoles.

Il y a autant de contextes que d’écoles…Importance du directeur.

2 – exemple de formation : aider l’équipe à choisir le meilleur dispositif pour l’amélioration des résultats des élèves.

3 – un cas d’école…2013 à 2016
An 1 : comment fonctionne-t-on à deux enseignants dans la classe ? discussions autour d’une co intervention efficace/discussions sur place et rôle du maître +.
An 2 : Recueil de données : quelle est l’activité des élèves quand on est deux dans la classe ? Attention à l’activité de chacun.

A deux, on est plus fort en classe, on se permet, on innove.
An 3 : comment assurer la qualité des apprentissages des élèves dans les formats d’intervention avec M+ ?

Constitution d’un collectif enseignant, planification d’une séance, conduite de séance sous l’observation du collectif, étude critique de la séance menée, analyse des effets sur les apprentissages, mises à jour didactiques, reconfiguration de la séance, constitution et diffusion d’une séance documentée.

Conclusion :
Le dispositif a amené à modifier l’identité professionnelle, à interroger réellement le métier, les conditions d’apprentissage, le rôle du directeur.

Les enseignants assimilent ce qu’on leur demande, certains innovent et inventent de nouvelles formes de travail. La co élaboration est à développer.

Attention aux dégâts en étant très prescriptifs.

Témoignage canadien : et la différenciation ? et la conséquence sur la co discipline ? l’évaluation-pourquoi et laquelle ? et les bons élèves, comment les utiliser ? l’allègement du groupe classe permet de mettre les enfants à l’aise sur des compétences ou des travaux particuliers. profil des maîtres + : les motivations sont extérieures à la pédagogie. L’effet sur le développement des enseignants ou des élèves : l’objectif final, c’est que les élèves progressent. L’allègement de la tâche : moins de pression et de préparation

 

Mardi 27 septembre :

Tour de table/Questions  : Maître+ et maître E, quelle intervention ?

Le travail des élèves en dehors de la classe pose un problème d’apprentissage et de déconnexion du temps didactique a priori négatif envers l’enfant.

Concevoir une formation :
- Prévoir : le problème, ce que je dois faire, le cahier des charges précis. L’activité professionnelle c’est la différence entre « ce qu’on me demande » et « ce que ça me demande ». On fait alors des compromis entre les deux problèmes pour la mise en œuvre d’actions efficaces. Une efficacité objective (pour le système) et une efficacité subjective (pour le formateur : qu’est-ce que cela me coûte ?). le dilemme est entre le « laisser faire » et le cadrage.
- Former, c’est comprendre ce que les gens font : la complexité du travail envisagé et le travail réellement fait
Collecter des traces de l’activité réelle

Compte rendu, manuels et tâches scolaires.

Traces de productions d’élèves.

Photos prises en classe.

Vidéos de situations de classe.


- Grille à quatre niveaux pour apprendre à lire des situations de travail, tirer parti de l’observation :

Se contenter de décrire (comportement du maître, des élèves, verbalisations, communication non verbale, comportement des élèves, contexte,…)

Prendre le risque d’interpréter les comportements du maître (qu’est-ce-qui a pu le conduire à agir ainsi ?)

S’interroger sur les conflits de critères (qu’est-ce qui est gagné et perdu ?)/

Rechercher des alternatives qui lui sont offertes, qu’est-ce qu’il aurait gagné et qu’est-ce qu’il aurait perdu en faisant comme ça.

Voir les parcours de formation sur le site de l’IFE (concevoir des formations pour aider les enseignants à faire réussir tous leurs élèves)

Evaluation : quelles difficultés ?

« Peser le cochon tous les jours ne l’a jamais fait grossir… »
Quatre focales : les acquis des élèves, les évolutions des méthodes, les évolutions du travail collectif, les évolutions de l’appui apporté aux équipes.

A quoi sert-elle ? Institution, collègues, parents, élèves, les enseignants et l’équipe pédagogique.

Comment faire alors ?
4 pistes après les évaluations :
Je regarde les résultats individuels.
Je regarde la dispersion au niveau de la classe : mettre en place des conditions d’enseignement efficace.
Je regarde les écarts entre les classes d’une même école.
Je regarde les items ou groupes d’items pour voir ce qui est échoué ou réussi : partir des programmations.

Travail en groupe :

Circonscription d’Autun : création d’un outil d’évaluation du dispositif PDMQDC. Outil assez volumineux.

Circonscription de Cluses (REP : zone pure REP et zone avec mixité. Dix écoles en REP sur 30) : suivi de cohortes. Evaluation diagnostique. Les élèves seront suivis deux ans. Le maître + travaille pour tous les élèves. L’évaluation qualitative, à voir (questionnaire élèves et enseignants)

Evaluation : quatre focales d’observation

Le travail avec le M+ peut permettre de mieux :

- Du coté des élèves
Faire entrer dans la tâche, guider/ signifier, expliciter, contenir. assurer, désétayer

- Du côté des enseignants
Faire découvrir, faire observer, décaler le regard sur, identifier les temps sensibles, les passages à risques
préparer ensemble, faire miroir sur les démarches, les outils, évaluer, faire le point

- Du côté des situations

Situations d’enseignement-apprentissage et leur aménagement : connexion/déconnexion du temps didactique de la classe, aménagement de l’espace, variation des groupements, temps d’activités, verbalisation et explicitation
outils de référence, affichages et construction de l’autonomie (objet migrant), repenser l’ordinaire


- Du côté des collectifs
Réajuster les fonctionnements, dégager la souplesse, jouer les complémentarités, trouver des temps et des espaces, faire des ponts, des liens, organiser la formation (relation avec la circo, la hiérarchie, la confiance)

Sur le dispositif Pare mis en œuvre dans les BDR : le problème est posé par certains de l’utilisation du maître PARE seulement pour des élèves ciblés en difficulté, cette utilisation n’est pas faite ailleurs. Dans les autres académies, le maître+ est considéré comme un élément de différenciation (Penser en terme d’obstacle d’apprentissage, obstacles prévisibles qui concernent tous les élèves)

Suivi de cohorte :

Québec : nécessité de remontée des résultats à la nation, dimension politique. Evaluer, c’est fait dans un but de flexibilité du dispositif. Que fait-on des élèves qui réussissent bien ?

« La didactique, c’est pour apprendre à parler des élèves. Pourrions-nous imaginer un garagiste qui n’utiliserait pas un vocabulaire précis ? ».

v Voir site IFE : travail inter catégoriel.

v Selon une chercheuse, un des problèmes de l’institution, c’est d’oublier des choses qui existent déjà.

Pistes de réflexion et de travail
La nécessité d’accompagner les équipes en inter métier.
Accompagner les équipes sur la question de l’évaluation des élèves et du dispositif.
Evaluation du dispositif dans quatre dimensions.
Interroger la plus value du maître+.
Prendre le temps d’évaluer les résultats en partant du réel de façon multi catégorielle dans les quatre dimensions de l’évaluation.
Logique de projet contre logique de statut.
Bien faire son travail c’est chercher à faire ce qu’on n’arrive pas encore à faire…

Extrait de pedagogie.aix-marseille.fr du 20.10.16 : Stage PDMQDC, et maintenant

Répondre à cet article