> TYPES DE DOCUMENTS : Annuaires, Textes et Rapports officiels, Études, (...) > ETUDES (UNIVERSITAIRES) > En lecture, le CP ne parvient pas à réduire les inégalités, conclut la vaste (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

En lecture, le CP ne parvient pas à réduire les inégalités, conclut la vaste enquête d’une cinquantaine de chercheurs coordonnés par Roland Goigoux, pilotée et financée par l’IFE avec l’aide de la DGESCO

17 septembre 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif du 23.09.15 :
De récentes études plaident pour un apprentissage précoce, répété et soutenu des correspondances entre lettres et sons

[...] La dernière édition d’une autre enquête internationale, Pirls, menée en 2011, semble confirmer ce statu quo, cette fois chez les élèves de CM1, puisqu’elle fait apparaître des résultats globaux quasi inchangés, supérieurs à la moyenne de la zone mais inférieurs à celle des autres pays européens.

À les examiner de plus près, cependant, ces études livrent des informations plus préoccupantes sur notre système scolaire. Selon Pisa, la part des élèves les plus faibles en lecture ne cesse de croître. Des élèves en difficulté surreprésentés dans notre pays, nous dit encore Pirls. « Les performances des enfants sont de plus en plus étroitement corrélées à la catégorie socioprofessionnelle des parents, à leur niveau de diplôme, au nombre de livres présents à la maison », abonde Catherine Moisan, à la tête de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp).

Extrait de la-croix.com du 23.09.15 : Apprentissage de la lecture : le méthodes qui marchent

 

Additif du 17.09.15
[...] l’étude constate que le fait d’enseigner plus vite plus de correspondances entre les sons de la langue (les « phonèmes ») et les groupes de lettres qui les transcrivent (les « graphèmes ») « influence significativement et positivement l’ensemble des élèves et bénéficie nettement aux élèves initialement faibles qui sont pénalisés par un début tardif ou un tempo trop lent ». Cette conclusion est d’autant plus forte qu’elle est contre-intuitive et prend à revers la culture dominante chez les enseignants, souvent convaincus qu’il ne faut pas aller trop vite afin de ménager les élèves qui ont du mal.

Extrait de lemonde.fr du 15.09.15 : Vers la fin des méthodes de lecture ?

 

L’étude « lire et écrire » de Roland Goigoux conclut qu’en matière de lecture, ce n’est pas la méthode qui compte. Madeleine de Jessey ne partage pas cet avis.

Madeleine de Jessey est agrégée de Lettres classiques. Porte-parole de Sens Commun, elle est déléguée nationale des Républicains en charge des programmes de formation.

Extrait de lefigaro.fr du 17.09.15 : Méthodes de lecture : jusqu’à quand va-t-on condamner les écoliers à l’illettrisme ?

Peut-on en finir avec la querelle, sans cesse ravivée, de la syllabique et de la globale ? Apparemment oui, si on suit la vaste enquête dirigée par Roland Goigoux, professeur à l’Université de Clermont Ferrand pour l’IFé. Au lieu de s’intéresser aux méthodes, un concept jugé trop vague, l’enquête suit les pratiques enseignantes de très près. Elle apporte ses bonnes et mauvaises nouvelles .
Oui l’enseignement explicite du décodage est bien fait.
Non, le CP ne réussit pas à gommer les inégalités de compétences qui sont déjà présentes à l’issue de la maternelle. L’école élémentaire s’avère impuissante à faire réussir les enfants en difficulté. Voilà un nouveau chantier qui s’ouvre…

Près de 2800 élèves de CP suivis de très près par une équipe de 60 chercheurs (13 universités) et 140 intervenants, 3000 heures de cours filmées, 8000 photos de cahiers d’écoliers : l’enquête dirigée par Roland Goigoux pendant 3 ans est tout à fait unique. [...]

Le CP échoue à réduire les inégalités
Les inégalités de compétences en lecture et écriture sont déjà présentes à l’entrée en CP, confirme R Goigoux. A l’entrée en CP, entre 10 et 30% des enfants n’ont pas acquis les compétences de maternelle et cela est fortement corrélé à la catégorie sociale. Ainsi en compréhension de la langue écrite, 30% des élèves ont moins de 5 points sur 15 après l’audition de 3 textes narratifs et 30% ont plus de 10 points. Pour R Goigoux, « ces élèves apprendront à lire et à écrire quoi que fasse l’enseignant ».

Or à la fin du CP les contrastes sont aussi importants. « Rares sont les classes qui semblent avoir été en mesure de jouer un véritable rôle compensatoire », écrit R Goigoux. Il en compte une vingtaine sur 130.

Et cela quelque soit la classe…
Autre enseignement : les différences d’efficacité entre les classes sont faibles alors qu’elles utilisent des méthodes différentes. « Il n’y a pas à proprement parler d’effet manuel » dit R Goigoux.

Extrait de cafepedagogique.net du 15.09.15 : Lecture : Roland Goigoux enterre la querelle des méthodes

 

Le chercheur Roland Goigoux est venu présenter mardi 15 septembre à Paris les premiers résultats d’une vaste étude sur la lecture et de l’écriture en CP. Il en ressort que l’apprentissage de la compréhension est une faiblesse de l’école française. Et que pour y remédier, il n’y a pas de recette miracle, plutôt une subtile alchimie de différentes variables.

Faire des dictées mais pas trop, favoriser la lecture orale en classe mais sans excès, travailler la correspondance phonèmes-graphèmes mais pas seulement, enrichir le lexique mais cela ne suffit pas… L’étude, à laquelle une soixantaine de chercheurs ont collaboré, est inédite par son ampleur et la richesse de ses données.

[...] « Sortir des débats d’arrière-cour »
« Les méthodes ne sont sans doute pas l’essentiel, a conclu Michel Lussault, l’important est plutôt l’outillage des enseignants. Un professeur bien outillé, bien formé et bien accompagné va bien fonctionner. Loin de clore les discussions, cette recherche les relance et permet de sortir des débats d’arrière cours. L’un des problèmes de l’éducation nationale est que l’on ne débat pas assez de pratiques ».

Extrait de cafepedagogique.net du 16.09.15 : Etude sur « lire et écrire » : Les élèves de CP doivent davantage travailler la compréhension

 

Directrice d’école dans un quartier populaire, Véronique Vinas a un long passé de professeur des écoles en élémentaire et en maternelle. Elle réagit aux premières informations du rapport Goigoux sur l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Rôle des manuels, compréhension de l’écrit, production d’écrit... Le rapport vu de la classe...

Extrait de cafepedagogique.net du 16.09.15 : Lecture : Le rapport Goigoux vu de la classe

Répondre à cet article