> 4 - Actes et Productions de l’OZP (rubriques) > TOUT SAVOIR SUR LES ZEP. Une série de fiches OZP (2004-2012) > Les dérives du système

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les dérives du système

juin 2006, par Lucienne Siuda Version imprimable de cet article Version imprimable

Des fiches pour tout savoir sur l’éducation prioritaire

Les dérives du système

 

Ce qui était une sorte de plan Marshall [1] provisoire, prévu pour des territoires en détresse, s’est appliqué à un trop grand nombre de lieux tant et si bien que le sens de l’éducation prioritaire en a éta brouillé : projets, évaluation, pilotage sont bien souvent devenus purement formels. La création des réseaux Ambition réussite a tenté de redonner du sens à l’éducation prioritaire.

 

Le dispositif éducation prioritaire a perdu peu à peu son sens pour plusieurs raisons.
D’abord, parce qu’il s’est appliqué à un trop grand nombre d’écoles et d’établissements : ce qui était prévu en 1981 pour un petit nombre de territoires en grande difficulté s’appliquait en 2003 à 25% d’écoliers et de collégiens dans certaines académies. Ainsi, il n’est plus possible d’agir sur les situations exceptionnelles pour lesquelles les moyens, très difficiles à obtenir, apparaissaient dérisoires.
Ensuite, parce que le pilotage apparaît très inégal selon les académies Bien souvent, les moyens supplémentaires sont affectés de manière automatique au lieu de l’être en fonction d’un projet. Les travaux d’évaluation des effets de la politique de l’éducation prioritaire sur les résultats scolaires en sont à leurs balbutiements. "À côté de l’approche quantitative du ministère, il faudrait développer des recherches qualitatives" estime la chercheuse Martine Kherroubi ; le ministère est d’ailleurs favorable à la collaboration entre ses directions et une recherche plus qualitative.
De plus, les équipes composées de "militants" et de jeunes enseignants sortant des IUFM (instituts universitaires de formation) sont bien souvent livrées à elles-mêmes.
Enfin :
- Les mesures prises pour stabiliser les personnels, comme le dispositif PEP IV (postes à exigences particulières de type IV), ne sont pas suffisantes.
- Les parents, pour lesquels l’école apparaît comme une dernière chance qu’il ne faut pas rater ont des difficultés à se mobiliser.
- Des amalgames ont vu le jour : zone d’éducation prioritaire et violence, zone d’éducation prioritaire et immigration.
- La fracture sociale s’est accentuée dans les années quatre-vingt-dix à l’école (voir par exemple le rapport Toulemonde de février 1998 [2]). Selon Gérard Chauveau [3], "d’un côté se trouvent des collèges "difficiles" qui rassemblent les "minorités ethniques" et de l’autre les "bons" collèges pour les classes moyennes "blanches". Un apartheid social et racial de fait s’est mis en place dans les banlieues de nombre d’agglomérations. Les familles des classes moyennes ont développé des stratégies d’évitement de certains établissements qui ont accentué et accéléré le processus." ;
- Le lien entre politique de la ville et éducation prioritaire se fait difficilement : on assiste à un saupoudrage de moyens, à un empilement de dispositifs plutôt qu’à une synergie.

 

Documents

- Van Zanten Agnès, L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue. PUF, 2001. Lien social.
- Des chercheurs, des acteurs de terrain attirent l’attention sur les dérives du dispositif et proposent des pistes de réflexion :
les deux ouvrages ci-dessous sont accessibles en extraits à partir de l’adresse http://www.cndp.fr/vei/default.asp?... (cliquer sur Diversité/numéro précédents)

- ZEP, le troisième souffle ? Actes des Journées nationales de l’OZP, Gennevilliers 6-7 mai 2000. VEI-Enjeux, Hors-série n° 2, décembre 2000. CNDP.
2. Reconstruire les ZEP. Reconnaître d’autres savoirs - Actes des Journées 2002 de l’OZP. VEI-Enjeux, Hors-série n° 5, octobre 2002. CNDP

 

Retour au sommaire des Fiches

 

Notes

[1Le plan Marshall fut un des plans pour aider la reconstruction de l’Europe après la Seconde Guerre mondiale, connu officiellement après son élaboration comme Programme de rétablissement européen (European Recovery Program ou ERP)

[2Toulemonde, B., 1998. Analyse des recensements trimestriels de l’absentéisme et des phénomènes de violence dans les établissements publics locaux d’enseignement (1996-1997 et 1997-1998). Ministère de l’Education nationale, de la Recherche et de la technologie. Direction de l’enseignement scolaire

[3Gérard Chauveau et Eliane Rogovas-Chauveau, chercheurs associés INRP-Cresas (Centre de recherches sur l’éducation spéciale et l’adaptation scolaire), spécialistes des aspects culturels et sociaux de l’apprentissage de la lecture notamment en ZEP.

Répondre à cet article