> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS LOCALES par niveau et discipline/ > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Actions autres ou interdisciplinaires) > B* Pédagogie et organisation coopératives au cycle 3 ; un travail d’équipe au (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Pédagogie et organisation coopératives au cycle 3 ; un travail d’équipe au collège REP+ Sophie Germain de Nantes (Journées innovation 2016)

14 mars 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Action sélectionnée dans le TOP 30 des Journées de l’Innovation du 30 mars 2016
Le Top 30

 

Classes coopérantes

Collège [REP+] Sophie Germain
19 MAIL PABLO PICASSO , 44000 NANTES
Site du collège
Auteur : CLOUET Christophe
Mél : christophe.clouet@ac-nantes.fr

A la rentrée 2014, le collège Sophie Germain situé à Nantes, a crée des classes coopérantes sur l’ensemble du niveau 6è. Dans cet établissement classé REP+ et accueillant un public très diversifié, l’ensemble des équipes a opté pour un apprentissage basé sur l’échange. Toute une série de mesures a donc été prise, tant au niveau de l’organisation, du fonctionnement et de la posture professionnelle pour favoriser la réussite chez chacun des élèves par ce biais.

Inscrit dans le projet de l’établissement, le levier coopératif est actionné à tous les niveaux : entre les élèves et les enseignants, entre adultes (personnel- parents), entre les parents et leurs enfants et entre les élèves. De nouveaux temps, de nouveaux espaces de formation et de nouvelles structures ont été ménagés pour permettre une action coopérative stimulante, ambitieuse et efficace.

Plus-value de l’action
Le dispositif d’accompagnement personnalisé qui rassemble par son organisation l’ensemble des coopérations (entre élèves, entre adultes, etc.)

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
L’ensemble du niveau 6è dès la première année (60 élèves) puis évolution du dispositif sur le niveau 5è la deuxième année.

A l’origine
Le collège Sophie Germain accueille un public très diversifié. Il est intégré à un projet de ville qui valorise la mixité sociale à deux pas du centre ville de Nantes. Toutefois, les catégories sociales les plus aisées utilisent des stratégies d’évitement du collège. Le levier coopératif doit permettre de mettre en valeur les qualités et les compétences propres à chacun pour permettre les réussites de tous. La différenciation pédagogique est facilitée, le rapport élève/adulte est modifié pour développer la responsabilisation, l’autonomie, l’esprit d’entraide sans altérer les ambitions légitimes de chacun.

Objectifs poursuivis
• Augmenter les chances de réussite de chacun des élèves : succès à l’examen, orientation choisie et pérenne, degrés de maitrise de compétence accrus.
• Développer l’altérité, l’écoute, l’expression langagière et l’argumentation

Description
Dans chaque classe, est dispensée une éducation à la coopération (1heure hebdomadaire par 2 enseignants) où les élèves apprennent à coopérer, de manière réflexive et souvent ludique. Chaque classe est dotée d’un Conseil Coopératif qui se réunit également 1heure par semaine avec les deux mêmes enseignants. Il s’agit d’un temps de régulation, dans lequel les sujets abordés trouvent leur solution dans l’altruisme, l’échange de savoirs, le débat d’idées.
Une salle est dédiée à la classe pour l’ensemble du temps scolaire (hors disciplines spécifiques), ce qui permet une meilleure appropriation du lieu par les élèves et leurs professeurs. Cet espace est un lieu de partage pédagogique : affichage commun et spécifique. L’aménagement de la salle a fait l’objet d’une réflexion d’équipe en lien avec les élèves eux-mêmes.
Deux professeurs principaux ont en charge le pilotage de leur classe et un coordonnateur pédagogique sur le cycle 3 a été nommé. La formation des élèves s’appuie sur les compétences transversales et disciplinaires (bulletin trimestriel revu, abandon de l’évaluation chiffrée). Des rites sont institués, des rôles sont confiés (dans la classe et à l’échelle du collège) des représentants sont élus dans les instances (CESC, FSE, Conseils des délégués). La coopération est instituée comme mode d’apprentissage dans la classe, ce qui suppose un travail de concert dans chaque équipe pédagogique.
Chaque journée de classe se termine par une heure d’Accompagnement Personnalisé dans laquelle chaque élève, muni de son plan de travail individuel et de son agenda-planning, effectue son travail et ancre ainsi des habitudes, développe sa responsabilité, son organisation et ses méthodes d’apprentissage. Les professeurs s’obligent ainsi à des pratiques pédagogiques cohérentes et concertées.

Modalité de mise en œuvre
- Organisation : Dans l’emploi du temps des élèves, une salle dédiée par classe et l’accompagnement personnalisé fixé en dernière heure de la journée (3 fois/semaine). Deux Professeurs Principaux par classe, un coordonnateur pédagogique sur le cycle. Deux temps ménagés : l’éducation à la coopération et le Conseil Coopératif.
- Le travail d’équipe : Le dispositif repose en partie sur la cohérence commune des attentes pédagogiques. Cela induit une collaboration étroite des membres des équipes et un suivi attentif du coordonnateur. Des réunions fréquentes sont organisées pour en garantir l’efficacité.
- La communication : Ce dispositif novateur doit être accompagné régulièrement auprès des familles : lecture du résultat des évaluations et du bulletin, accompagnement de la scolarité, collaboration dans le cadre des aides individualisées.

Trois ressources ou points d’appui
• Apprendre avec les pédagogies coopératives , S. CONNAC, ESF Editeur
• Structurer le succès ; un calendrier d’implantation de la coopération, J. HOWDEN, M. KOPIEC, LA CHENELIERE Editeur
Mémento : Agir sur le climat de classe et d’établissement par la coopération entre élèves au collège et au lycée

Difficultés rencontrées
• Disparités dans les interventions des membres de l’équipe éducative concernant la cohérence collective dans les attendus, la mobilisation effective des aménagements coopératifs en classe.
• Difficultés à faire en sorte que la pratique coopérative ne soit pas cantonnée à une organisation de la classe et à des temps particuliers (Education à la coopération, Conseil coopératif) mais se diffuse explicitement au fonctionnement et aux attendus des séances disciplinaires pratiquées dans les classes par les différents intervenants.
• Difficultés dans la circulation des informations entre les différents membres de l’équipe éducative notamment entre des enseignants porteurs du projet et des enseignants en complément de service sur l’établissement.

Moyens mobilisés
Un grand investissement des personnels est nécessaire pour mener à bien cette démarche.

Partenariat et contenu du partenariat
Ce dispositif s’inscrit aussi dans le projet de réseau d’éducation prioritaire, de ce fait il existe un lien fort avec les écoles du secteur pour lesquelles l’aspect coopératif constitue également un levier d’apprentissage.

Evaluation
Les indicateurs d’évaluation sont multiples :
- Indicateurs quantitatifs :
• Sur l’objectif 2 : nombre d’exclusions, de retards et de conflits recensés dans les classes, évolution individuelle et collective des degrés de maîtrise dans les compétences sociales et civiques
• Sur l’objectif 1 : Evolution individuelle et collective des degrés de maîtrise des compétences dans les compétences langagières
- Indicateurs qualitatifs : satisfaction des parents d’élèves, retour d’enquête des élèves, retour d’enquête des enseignants.

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
• L’évaluation est pilotée en interne par le coordonnateur de cycle. Des bilans réguliers sont renseignés par les élèves mais également par les enseignants encadrant les différents dispositifs dont l’Accompagnement Personnalisé. Les avis et suggestions des membres de l’équipe sont récoltés via un questionnaire e-lyco accessible en ligne sur le site du collège.
• Les délégués des parents d’élèves de 6e sont également consultés et leurs avis recueillis lors des réunions parents-professeurs 6e et des conseils de classe trimestriels. Ces bilans sont synthétisés et diffusés par l’intermédiaire d’un bilan écrit établi et diffusé par le coordonnateur de cycle en milieu d’année scolaire pour le dispositif d’accompagnement personnalisé et en fin d’année pour le dispositif complet.

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : Pas de mesures objectives effectives possibles sur un aussi court laps de temps. L’évaluation sur ce point devrait être faite par une ressource externe avec une méthodologie permettant de se rapprocher d’une plus grande objectivité.
- Sur les pratiques des enseignants : Impact indéniable sur les pratiques des enseignants notamment dans l’aspect collectif et concerté qu’impose le dispositif. Même si les dispositifs sont mis en place à différents degrés selon les personnels, les attendus de mise en place de la coopération dans les séquences pédagogiques disciplinaires créent des besoins de formation et des demandes de construction d’outils communs et convergents. La coopération inter-personnel sur le sujet du travail personnel a modifié et clarifié les attendus de tous les collègues sur ce point et a permis l’émergence d’objectifs et d’une organisation cohérente qu’une majorité s’approprie.
- Sur le leadership et les relations professionnelles : Libération de la parole et augmentation des échanges inter-personnels portant sur le domaine pédagogique mais surtout éducatif. Harmonisation des pratiques éducatives notamment par la définition de rituels collectivement définis et appliqués dans le cadre de la coopération. Augmentation des échanges d’outils entre les personnels notamment dans la gestion de la coopération en classe.
- Sur l’école / l’établissement : Emergence d’une plus grande explicitation des attendus à travers la définition d’échelles descriptives portant sur des compétences transversales évaluables par tous. L’établissement s’est construit une image de cohérence pour les parents qui affirment dans leur grande majorité avoir à faire à une équipe. Pour les élèves, les attendus partagés et explicités de coopération ont rendu plus structurant le lieu d’enseignement fréquenté.
- Plus généralement, sur l’environnement : Effets apaisants ressentis dès la deuxième année y compris sur la première cohorte de 6e actuellement en 5e. Amélioration du climat scolaire dans l’établissement.

Extrait du site Expérithèque : Classes coopérantes 2016 D

Répondre à cet article