> EDUCATION PRIORITAIRE (250 SR) > MATERNELLE et Petite enfance (10 SR) > Etudes (Maternelle) > Second volet en cours (avril-juin 2016) de l’étude Elfe, pilotée par l’Ined et (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Second volet en cours (avril-juin 2016) de l’étude Elfe, pilotée par l’Ined et l’Ife, sur les apprentissages en maternelle. 67 enseignants volontaires y participent dont une quinzaine en éducation prioritaire

31 mai 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Elfe, une recherche inédite sur les apprentissages des enfants
L’enquête en moyenne section de maternelle

En 2016, une nouvelle phase inédite de l’étude Elfe se déroulera dans les écoles maternelles, associant généralement les enseignants de moyenne section. Elle permettra de recueillir des informations sur les premiers apprentissages des enfants à 4-5 ans. La façon dont l’enfant entre dans les différents domaines d’apprentissage proposés par l’école maternelle pourra ainsi être analysée en prenant en compte les conditions de vie et les structures familiales, la santé de l’enfant et son développement cognitif.
Ce volet « École » de l’étude Elfe fait appel à la participation des enseignants à travers la réalisation d’exercices ludiques de reconnaissance des sons, des lettres et des quantités.

L’organisation de l’enquête avec les enseignants
Les exercices seront réalisés entre avril et juin 2016 par 4 enfants dans chaque classe, afin de ne pas isoler un enfant en particulier tout en conservant un dispositif facile à gérer pour l’enseignant. Mais les enseignants qui le souhaitent peuvent proposer ces exercices à un plus grand nombre d’enfants. L’impression et l’envoi des 4 cahiers d’exercices seront entièrement pris en charge par l’unité Elfe, de même que le renvoi des fiches de codage des résultats.
Les enseignants et les personnels d’encadrement intéressés par l’avancée du projet seront associés à la suite de l’enquête dans les mois et années qui viennent (déroulement de l’enquête maternelle en moyenne section en 2016, premiers résultats, consultation sur l’enquête en grande section en 2017).

Les types d’exercices proposés aux enseignants

Ils portent sur les préapprentissages dans les domaines du français (reconnaissance de sons et de lettres, compréhension orale) et des nombres (identification de collections, reconnaissance de nombres, numération). Il ne s’agit pas d’une évaluation des acquis scolaires définis par les programmes nationaux. Il est donc normal que les enfants ne réussissent pas tous les exercices. Leur niveau de difficulté permet néanmoins une réalisation en classe dans de bonnes conditions. La durée totale de passation est de 60 minutes environ, qu’il est conseillé d’effectuer sur deux jours différents.

Voir des exemples d’exercices

L’avis des enseignants lors d’une observation pilote récente

Un test en moyenne section de maternelle a été réalisé en juin 2015, auprès de 67 enseignant.e.s (dont une quinzaine exerçant dans une zone d’éducation prioritaire) relevant de 9 académies. Ces enseignants se sont portés volontaires à la suite d’un appel à participation soutenu par l’Institut français de l’Éducation (IFÉ) et par divers réseaux, notamment institutionnels et professionnels. Les enseignants ont porté des appréciations très positives sur la facilité d’utilisation et la clarté des consignes lors de la réalisation des exercices proposés et souligné que leur caractère ludique a plu aux enfants.

Lire le bilan de l’enquête pilote

Les chercheurs et partenaires impliqués

L’étude est financée par les pouvoirs publics et pilotée par une équipe de recherche localisée à l’Institut national d’études démographiques (Ined). Elfe, unité scientifique indépendante, est maître d’œuvre de cette collecte d’information dans les écoles maternelles. Elle s’est entourée de compétences diversifiées : son groupe « École » réunit des chercheurs, psychologues, sociologues, démographes et linguistes. Par ailleurs, l’Institut Français de l’Éducation, dont l’une des missions principales est de favoriser les liens entre le monde de la recherche et les professionnels de l’éducation, a accompagné cette recherche. Les organisations professionnelles (Association Générale des Enseignants des Écoles et classes Maternelles Publiques, AGEEM), Groupe Français d’Éducation Nouvelle, GFEN), Institut Coopératif de l’École Moderne, ICEM, etc.), ainsi que des syndicats et fédérations de parents d’élèves, ont été consultés en amont de l’enquête, réalisée avec l’autorisation du Ministère de l’Éducation nationale.

Voir la liste des chercheurs

Éthique et sécurité de l’information

L’un des atouts de la cohorte Elfe est, outre ses garanties en matière de respect de l’anonymat et de sécurité des données personnelles sous le contrôle de la CNIL, sa visée exclusivement scientifique : ce sont les parcours individuels d’un échantillon d’enfants répartis sur l’ensemble du territoire métropolitain qu’il s’agit d’étudier. Ce qui écarte toute possibilité de fichage exhaustif des élèves ou de comparaison des performances des écoles. Les parents acceptant que leur enfant participe à ce volet « école » de l’étude Elfe remettront une lettre à l’enseignant qui lui permettra d’identifier l’enfant concerné. Cependant les chercheurs qui analyseront les résultats ne pourront identifier ni les enfants, ni les écoles ou enseignants participants.

Voir le circuit des informations entre les différents acteurs de l’enquête

Informations déjà disponibles jusqu’aux 3 ans de l’enfant

En complément des études menées par le Ministère de l’Éducation nationale, l’étude Elfe a recueilli des informations précises sur la biographie des enfants depuis leur naissance. Les caractéristiques socioéconomiques de la famille, les relations parents-enfant, les pratiques alimentaires, le sommeil, les relations d’attachement, les formes de sociabilité et d’activité ludique de l’enfant sont très bien documentées. S’agissant de la mesure du développement de l’enfant, des modules de questions issus d’enquêtes comparables à l’étranger ont déjà été utilisés :

• à 1 an : appréciation des parents sur la socialisation, l’autonomie, la motricité et le langage sur une liste de 10 mots (« Child Development Inventories »),
• à 2 ans : niveau de langage expressif déclaré par les parents à partir d’une liste de 100 mots (« Mc Arthur »),
• à 3 ans et demi : dessin de l’enfant et test de capacités cognitives réalisé par un enquêteur en face-à-face avec les enfants (« British Ability Scales »).

Extrait de elfe-france.fr  : Elfe, une recherche inédite sur les apprentissages des enfants

Répondre à cet article