> AGENDA > Archives Agenda 2011-2010 > Le 2 décembre 2011 à Brest, une journée d’étude RésoVilles et IRDSU sur les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le 2 décembre 2011 à Brest, une journée d’étude RésoVilles et IRDSU sur les discriminations dans l’institution scolaire en fonction de l’origine sociale, économique et culturelle

8 novembre 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Une journée organisée par RésoVilles en coopération avec le réseau DSU Grand Ouest et l’IRDSU.

Le taux d’échec scolaire qui caractérise les quartiers prioritaires, bien plus important que la moyenne des autres territoires (cf différents rapports de l’ONZUS), est souvent interprété comme la conséquence d’un déficit social, économique et culturel de la part des familles. Dès lors, l’action publique tente de renforcer, par différents dispositifs, les capacités des familles à mieux « affronter » la scolarité de leurs enfants. Cependant, toutes ces analyses occultent bien souvent celle de la posture de l’institution scolaire vis-à-vis des enfants et des jeunes issus des quartiers populaires.

Ainsi, qu’en est-il réellement des représentations sociales portées par l’école sur les enfants de milieux populaires ? Les orientations scolaires contraintes tant dénoncées par les jeunes ne sont-elles que le produit de leurs « incapacités à » ou relèvent-elles, pour une partie d’entre elles, d’une posture discriminante de l’institution scolaire, fut-elle inconsciente et implicite ? Autrement dit, peut-on parler de discriminations à l’école, opérées sur la base de critères sociaux et ethniques, pouvant aller jusqu’à déterminer le destin scolaire, et donc l’avenir, de générations entières de jeunes ? C’est cette question que la journée thématique « Ecole, orientations scolaires et discriminations » abordera.

Partenaires de la journée  :

- Brest Métropole Océane
- Ville de Brest
- IR-DSU
- Villes et Développement

Lieu :
Maison de quartier de Lambezellec
30 rue Coëtlogon
29200 Brest
Tél. 02.98.01.18.13

Programme de la journée :

- 9h – 9h30 : accueil café

- 9h30 – 9h45 : Ouverture et présentation de la journée

- 9h45 – 10h30 : Intervention de l’IR-DSU : Présentation du chantier « Plan de lutte contre les discriminations »

- 10h30 – 12h15 : Les discriminations dans l’institution scolaire
Intervention de Saïd Bouamama et débat avec la salle

« Les discriminations en fonction de l’origine dans l’institution scolaire ont été longtemps occultées du fait d’une tendance générale à réduire les discriminations à leurs formes directes (intentionnelles, volontaires, etc.). Les développements de la recherche ces dernières années soulignent à la fois la faiblesse des discriminations directes dans l’institution scolaire et l’existence de processus importants de discriminations indirectes et systémiques qui par définition n’apparaissent pas pour les acteurs comme des discriminations. Trois veines de recherches ont été particulièrement explorées : les processus de discrimination liés aux procédures et processus d’orientations, ceux en lien avec les grilles de lecture culturaliste des difficultés des élèves issus de l’immigration et enfin ceux reliés à des facteurs externes (politiques urbaines, etc.). La prise en compte de ces travaux rend nécessaire de nouvelles postures, de nouveaux savoirs et une interrogation de l’organisation scolaire »

- 12h15 – 13h45 : Déjeuner (participation : 15 €)

- 13h45 – 16h : table ronde : « Plans de lutte contre les discriminations à l’école : témoignage d’expériences »

. Saïd Bouamama, Grand témoin

. Laurence Ukropina, chargée de mission à l’Inspection d’Académie Nancy-Metz
Le plan de lutte contre les discriminations de l’académie de Nancy-Metz : L’Académie de Nancy-Metz s’est dotée d’un plan de lutte contre les discriminations depuis 2006. Quelles en ont été les étapes ? les actions ? les freins et les réussites ? Une manière d’entrer dans un champ de réflexions que l’école française répugne à explorer : de quelle manière l’éducation nationale et ses professionnels peuvent-ils produire des discriminations et comment faire évoluer les pratiques concernées ?

. Sophie Ebermeyer, chargée de mission Lutte contre les discriminations à Grenoble Alpes Métropole :
Le plan partenarial de lutte contre les discriminations dans l’éducation de Grenoble :
Ce plan co-financé par l’ACSE et la DDCS date de fin 2009 ; il est co-piloté par l’agglomération grenobloise (la Métro) et l’Inspection académique en partenariat avec les trois communes de l’agglomération grenobloise et le Conseil Général. Il a pour objectif de prévenir et lutter contre les discriminations dans l’éducation (au sens large et pas seulement scolaire). Il est donc au bénéfice des enfants et des jeunes. Deux principes le guident : celui de recherche-action (car on sait aujourd’hui peu de choses sur la question) et le fait d’agir sur les pratiques professionnelles. Les thèmes choisis sont l’orientation scolaire, la notation, l’étude sur les discriminations dans l’orientation scolaire, etc.

. Lynda Lebbad, chargée de mission Développement social urbain à Brest métropole océane :
La question éducative à Brest reste une question phare. Voilà maintenant plus de dix ans que Brest a décidé de se doter d’un PEL (Projet Educatif Local), renforcé quelques années plus tard par un DRE (dispositif de réussite éducative). Le DRE Brestois vise à donner leur chance aux enfants et adolescents ne bénéficiant pas d’un environnement social, familial et culturel favorable à leur réussite, et à accompagner ceux qui présentent des signes de fragilité en prenant en compte la globalité de leur environnement. Il contribue aussi à prévenir les ruptures dans les parcours de réussite.
De nombreux professionnels sont investis auprès des jeunes pour favoriser la réussite scolaire et contribuer à une orientation plus diversifiée, alors qu’on observe que les collèges du réseau de réussite scolaire orientent majoritairement les jeunes des quartiers populaires vers l’apprentissage et la formation professionnelle.
La lutte contre le décrochage scolaire, l’investissement sur la notion de persévérance sont autant de propositions locales visant à juguler autant que faire se peut les orientations non investies par les jeunes, et peu appropriées par les familles, tout en favorisant les poursuites de formation et de scolarisation.
Un aperçu de ces différents moyens sera mis en discussion.

Inscription en ligne

Extrait de la Lettre d’information de l’IRDSU, n° 79 du 07.11.2011 : "Ecole, orientations scolaires et discriminations" le 2 décembre à Brest

Répondre à cet article