> 4 - Actes et Productions de l’OZP > TOUT SAVOIR SUR LES ZEP. Une série de fiches OZP (2004-2012) > La formation des enseignants de ZEP (Fiche Tout savoir)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La formation des enseignants de ZEP (Fiche Tout savoir)

juin 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable

Des fiches pour tout savoir sur l’éducation prioritaire

La formation des enseignants de ZEP

Mise à jour : Février 2010

La formation initiale s’effectue en IUFM, dans le cadre de la formation générale. Des outils sont créés en fonction des demandes formulées : des groupes de travail, des groupes de recherche et d’accompagnement tentent de répondre aux besoins exprimés, particulièrement dans le domaine de la formation continue.

Dès les années quatre-vingt, le CRESAS-INRP préconisait d’utiliser les ZEP comme lieu de formation initiale et continuée. Les textes officiels insistent régulièrement sur l’accueil des nouveaux arrivants qui doit favoriser leur intégration et leur stabilisation. Gérard Chauveau a mis en évidence des « maîtres réussissants » et des zones d’excellence pédagogique. Le rapport Moisan-Simon a pointé les maîtres qui réussissent. Il existe donc des références et des possibilités de formation. Le rapport Anne Armand et Béatrice Gille a proposé de mettre l’accent sur la formation en tenant compte du caractère spécifique de l’éducation prioritaire. [1]

D’une manière générale, les enseignants ne sont guère préparés à la réalité du terrain. La méconnaissance des structures du réseau d’éducation prioritaire, les problèmes liés à l’hétérogénéité des publics, au comportement de certains, à la difficulté de travailler en équipe, aux contacts avec les familles sont souvent évoqués par les personnels sortant de l’IUFM comme par ceux déjà en poste.
Les critères de recrutement aux concours des enseignants sont surtout basés sur des savoirs disciplinaires. Les stages en zone d’éducation prioritaire, pendant le temps de formation initiale ne sont pas nombreux.
Certains IUFM, où la demande est importante sont donc amenés à développer une formation -initiale et continue- à contenu spécifique. C’est ainsi que, sur commande, ils proposent des formations pour les nouveaux entrants dans le métier. Par exemple, les personnels affectés en zone violence (ces zones ne recouvrent pas systématiquement les zones d’éducation prioritaire) bénéficient de journées de formation spécifiques obligatoires. Toutes ces offres de formation sont consignées dans le PAF (plan académique de formation) et les inscriptions se font sur la base du volontariat. Les offres répondent aux demandes mais il existe des freins institutionnels. Les logiques de formation du premier et du second degré sont difficilement compatibles : un enseignant du second degré qui souhaite suivre une formation peut quitter sa classe. Si aucune solution de remplacement n’est trouvée (accueil au foyer de l’établissement, en salle d’étude, ou prise en charge pour des activités périphériques) les élèves sont « libérés », les cours remplacés ou non. Dans le premier degré l’enseignant est remplacé par un processus négocié au niveau départemental.
L’offre de formation concerne surtout la formation continue : selon les académies, elle peut aussi être à l’initiative des réseaux des CAREP, en lien avec le Centre Alain Savary (INRP) à partir de demandes du terrain. La circulaire n° 2003-133 du 1-9-2003 parue au B0 du 11 septembre 2003 a réaffirmé cet aspect du rôle des CAREP en l’inscrivant dans les travaux de l’Observatoire international sur les politiques éducatives et scolaires de discrimination positive.
La circulaire n°2006-058 du 30-3-2006 précise que les personnels affectés dans les collèges Ambition réussite bénéficient d’une inscription prioritaire à certaines sessions de formation.

Dans le domaine de la formation le système est en évolution, toujours à partir des réponses du terrain.

 

Documents
- Voir l’actualité de la formation des enseignants en éducation prioritaire dans la rubrique Formation
- Armand, Anne, Gille, Béatrice. La contribution de l’éducation prioritaire à l’égalité des chances des élèves
- Moisan, Catherine, Simon, Jacky. Les déterminants de la réussite scolaire en zone d’éducation prioritaire. Inspection générale de l’Education nationale. Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 1997.
- Centre Alain Savary. Centre national de ressources sur les pratiques éducatives et sociales en "milieux difficiles". Institut national de recherche pédagogique.
- Chauveau, Gérard. La réussite scolaire dans les ZEP. Éducation & formations, n° 61, MEN-Direction de l’évaluation et de la prospective, octobre-novembre 2001
- ZEP : le troisième souffle ? Journée de l’OZP, mai 2000. VEI Enjeux, hors série n°2, décembre 2000. CNDP.
- Les CAREP, accessibles à partir du site du ministère.
- Principes et modalités de la politique de l’éducation prioritaire. Circulaire n°2006-058 du 30 mars 2006. BOEN n°14 du 6 avril 2006.

 

Retour au sommaire des fiches

Notes

[1Les mesures prises précédemment ont joué d’abord sur les rémunérations puis sur les procédures de mutation, peu sur la promotion, peu sur la formation, pratiquement jamais sur l’organisation des services, l’administration et les partenaires syndicaux s’accordent, pour des raisons différentes, à donner la priorité aux mesures de mutation. Il est proposé d’agir dorénavant prioritairement sur les affectations et les mutations, l’adaptation des services et la formation. (...)
Inscrire le partenariat dans les objectifs de formation des enseignants. La formation initiale devrait comprendre un module présentant les principaux partenaires de l’éducation nationale et permettant à ceux-ci d’intervenir dans la formation pour indiquer leur mode de fonctionnement, leur champ d’action dans l’éducation, leurs propositions de collaboration, leurs attentes à l’égard des acteurs de l’éducation nationale. La formation devrait également sensibiliser au problème du partage des rôles de chacun et des modalités de coopération, à partir d’études de cas (réussites et échecs). La nécessité de cette formation devrait d’ores et déjà être inscrite au futur cahier des charges des IUFM. 
En matière de formation continue une université d’été devrait, chaque année, rassembler les principaux partenaires pour des échanges de pratiques partenariales et donner lieu à la publication d’actes assurant la diffusion des échanges et réflexions.
Repérer et diffuser les bonnes pratiques partenariales. Le partenariat prend des formes variées et complexes qui se prêtent mal à la modélisation ou à la diffusion de normes ; ses réussites comme ses échecs sont contingents, toujours étroitement liés à un contexte donné et souvent singulier. Il importe donc de repérer les pratiqus réussies (dans leur mode de fonctionnement et leurs résultats) et de les diffuser auprès des responsables territoriaux, des organes de formation et de l’ensemble des acteurs concernés. Le Centre Alain Savary pourrait être chargé de cette mission ou le burau "innovations et valorisations des réussites", ou la mission de valorisation des innovations pédagogiques à la DGESCO. Ce travail est essentiel pour alimenter la réflexion et la formation. Le repérage doit se faire au plus près du terrain et pourrait faire partie de la fonction de suivi confiée aux corps d’inspection en liaison avec le CAREP. La diffusion pourrait être assurée par le CRDP et le CAREP. Le repérage et la diffusion doivent évidemment se faire en liaison et en complémentarité avec la même fonction au plan national.

La contribution de l’éducation prioritaire à l’égalité des chances des élèves, Anne Armand et Béatrice Gille, p. 128 et suivantes

Répondre à cet article