> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Climat, Harcèlement, Elèves exclus) > B* Dispositif ABMA (Aller bien pour mieux apprendre) : aménagement du temps, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Dispositif ABMA (Aller bien pour mieux apprendre) : aménagement du temps, travail en équipe sur le climat avec le préfet des études , CESC..., au collège ECLAIR Jules Vallès de La Ricamarie (Loire)

10 février 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

ABMA- Aller bien pour mieux apprendre au collège ECLAIR Jules Vallès

Collège [ECLAIR] Jules Vallès
7 rue Robespierre, 42150 La Ricamarie
Site du collège
Auteur : Martine Zapata
Mél : martine.zapata@ac-lyoN.fr

Le collège Jules Vallès situé à La Ricamarie dans le département de la Loire est un établissement intégré au programme « Ecoles, collèges et lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite » (ECLAIR). Il comprend 87 % d’élèves dont les parents sont issus de l’immigration et 12 % d’élèves allophones arrivants (E2A) intégrés aux classes Français langue seconde (FLS) en vue de passer le Diplôme d’études en langue française (DELF).
Une réflexion globale de l’ensemble de l’équipe éducative sur le fonctionnement de l’établissement et la mise en œuvre de la démarche ABMA « aller bien pour mieux apprendre » a permis rapidement une diminution de la violence et des incivilités : Cette réflexion porte sur la gestion du temps, la gestion des espaces, les relations interpersonnelles, la communication et la mise en place d’actions très concrètes décrites ci-dessous.
La première année (2012 2013) de fonctionnement a permis de mettre en place un climat scolaire serein, l’axe de travail de la deuxième année du sera de mettre en place un projet autour de la continuité des apprentissages et l’amélioration de la réussite des élèves.

Plus-value de l’action
L’équipe est allée témoigner de son travail à Paris avec le CESC académique qui présentait la recherche action ABMA lors de du colloque organisé par l’INPES : climat scolaire et promotion de la santé : enjeux et perspectives. Les conditions de travail au collège se sont nettement améliorées. L’équipe a en projet pour l’année 2013 2014 d’autres actions pour intégrer les familles à la vie du collège, travailler les temps en périphérie de la classe, …

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
Tous les élèves de l’établissement

A l’origine
La configuration particulière de l’établissement rend sa surveillance difficile et les déplacements d’élèves mouvementés. En juillet 2012, de nombreuses dégradations de locaux et de matériels notamment informatiques, des graffitis, mais aussi des cas nombreux de déclenchement d’alarme et d’insultes entre pairs et envers les personnels ont été recensés.
De plus, les résultats scolaires des élèves sont jugés catastrophiques par l’équipe éducative du collège qui manifeste un fort sentiment de mal-être voire de peur. Pour preuve, 80 % des enseignants demandent leur mutation. En outre, l’infirmière scolaire est particulièrement sollicitée notamment en fin de récréations pour des blessures d’élèves ou des accès de désespoir des enseignants.

Objectifs poursuivis
Face à ces constats, plusieurs axes d’intervention ont été retenus dans le cadre de la mise en œuvre du dispositif ABMA : la gestion du temps, la gestion des espaces, les relations interpersonnelles, la communication, la réussite scolaire et les projets à venir.

Modalité de mise en œuvre

- Gestion du temps
Tout d’abord, en termes de gestion du temps, la durée des cours est limitée à 50 minutes au lieu de 55 minutes pour dégager chaque jour une demi-heure d’aide aux devoirs assurée par un enseignant.
Ensuite, les temps de récréation ont été aménagés en plusieurs ateliers. Au Centre de document et d’information (CDI), les élèves peuvent participer à un atelier lecture et utiliser des outils numériques. Sur le terrain de sport, un atelier football est organisé avec l’encadrement d’assistants d’éducation et parfois la participation volontaire de certains professeurs. Le foyer des élèves, quant à lui, reste un espace de divertissements divers avec des jeux ou encore de la musique. Outre ces ateliers, les élèves peuvent aussi profiter d’une récréation classique dans la cour.
Enfin, un accompagnement éducatif de 50 minutes est prévu en fin de demi-journée, en plus de l’aide aux devoirs. Il consiste notamment pour les élèves de troisième en une préparation au brevet. Un devoir commun est également organisé une fois par semaine pour évaluer les acquis pédagogiques des élèves et pour permettre les réunions pédagogiques des enseignants.

- Gestion des espaces
Pour améliorer la gestion des espaces, le service de vie scolaire a été délocalisé et décentralisé de manière à être représenté dans chaque unité. La surveillance de l’établissement est ainsi généralisée et efficace.

Par ailleurs, après avoir expérimenté sans succès un fonctionnement avec une salle attribuée à chaque classe, l’établissement est revenu à un fonctionnement classique, avec des déplacements d’élèves à chaque intercours. Mais désormais, pendant ces moments de déplacement, les professeurs ferment leur salle de classe et se répartissent avec les surveillants tout au long des chemins empruntés par les élèves. Ils assurent ainsi une surveillance complète de l’établissement pendant les intercours.

- Relations interpersonnelles
Afin d’améliorer les relations interpersonnelles, la réunion hebdomadaire de l’équipe éducative est un moment d’échanges non seulement sur le contenu pédagogique mais aussi sur les problèmes particuliers des élèves.

- Communication
En matière de communication, une Cellule de veille et de prévention (CVP) se réunit chaque semaine en s’appuyant sur des « fiches élèves » qui répertorient tous les événements liés à un élève ou à une classe.
Par ailleurs, les préfets des études assurent le lien entre l’équipe éducative et l’équipe de direction. Ce sont des enseignants qui participent au travail éducatif et pédagogique de l’établissement scolaire. Les CVP sont l’occasion pour les collègues réunis d’évoquer les indicateurs de bien-être ou mal-être repérés chez certains élèves. Ces regards croisés sont susceptibles de déboucher sur un rendez-vous CPE/ parents, CPE/ élèves, sur un tutorat avec le préfet des études ou sur une demande de prise en charge au Centre médico-psycho-pédagogique (CMPP) via l’équipe médico-sociale, par exemple.

La communication avec les parents d’élèves repose quant à elle notamment sur le carnet de correspondance. Elle est également assurée par téléphone ou encore via une fiche de suivi qui retrace la journée des élèves en difficulté passagère et qui doit être signée par les parents. Des actions ponctuelles visent également à faciliter la communication et les échanges dans le collège.
Par exemple, à l’occasion de la Semaine de l’égalité, SOS racisme, La Ligue de l’enseignement et la Fédération Léo Lagrange (FLL) sont intervenues au collège le 21 mars 2013 pour présenter des actions de lutte contre le racisme et l’homophobie et ont sensibilisé les élèves aux rapports entre les garçons et les filles. Les journées d’intégration sont un autre outil particulièrement utile pour favoriser les relations entre les élèves et les enseignants. Ainsi, les élèves de sixième ont bénéficié d’une journée d’orientation, les élèves de cinquième ont visité un parc animalier, les élèves de quatrième ont fait de l’escalade et les élèves de troisième ont profité d’une journée consacrée à l’histoire et au patrimoine.
Un travail sur le harcèlement en milieu scolaire a également été mené avec les classes de cinquième à partir du film Kenny illustrant le harcèlement entre pairs.
Une action intitulée « mieux vivre ensemble » a aussi été mise en place par l’équipe médico-sociale auprès des élèves de sixième qui souffrent souvent un manque de confiance en eux ou de difficultés à vivre ensemble ou à communiquer. Cette action s’est déroulée en 12 séances, incluses dans l’emploi du temps des élèves, et a permis une évolution sur les règles de vie, sur la connaissance de soi et des autres, sur les différences et les richesses qu’elles impliquent, sur les clés d’une bonne communication ou encore sur la gestion du conflit. La dernière action de prévention en date, destinée aux élèves de cinquième et intitulée « Arrête ta violence », a fait intervenir la mise en scène de jeux de rôles sur la communication entre adultes, sur les émotions et sur la communication entre les élèves. Deux séances ont également porté sur la bande-dessinée « Boris et Igor » qui expose un départ de conflit et laisse aux élèves le soin d’imaginer les fins possibles.

- Réussite scolaire
Pour favoriser la réussite scolaire, des « horaires collège » sont instaurés pour les élèves ayant un problème d’assiduité et de ponctualité. Les horaires sont décidés en collaboration avec les parents. Ces élèves déjeunent au restaurant scolaire et les horaires sans cours sont pris en charge par des assistants d’éducation pour travailler sur des difficultés pédagogiques particulières.
Par ailleurs, dans un souci de responsabilisation, en cas d’infraction – notamment au règlement intérieur – les élèves écopent d’une mesure de responsabilisation illustrée le plus souvent par un travail d’intérêt général (TIG). Cette sanction donne lieu à la réalisation d’une action en faveur du bien commun, mais pour laquelle l’élève n’est jamais laissé seul. Ainsi, il n’est pas mis en situation de non-respect ou d’échec.
Le tutorat par les préfets des études est une autre prise en charge individuelle des élèves qui s’intéresse au suivi personnalisé de leur parcours.
Enfin, un Dispositif individualisé de développement des compétences (DIDC) prévoit un temps de tests de positionnement en français et mathématiques pour tous les élèves et notamment ceux bénéficiaires d’un Projet d’accueil individualisé (PAI), afin de repérer leurs difficultés précises. De la 6e à la 3e les élèves ont réalisé les mêmes tests. Après correction des enseignants de matières, les élèves sont orientés vers le DIDC. A raison d’une heure par semaine, les élèves sont reçus par l’assistante pédagogique pour travailler à partir de la difficulté repérée lors des tests. Les bénéficiaires de PAI sont eux reçus en sus à chaque cours de mathématiques et de français afin de travailler en groupe restreint sur le thème prévu par l’enseignant de la matière en collaboration avec l’assistante pédagogique.

Trois ressources ou points d’appui
• Les résultats rapides sur le climat scolaire de la mise en œuvre de la démarche (presque plus de déclenchement d’alarme, baisse importante des insultes entre pairs et envers les personnels, …)
• L’investissement de l’équipe pédagogique et de l’équipe de direction

Difficultés rencontrées
Le statut contractuel (agent non titulaire) du CPE

Moyens mobilisés
Aucun financement mais ce dispositif demande un travail d’équipe important.

Partenariat et contenu du partenariat
Le projet ABMA est né dans le cadre d’une recherche action du comité académique des CESC (Comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté). C’est un dispositif de promotion de la santé en milieu scolaire, mis en place dans l’académie de Lyon à la rentrée scolaire 2012. Il a vu le jour après plusieurs années d’un travail qui s’est appuyé sur les données scientifiques disponibles et surtout sur les constats effectués en CESC.

L’objectif de ce projet est de mettre en place une démarche visant l’amélioration du climat scolaire et favorisant la réussite et le bien être de tous les élèves avec des actions :
• concernant l’organisation et le fonctionnement de l’établissement
• ayant une visée éducative
• ponctuelles en direction des élèves
• en lien avec les contenus des enseignements
Le projet est coordonné au niveau académique par Josette Morand, infirmière et conseillère technique de la rectrice (service.infirmier@ac-lyon.fr) et Joël Gibert, IA IPR établissement et vie scolaire (joel.gibert@ac-lyon.fr). Le collège Jules Vallès a choisi de mettre en œuvre cette démarche d’amélioration du climat scolaire en l’adaptant à son contexte.

Liens éventuels avec la Recherche
Le dispositif fait l’objet d’un accord cadre signé avec l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation à la santé. L’évaluation de la démarche est réalisée par l’INPES et l’université Claude Bernard Lyon 1 en collaboration avec le groupe de travail académique.

Documents
La démarche ABMA : Aller bien pour mieux apprendre

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
Après un an de mise en œuvre de la démarche ABMA, une diminution notable de la violence et des incivilités a été constatée dans le collège. L’équipe pédagogique intervient avec plus de cohérence et de cohésion. En revanche, le statut de contractuel (agent non titulaire) peut entraîner le remplacement du CPE par une nouvelle personne, entraînant le risque de freiner l’élan amorcé. Néanmoins, les actions menées ont eu des retombées sur les résultats scolaires, parfois de manière spectaculaire. Les devoirs sont faits en grande partie à l’école. Les élèves ont retrouvé une certaine confiance dans leurs capacités et dans leur établissement, accompagnée d’un sentiment de sécurité.

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : les devoirs sont faits au collège ; amélioration du climat scolaire
- Sur les pratiques des enseignants : amélioration du climat scolaire ; développement d’un esprit d’équipe, cohésion et cohérence de l’équipe
- Sur le leadership et les relations professionnelles : diminution de la violence et des incivilités ; développement d’un sentiment de sécurité
- Sur l’école / l’établissement :- développement d’un sentiment de sécurité

Extrait du site Expérithèque : ABMA- Aller bien pour mieux apprendre au collège ECLAIR Jules Vallès

Répondre à cet article