> 5 - Education prioritaire > TYPE DE DOCUMENT > ETUDES (2 SR) > Etudes diverses > L’importante thèse de Lydie Heurdier « Vingt ans de politique d’éducation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’importante thèse de Lydie Heurdier « Vingt ans de politique d’éducation prioritaire dans trois départements français » (2008, 702 p.) est en ligne

3 juillet 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

UNIVERSITE PARIS DESCARTES
ECOLE DOCTORALE
« Sciences humaines et sociales : cultures, individus, sociétés »
Doctorat
Sciences de l’éducation

HEURDIER Lydie
Vingt ans de politique d’éducation prioritaire
dans trois départements français
Thèse dirigée par Claude LELIEVRE
Soutenue le 8 décembre 2008

Jury :
CHARTIER Anne-Marie
POUCET Bruno
ROCHEX Jean-Yves

 

Soutenue en 2008, cette thèse est désormais en ligne sur le site "Thèse en ligne"

A travers l’étude exhaustive des textes, études et rapports officiels parus entre 1981 et 2000, une temporalité de la politique nationale d’éducation prioritaire apparaît nettement. Elle est mise en regard avec les politiques suivies par les services déconcentrés de l’Etat (rectorats, inspections académiques), dans trois départements métropolitains (Eure-et-Loir, Ille-et-Vilaine, Seine-Saint-Denis), aux caractéristiques sociodémographiques et scolaires très contrastées. Trois monographies permettent d’appréhender le pilotage local de la politique ZEP et le rôle des autorités de tutelle, l’évolution des collèges classés, l’impact de l’offre de formation.

La politique de discrimination positive était la première étape de la rénovation du système éducatif voulue par Alain Savary ; elle a permis d’introduire progressivement de nouveaux paradigmes : autonomie des établissements, responsabilisation des acteurs, projet de zone, partenariat, liaisons interdegrés, contractualisation, évaluation. La comparaison des trois territoires au regard du cadrage national met au jour des points saillants. La question des moyens et l’évolution de la carte, en expansion considérable mais disparate, ressortent fortement mais d’autres thèmes apparaissent : effets de la sectorisation, présence de l’enseignement privé, absence de mixité sociale, ségrégation urbaine, liens avec la politique de la ville.

Le rôle des militants pédagogiques, celui du CRESAS et de l’OZP, confirment que derrière la politique d’éducation prioritaire, c’est bien la question de la démocratisation de la réussite scolaire dans le cadre de la scolarité obligatoire qui est réinterrogée.

Extrait de la présentation sur le site Thèse en ligne

 

Lire la thèse de Lydie Heurdier en version intégrale en format PDF.

 

Le compte rendu de la Rencontre OZP du 03.06.09 sur cette thèse

Répondre à cet article