> 7 - Dispositifs éduc. ville > PRE et Réussite éducative > L’Ocde souligne que le dédoublement doit s’accompagner d’une formation, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’Ocde souligne que le dédoublement doit s’accompagner d’une formation, regrette le retour à la semaine de 4 jours et estime que le "Plus de maîtres "allait dans le bon sens" (revue de presse)

14 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

L’OCDE "pas très ravie" des réformes Blanquer

L’OCDE ne voit pas d’un bon oeil les réformes du nouveau ministre de l’éducation nationale. L’organisation internationale l’a fait savoir le 12 septembre en présentant la nouvelle édition de Regards sur l’éducation. Même le dédoublement des CP est accueilli avec scepticisme. Pour l’OCDE cette mesure est contre balancée par le retour de la semaine de 4 jours.

Des objectifs inatteignables ?
"On n’est pas très ravi du retour de la semaine de 4 jours". En présentant la nouvelle édition de Regards sur l’éducation, le 12 septembre, Corinne Heckmann, coordinatrice de Regards sur l’Education, n’a pas caché ses réserves sur les réformes Blanquer.

C Heckmann a commencé par comparer les "100% de réussite" au CP promis par JM Blanquer à la réalité des résultats des élèves français dans Pirls et Timms, deux évaluations internationales réalisées par l’OCDE. Dans Pirls la France est en dessous de la moyenne européenne en lecture et dans Timms elle est carrément en bas de classement en maths. Autrement dit on est très loin de l’objectif politique, d’ailleurs assez vague, fixé par JM Blanquer.

Un dédoublement annulé par la réforme des rythmes
On aura d’autant plus de mal à l’atteindre que les réformes Blanquer ne vont pas dans le bon sens selon l’OCDE. Certes C Heckmann salue "tous les efforts faits par le gouvernement précédent et celui-ci pour le primaire qui vont dans le bon sens", mais dans le détail les critiques l’emportent.

Ainsi le dédoublement des classes de CP est accueilli avec scepticisme. " Diviser la taille des classes par deux est très positif mais il faut poser la question de la formation des enseignants... Il y a un gain quand la pédagogie est adaptée. Si l’enseignement ne change pas ça ne change pas", explique C Heckmann.

Surtout l’effet positif du dédoublement va entrer en conflit avec le négatif de la réforme des rythmes. "La taille des classes va baisser mais le nombre de jours de classe va baisser aussi alors que le nombre d’heures de cours reste le même... On peut se poser la question de comment adapter la pédagogie pour les élèves en difficulté avec des journées si concentrées". La France a beaucoup plus d’heures de cours que la moyenne OCDE (200 h de plus) mais aussi le moins de jours de classe. Pour l’OCDE la 5ème matinée de classe "permet un apprentissage de meilleure qualité".

L’OCDE se déclare favorable aux maitres surnuméraires. "L’initiative allait dans le bon sens" notamment en mettant plus de collaboration entre les enseignants.

Rétablissement inutile des bilangues
Ce n’est pas mieux au collège où l’OCDE critique le rétablissement des classes bilangues et de classes de latin grec. "Ces classes renforcent l’élite des élèves français", dit C Heckmann qui souligne que ça continue au lycée avec 37% de dépenses en plus de la moyenne OCDE du fait des options. "Ce n’est pas une priorité de rétablir les clases bilangues et de latin. Il faut travailler sur l’accompagnement des jeunes et aider les élèves en difficulté". [...]
François Jarraud

Regards sur l’éducation 2017

Pirls

Timms

Quand l’OCDE soutient le gouvernement

Extrait de cafepedagogique.net du 13.09.17 : L’OCDE "pas très ravie" des réformes Blanquer

 

[...] Les premières évaluations de la réforme des rythmes scolaires n’ont certes pas donné "des résultats aussi positifs qu’on l’aurait imaginé", mais l’OCDE regrette le retour aux 4 jours, d’autant que certaines communes semblent faire ce choix pour des raisons financières. Les effectifs, 23 élèves en moyenne dans les classes élémentaires (avant la réforme de cette année) est légèrement supérieure à la moyenne de l’OCDE ou des pays européens de l’OCDE (21). Dès lors, sur quels leviers agir ?

La réduction massive des effectifs au cours préparatoire et au CE1 correspond aux données de la littérature internationale, mais elle ne sera efficace que si elle s’accompagne d’une adaptation de la pédagogie, si les enseignants disposent de supports différenciés, s’adaptent aux niveaux de langage très divers des élèves, les mettent en confiance, et travaillent avec leurs intelligences multiples. L’OCDE pointe aussi du doigt la faiblesse de la scolarisation avant 3 ans, les structures d’accueil de la petite enfance de nombreux pays ayant, contrairement à ce qui se passe en France, "un volet pédagogique". Quant au dispositif "plus de maîtres que de classes", il allait "dans le bon sens".

Extrait de touteduc.fr du 12.09.17 : L’Ocde point les paradoxes du système français

 

[...] Corrine Heckmann, analyste de l’OCDE, s’est notamment penchée sur le cas des rythmes scolaires. Dans des propos relayés par AEF, elle juge ainsi « dommage » que le choix des communes sur les rythmes scolaires soit fait sur des « critères budgétaires ». Elle assure d’ailleurs que « l’OCDE n’était pas favorable » à la possibilité offerte aux communes de revenir aux quatre jours de cours par semaine.
La réforme du collège « n’est pas la priorité »

Sur le passage à 12 élèves par classe au CP en REP, l’analyste met l’accent sur la « formation pour enseigner à des classes de 12 élèves » et sur la « collaboration » entre les enseignants afin que la « réforme mise en place soit fructueuse ». Pour elle, deux pays doivent servir d’exemples à la France : « En Finlande et au Canada, il y a davantage de partages de bonnes pratiques ».

Corrine Heckmann juge également que la réforme du collège « n’est pas la priorité » : « Ce n’est pas la priorité de remettre du latin et des classes bilangues au collège ». « Il faut plutôt travailler sur l’accompagnement pédagogique, faire du travail en demi-groupe ». Elle estime que la réforme voulue par le précédent gouvernement fut « très compliquée car les enseignants n’avaient pas la formation ». [...]

Extrait de vousnousils.fr du 13.09.17 : Corinne Heckmann (OCDE) : il faut une collaboration entre les enseignants

 

[...] L’Organisation critique les changements de rythmes scolaires et les inflexions du gouvernement sur le collège.

On ne pourra pas reprocher à l’OCDE de changer de ligne. En présentant mardi son enquête annuelle «  », l’Organisation de coopération et développement économiques, a critiqué les virages de l’exécutif en matière d’enseignement depuis mai. L’OCDE avait apporté aux réformes de l’ancien gouvernement, fin 2016. Le primaire reste « le parent pauvre » La critique porte d’abord sur les rythmes scolaires : l’OCDE n’est « pas ravie » du en raison...

Extrait de lesechos.fr du 12.09.17 : Les critiques del’Ocde sur la stratégie de Blanquer

 

Education : les 4 leçons de l’OCDE à la France

L’OCDE a publié mardi son rapport annuel "Regards sur l’éducation" qui compare les systèmes éducatifs de ses 35 pays membres. L’organisme en profite pour donner son avis sur les politiques lancées par les ministres en charge de l’éducation et de l’enseignement supérieur, Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal. La France en prend pour son grade.

Extrait de challenges.fr du 12.09.17 : L’Ocde fait la leçon à la France sur la semaine de 4 jours, les CP, les salaires des enseignants

 

[...] Le gouvernement va "dans le bon sens", sauf pour la semaine de quatre jours

"Les efforts du gouvernement précédent et de celui-ci vont dans le bon sens, car ils mettent l’accent sur le primaire", a relevé la coordinatrice du rapport, Corinne Heckmann, lors d’une conférence de presse mardi, rapporte Europe 1. L’OCDE estime notamment que le dédoublement des classes de CP et de CE1 en REP+ est une décision "très positive". Mais "on n’enseigne pas de la même façon à une classe de 12 élèves qu’à une classe de 25", prévient Corinne Heckmann. L’organisation appelle ainsi le gouvernement à se pencher sur la formation pédagogique des enseignants.

L’OCDE exprime néanmoins de vives critiques à l’égard du retour à la semaine de quatre jours, initié au début de l’été. Un tiers des écoles primaires et maternelles ont choisi de revenir à ce rythme scolaire dès la rentrée. "Le choix des communes s’est basé sur des raisons financières, et on ne peut pas leur en vouloir, mais non sur le bien-être de l’enfant", a regretté Corinne Heckmann lors de sa conférence de presse. "Avec moins de jours de classes, plus d’heures, on a en France des journées de classe très concentrées", a-t-elle poursuivi. "Comment adapter la pédagogie aux élèves les plus en difficulté lorsqu’on a un temps d’éducation aussi concentré

Extrait de francetvindo du 12.09.17 : Dépenses par élève, rythmes scolaires... Cinq choses à retenir du rapport annuel de l’OCDE sur l’éducation française

 

Éducation : la France peut (vraiment) mieux faire
L’OCDE publie son étude annuelle "Regards sur l’éducation". L’occasion de faire une photographie de notre système éducatif et de nous comparer à nos voisins.

Extrait de lepoint.fr du 12.09.17 : Pour l’Ocde, la France peut (vraiment) mieux faire

Répondre à cet article