> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > ACTION LOCALE par niveau et discipline > Action locale au LYCEE > Lycée (Action autre ou interdisciplinaire) > B* Deux innovations au lycée d’excellence Blaise Pascal de Forbach : - SAS (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Deux innovations au lycée d’excellence Blaise Pascal de Forbach : - SAS stage d’accès à la scolarisation et la socialisation - Le numérique au service de l’évaluation et de l’autonomie

16 avril 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

SAS : stage d’accès à la scolarisation et la socialisation
Expérimentation art.34

Section d’enseignement professionnel du lycée polyvalent Blaise Pascal
5 rue Paul Ney, 57608 Forbach
Site du PASI académique
Auteur : Chouikh Amelle
Mél : [Amelle.Abdellilah@ac-nancy-metz.fr]

Cette action a pour objectif de porter une attention soutenue à des élèves « décrocheurs », et d’œuvrer à une personnalisation de leur parcours de formation. Par la mise en place de différents ateliers sous forme d’un stage d’une semaine et le développement de différents partenariats, il s’agit de redonner du sens à la scolarisation de ces élèves, et ce en vue d’un objectif professionnel identifié.

Plus-value de l’action
Non encore précisé

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
Huit élèves maximum par stage. Les entrants (seconde, troisième découverte professionnelle et CAP) sont ciblés en priorité sur le premier SAS en octobre (avec un ou deux élèves maximum de la même classe), puis les secondes et premières pour le deuxième SAS en avril.

A l’origine
De nombreux élèves, suite à une orientation subie, des difficultés scolaires et/ou souvent un contexte social, familial précaire, fragile, « décrochent » et deviennent des absents récurrents : « je n’y arrive pas », « ça sert à rien ce que je fais en cours », « c’est pas ce que je veux faire » reflètent le ressenti de ces élèves.

Objectifs poursuivis
Identifier dans un premier temps les raisons des difficultés rencontrées par les élèves. S’agit-il de difficultés scolaires, d’un manque de motivation dû à leur orientation, d’un contexte familial difficile ? Puis remotiver ces élèves à travers des témoignages (ancien élèves qui ont vécu les mêmes difficultés), avant de travailler sur leur projet professionnel et le développement de ressources.
• En effet, puisque l’élève ciblé est un élève « décrocheur », absentéiste, la problématique de l’orientation et du projet professionnel nous paraît essentielle pour « raccrocher » les élèves et donner du sens à leur formation actuelle, même si c’est le passage vers autre chose.
• L’objectif est d’accompagner chaque élève, et de permettre à chacun d’identifier les ressources qui vont lui permettre de construire « un environnement favorable à ses apprentissages ».

Description
Différents ateliers sont proposés aux élèves tout au long de ce stage, et sont clairement identifiés autour de deux pôles : la construction de mon projet professionnel, la construction d’un environnement favorable à mon bien-être et à mes apprentissages. Descriptifs des ateliers proposés tout au long de la semaine.
- Premier pôle : la construction de mon projet professionnel ; deux témoignages d’anciens élèves. Un premier ancien élève suivi par un éducateur spécialisé (partenariat avec l’AIPS) qui nous témoigne de sa difficulté d’insertion professionnelle, la réalité de la vie, suite à une sortie sans diplôme. Un deuxième témoignage d’un ancien élève qui a changé plusieurs fois d’orientation (orientation subie, ou faute de projet), mais qui est au final en réussite et qui est allé au bout de son projet professionnel.
Travail sur l’image de soi avec une professionnelle (Formabilis) qui travaille en partenariat avec pôle emploi, et qui propose d’aborder avec les élèves les postures à adopter, les codes vestimentaires et corporels quand on démarche un employeur. Intervention de la mission locale. Par des jeux de rôles, différencier un bon CV d’un mauvais CV, et comment « se vendre » à un employeur.
- Deuxième pôle : la construction d’un environnement favorable à mon bien être et à mes apprentissages. Atelier avec un intervenant du CMSEA Service. A partir d’un outil (outil « trampoline »), amener l’élève à identifier les ressources sur lesquelles il s’appuie quand il ne va pas bien (situation de crise, de conflit avec un enseignant, un parent, un ami, une situation de malaise..). Pour certains, les ressources sont saines (sport, musique…), pour d’autres, pas de ressources clairement identifiées ou recours à des addictions, ou souvent à la violence. L’objectif est alors dans un premier temps d’établir une « recette miracle » à appliquer dans l’urgence (je respire profondément, j’analyse la situation et je ne réagis pas à chaud…). Dans un deuxième temps, cet atelier se prolonge par des exercices d’expression et des exercices de relaxation.

Modalité de mise en œuvre
Une démarche en quatre temps :
- .1- cibler les élèves en amont, puis prise de contact avec les familles et mise en place d’un accord avec l’élève (sur la base d’un volontariat) et sa famille. Ce lien avec l’élève et les familles est réalisé par le CPE, le proviseur-adjoint et les éducateurs de l’AEIPS et du CMSEA sur le terrain quand l’élève et la famille ne sont pas facilement joignables.
- 2- le livret personnel SAS, un « outil » pour accompagner l’élève pendant les différents ateliers est présenté à l’élève une semaine avant, avec explication de la démarche. Cette action s’enrichit d’un entretien individuel avec le COP (conseiller d’orientation), pour de cibler le projet professionnel de l’élève.
- 3- la semaine de SAS avec les différents ateliers et les différents partenaires par pôle.
- 4- un suivi post SAS à l’aide d’un tuteur par élève et mise en place d’un suivi fin au niveau scolaire et éducatif de l’élève en lien avec les équipes administrative et pédagogique.

Trois ressources ou points d’appui
L’entrée dans ce dispositif par des témoignages d’anciens élèves, en partenariat avec l’AIPS. Ce levier a permis de donner plus de lisibilité et plus de sens aux ateliers proposés. Le choix d’un jeune adulte en difficulté en projet d’insertion professionnel (pas de projet scolaire défini quand il était élève, pas de diplôme obtenu) et celui d’un jeune adulte en réussite, malgré une orientation difficile, subie, ou choisie tardivement, semble devoir être un levier intéressant. La mise en place d’interventions plus interactives.
En effet, suite au bilan des premiers SAS, il a été proposé aux intervenants extérieurs de sortir d’un mode d’intervention transmissif, et d’utiliser l’espace social et humain de façon à optimiser les interactions. Rester dans un échange de type directif amenait en effet très rapidement un désintérêt des élèves, un rapport frontal peu efficace. Alors qu’en réorganisant certains ateliers (en privilégiant des questions-réponses, des jeux de rôle) et en réaménageant la salle (petit cercle), échanges et communication ont été favorisés.

Difficultés rencontrées
• L’absence des élèves certaines demi-journées.
• La difficulté de maintenir un lien avec les familles.

Moyens mobilisés
- Trois enseignants (moi-même en tant que coordonnatrice du stage, et « animatrice » d’un atelier, et deux enseignantes pour faire récupérer les cours aux élèves en fin de semaine). Le COP (conseiller d’orientation psychologue), le CPE, et proviseur adjoint (pour l’accord en amont de l’élève et de la famille).
- Différents partenaires extérieurs : pôle emploi, la mission locale, les éducateurs de l’AIPS et CMSEA.

Partenariat et contenu du partenariat
Notre action est basée sur un réseau de partenaires (cités ci-dessus). Des partenaires dans le monde de l’insertion professionnelle : pôle emploi, mission locale, Formabilis, les éducateurs du CMSEA et AIPS.

Liens éventuels avec la Recherche
Les textes récents qui accompagnent la refondation de l’Ecole nous servent d’appui et enrichissent la réflexion. La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école du 8 juillet 2013 qui réaffirme la volonté de promouvoir « une Ecole juste pour tous et exigeante pour chacun ».
Cette loi cible une réflexion sur différents publics scolaires et notamment les « 140 000 décrocheurs », que l’on retrouve essentiellement dans les lycées professionnels. Un des axes développés dans le cadre de cette refondation est de « permettre à chacun de réussir dans le second degré et de s’insérer dans la vie professionnelle dans les meilleures conditions ». Le vade-mecum « Innover pour une école des réussites » (http://eduscol.education.fr/cid58582/des-vade-mecum-pour-innover.html )
Pour permettre la réussite de tous et limiter les sorties sans diplôme, il faut accompagner chaque élève dans son parcours de formation, et personnaliser ce parcours de formation. La mise en place de ce SAS autorise ici chaque élève ciblé à devenir acteur de son projet professionnel, et à se fixer l’obtention du diplôme (CAP, BEP ou BAC) comme objectif.

Evaluation
L’évaluation de cette action se fait au regard de différents indicateurs à court terme :
.• retour des élèves sur le livret pendant le SAS,
• bilan général avec tous les intervenants. à moyen et long terme :
• absentéisme,
• orientation ou réorientation. et à l’aide différents « outils » :
• livret SAS,
• choix d’un tuteur par l’élève à la suite du stage,
• partenariat avec les éducateurs sur le terrain.

Documents
Fiche informative sur l’action

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
L’évaluation, pour être complète et offrir différents points de vue, est réalisée par différents acteurs, et à court, moyen et long terme.
Une évaluation interne :
- A court terme : Bilan du coordonnateur avec les livrets personnels des élèves qui ont noté leurs ressentis après chaque atelier (« qu’est ce qui pourra me resservir en tant qu’élève ? »).
- A moyen et long terme
• L’assiduité des élèves au retour du SAS. (nombre de journées d’absences)
• Un dialogue instauré avec les familles.
• La précision de son projet professionnel (rencontre COP, choix des lieux de stage, journées d’immersion).
• Obtention ou non d’un diplôme. Une évaluation de nos partenaires extérieurs Bilan avec les partenaires extérieurs réalisé deux ou trois semaines après le SAS.

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : Prématuré.
- Sur les pratiques des enseignants : Prématuré.
- Sur le leadership et les relations professionnelles : Cette action apporte un certain dynamisme dans le sens où elle favorise les échanges professionnels entre enseignants, autour des élèves ciblés.
- Sur l’école / l’établissement : Ce SAS autorise un suivi plus fin des élèves ciblés au niveau administratif et oblige l’échange avec la famille.

Extrait du site Expérithèque : SAS : stage d’accès à la scolarisation et la socialisation

 
Le numérique au service de l’évaluation et de l’autonomie

Lycée des métiers des services à l’entreprise Blaise Pascal forbach
5 Rue Paul Ney, 57608 Forbach
Site du PASI académique
Auteur : Jean-François Gaboret
Mél : jfgaboret@gmail.com

Le numérique est utilisé en classe de BTS pour rendre les étudiants acteurs de leur propre réussite. Un site internet permet à chaque étudiant de construire son parcours d’apprentissage et d’évaluation dans une totale autonomie. Il permet ainsi, non seulement différentes utilisations d’apprentissage selon la motivation, le temps, le degré d’approfondissement recherché par chacun, mais aussi une évaluation des compétences en continu, en visualisant une grille d’avancement. Ce site est un puissant outil pour personnaliser la relation d’apprentissage au service de la réussite de chaque étudiant.

Plus-value de l’action
Ce site en tant qu’outil au service de la réussite de tous doit donner une image positive de nos sections BTS tertiaires, axées sur les nouveaux outils numériques. Il est une réponse forte à l’intégration des BAC PRO en BTS, à une nouvelle forme d’évaluation et à la construction de la réussite du parcours de chacun.

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
55 étudiants sur la section BTS MUC.

A l’origine
C’est en m’impliquant dans la passerelle Bac Pro-BTS que j’ai eu l’idée de concilier l’éducation numérique et les nouveaux modes d’évaluation. J’ai donc en toute logique adapté mon enseignement à ces fins. En effet, j’ai voulu que mes cours de méthodologie pour apprendre à apprendre le cours d’économie en 1ère année de BTS, destinés aux Bac Pro, soit accessibles en permanence afin qu’ils puissent s’y référer fréquemment. D’autre part, je souhaitais qu’il y ait une mutualisation importante du travail méthodologique pour que les étudiants puissent s’approprier au mieux la méthode qui leur conviendrait.
J’ai donc créé un site internet pour permettre accessibilité, échange, enrichissement des cours tout en montrant que l’économie s’insère dans notre quotidien, en indiquant les grands points de l’actualité économique. Ce site a ensuite évolué pour devenir un puissant outil au service de la réussite de chaque étudiant : chacun construisant son parcours, son évaluation et son apprentissage.

Objectifs poursuivis
- Objectif 1 - étudiant acteur de sa propre réussite. Autonomie dans ses apprentissages, classe inversée, pour aller plus loin (approfondissement théorique d’une notion). Illustrations de cours concernant l’actualité (sur les cours actuels ou passés). Actualité économique et commerciale pour décrypter les concepts économiques ou marketing sous-jacents. Mutualisation des synthèses. Autonomie dans son évaluation : envois de synthèses, de devoirs, d’applications de cours (volontariat), demandes de conseils, d’explications, (personnalisation de l’apprentissage). Visualisation de son parcours de construction des compétences (nouveaux modes d’évaluation). Note chiffrée remplacée par un indicateur : compétence acquise ou non acquise.
- Objectif 2
• Communauté de ressources à destination des étudiants : cours de marketing et d’économie, approfondissements, synthèses de cours et indicateurs économiques archivés ; facilite les révisions, donne une vue d’ensemble du cours ; détaille un concept sous différentes approches, avec des explications et des cours différents.
• A destination des professeurs : ils sont invités à mettre leurs cours et ressources en ligne, à initier un travail collaboratif, à créer des synergies (sujets, méthodologie). A destination de l’extérieur : image de marque de la section BTS, futurs partenariats avec d’autres établissements.

Description
Un site internet regroupe tous les outils nécessaires pour permettre à chaque étudiant d’être acteur de sa réussite en apportant une solution concrète à la personnalisation de son apprentissage dans une autonomie d’apprentissage et d’évaluation.
- Pour les étudiants, cela leur permet :
• de travailler à leur rythme, en fonction de leur motivation et intérêt. Des rubriques « pour aller plus loin » permettent de compléter une notion de cours. C’est par exemple des vidéos sur l’histoire de la mondialisation, ou encore un extrait de livre sur un concept théorique.
• de parfaire leur culture générale et leur intérêt pour la matière en lisant les articles de presse d’actualité et ceux illustrant une notion développée en cours.
• de construire leur apprentissage en cherchant d’autres explications sur le site sur des concepts étudiés en cours. Les étudiants peuvent regarder d’autres cours d’autres professeurs, ou voir des synthèses de ces mêmes notions faites par leurs camarades.
• de se situer en visualisant sur une feuille d’avancement leurs compétences acquises ou en cours d’acquisition.
• d’accéder à l’autonomie et d’être acteurs de leur réussite.
- Pour le professeur,
• cela permet un suivi personnalisé de l’étudiant grâce à l’interactivité : l’étudiant échange avec le professeur via la messagerie du site ou via les sms pour demander des conseils, pour envoyer s’il le souhaite des devoirs, pour demander une correction de son dossier qu’il doit construire pendant son stage. cela permet aussi d’augmenter la motivation des étudiants, en alimentant le site d’illustrations de cours.
• De pouvoir évaluer selon de nouveaux modes : non plus une note chiffrée mais un ensemble de compétences qui sont en cours d’acquisition puis validées.
• D’avoir un temps de classe en dehors de la classe : le contact avec les étudiants est constant via la messagerie.

Modalité de mise en œuvre
La mise en œuvre se fait par le numérique : le site internet regroupe tous les outils : (articles, illustrations, approfondissements, actualités, cours, synthèses, devoirs, TD, tableau d’avancement des compétences) nécessaires pour répondre à l’autonomie des apprentissages et de l’évaluation.

Trois ressources ou points d’appui
- Le conseiller PASI-CARDIE qui m’a fait connaître d’autres innovations de collègues.
- Le proviseur de lycée qui m’a toujours soutenu avec enthousiasme dans cette démarche.

Difficultés rencontrées
La principale difficulté est le droit d’auteur concernant la mise en ligne des articles, des extraits de livres, des vidéos, des cours. Toutes les données sont recueillies par une veille informationnelle que j’effectue et aucune autorisation ne m’a été donnée par leurs auteurs. Pour respecter la loi, chaque ressource est cependant clairement identifiée.

Moyens mobilisés
Je suis pour l’instant le seul enseignant à utiliser ce site internet que j’ai créé pour mes classes de BTS première et deuxième année pour les cours d’économie et de marketing. J’espère à moyen terme que mes collègues me rejoindront pour mettre en ligne leurs cours d’économie afin que les étudiants puissent construire leurs savoirs en lisant d’autres explications des concepts étudiés.
- Moyens mobilisés : au niveau des moyens pédagogiques : veille informationnelle importante en ce qui concerne l’actualité économique et le marketing pour mettre en ligne l’actualité sur des faits économiques, sur la vie des entreprises, pour illustrer une notion de cours vue ou à voir, pour adapter le cours pour une version numérique avec des liens, des vidéos, des documents à télécharger lorsque j’utilise la classe inversée.
- Au niveau des moyens techniques : site internet créé avec un progiciel dont j’ai acheté la licence, hébergement sur une plateforme gratuite. A court terme, il faudrait prévoir un hébergement professionnel de plus grande capacité ainsi que l’achat par le lycée de tablettes numériques wi fi pour pouvoir utiliser le site pendant les cours. Mise à jour quasi-quotidienne du site pour l’enrichir des travaux des étudiants, et pour leur répondre afin d’avoir un maximum d’interactivité.

Partenariat et contenu du partenariat
L’action vise à s’étendre aux professeurs d’économie et de commerce du lycée dans un premier temps. Ultérieurement nouer des partenariats avec d’autres établissements s’intéressant à ces mêmes problématiques : numérique, nouveaux modes d’évaluation et autonomie des étudiants.

Liens éventuels avec la Recherche
Non. Cette innovation pédagogique se veut une traduction de la politique éducative sur le numérique et sur l’évaluation. Mon but est d’avoir des éléments tangibles pour orienter ma réflexion et ma pédagogie afin d’obtenir la réussite du plus grand nombre.

Evaluation
Cette innovation pédagogique fait l’objet d’une évaluation continue :
• quantitative : statistiques d’utilisation du site : temps de connexion, rubriques les plus regardées, fréquence...
• qualitative : valeur ajoutée apportée par le site à chaque étudiant : construction des compétences, restitution des acquis, motivation, participation au contenu des rubriques.

Documents
Fiche descriptive de l’action

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
• Auto-évaluation : de manière empirique j’expérimente des modes opératoires (classe inversée, évaluation par contrat, taux de satisfaction du site, gestion des attentes des utilisateurs…)
• Evaluation interne : un parcours personnel de réussite est proposé pour chaque étudiant (tableau d’avancement de ses compétences).

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : Accueil positif des étudiants qui se sont approprié immédiatement cet outil qu’ils utilisent avec dextérité, constance et enthousiasme. Les acquis sont plus ancrés car ils procèdent d’une démarche volontariste de leur part. Rien n’est imposé. Tout repose sur leur propre construction de parcours de réussite personnalisé. Les temps de classe en dehors de la classe permettent de travailler à son rythme, quand on le souhaite.

- Sur les pratiques des enseignants : Pour ma part, cela me contraint à une interactivité avec mes étudiants. Davantage d’échanges personnalisés ont lieu renforçant ainsi un sentiment de reconnaissance. La participation de tous au site produit une émulation et développe un sentiment d’appartenance plus fort. Par ce biais, le professeur constate que la classe est plus soudée. La relation avec le professeur change : elle se veut moins formaliste et plus efficiente, davantage tournée vers l’objectif final et non plus sur l’évaluation du moment.

- Sur le leadership et les relations professionnelles : Pas assez de recul pour l’instant pour répondre.

- Sur l’école / l’établissement : Les étudiants étant fortement impliqués dans ce projet, ils en parlent autour d’eux et certains de mes collègues s’intéressent à mon projet et s’informent. Ce site permet a priori de fédérer autour d’un outil commun l’équipe pédagogique. Autre effet constaté pour l’établissement : chute drastique des photocopies grâce au support numérique.

- Plus généralement, sur l’environnement : Pas assez de recul pour l’instant pour répondre.

Extrait du site Expérithèque : Le numérique au service de l’évaluation et de l’autonomie

Répondre à cet article