> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. (Déclarations gouvern.) > L’éducation prioritaire dans la conférence de presse de rentrée 2015 de Najat (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’éducation prioritaire dans la conférence de presse de rentrée 2015 de Najat Vallaud-Belkacem (fiches)

25 août 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Une école exigeante, plus juste et au cœur de la République : retrouvez toutes les mesures qui concernent à la rentrée 12 340 000 écoliers, collégiens et lycéens et 855 000 enseignants, présentées en conférence de presse le 25 août 2015.
- Une École exigeante

- Une École plus juste

- Une École au cœur de la République

Extrait de education.gouv.fr du 25.08.15 : Conférence de presse

 

EXTRAIT DU DOSSIER DE PRESSE

CHAPITRE : UNE ECOLE PLUS JUSTE (fiches 16 à 24)

La nouvelle politique d’éducation prioritaire : généralisation des mesures dans tous les réseaux
La profonde refondation de la politique d’éducation prioritaire, préfigurée à la rentrée 2014 dans 102 écoles et établissements REP+, va s’étendre à cette rentrée 2015 à un ensemble de 1 089 réseaux, REP et REP+, outre-mer compris. La nouvelle carte de l’éducation prioritaire, établie sur la base d’indicateurs objectifs, est désormais plus juste car mieux adaptée à la réalité sociale de l’ensemble du territoire national. Dans ces réseaux, la mobilisation pédagogique doit permettre de réduire les écarts de résultats scolaires entre les élèves scolarisés en éducation prioritaire et ceux qui ne le sont pas.
Pour guider les équipes, le référentiel de l’éducation prioritaire propose des principes d’actions pédagogiques et éducatives, validés par l’expertise des personnels et les apports de la recherche afin que s’exerce pleinement la liberté pédagogique appuyée sur des repères solides, fiables et partagés.
Dans les REP+, l’organisation du temps des enseignants évolue pour que se développent les dimensions essentielles du métier, nécessaires partout mais indispensables en éducation prioritaire : le travail collectif et la formation, la relation avec les parents, le suivi des élèves. Les équipes pédagogiques des REP+ sont accompagnées par les corps d’inspection et par des formateurs dédiés, qui ont suivi pendant neuf jours sur deux ans des sessions de formation organisées au niveau national.
Consulter la fiche "La nouvelle politique d’éducation prioritaire : généralisation des mesures dans tous les réseaux"

La réforme de l’allocation des moyens : la situation sociale des écoles enfin prise en compte dans l’attribution des postes
À compter de la rentrée 2015, les créations d’emplois dans le premier degré public sont réparties entre académies de manière plus juste et plus fine, en tenant mieux compte de l’hétérogénéité sociale des territoires.
Consulter la fiche "La réforme de l’allocation des moyens : la situation sociale des écoles enfin prise en compte dans l’attribution des postes"

La mise en œuvre du plan Seine-Saint-Denis (premier degré public) : les engagements prennent forme
Le 19 novembre 2014, la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé la mise en place d’un plan triennal au profit des écoles de Seine-Saint-Denis, département particulièrement concerné par les difficultés sociales et scolaires. Ce plan contient 9 mesures réparties en 3 thématiques qui concernent l’augmentation du nombre d’enseignants, leur formation ainsi que leur accompagnement.
Consulter la fiche "La mise en œuvre du plan Seine-Saint-Denis (premier degré public) : les engagements prennent forme"

La lutte contre la pauvreté : un renforcement des aides aux élèves les plus défavorisés
La réduction des inégalités scolaires liées à l’origine sociale des élèves est une priorité de la refondation de l’École. La nouvelle allocation progressive des moyens et la réforme renforçant l’éducation prioritaire entrent ainsi en vigueur à cette rentrée. La lutte contre les inégalités exige aussi une attention quotidienne aux réalités de vie des élèves et de leur famille : à cet effet, les pratiques d’achats de fournitures scolaires plus responsables et plus économes sont promues et les dispositifs d’aide sociale sont mobilisés, en particulier les fonds sociaux -dont les crédits sont accrus de 20%- et les bourses.
Consulter la fiche "La lutte contre la pauvreté : un renforcement des aides aux élèves les plus défavorisés"

La mixité sociale dans les établissements
Le rapport de l’inspecteur général Jean-Paul Delahaye a mis en lumière les conséquences de la grande pauvreté à l’École sur l’échec scolaire, lui-même aggravé par la ségrégation sociale qui affecte un trop grand nombre d’établissements. Deux récents rapports du Conseil national de l’évaluation du système scolaire (Cnesco) ont permis de dresser un état des lieux de la mixité sociale dans les collèges français et de présenter les expériences internationales. Ces différents travaux complètent les études menées par la Depp en lien avec l’Insee qui établissent précisément les indicateurs de ségrégation qui peuvent être utilisés à l’échelle territoriale.
La mobilisation de l’École pour les valeurs de la République comme les conclusions du comité interministériel "égalité-citoyenneté" du 6 mars 2015 ont fait de la mixité sociale un objectif majeur de l’action gouvernementale. À partir de la rentrée scolaire 2015, l’action s’engage au niveau local.
Consulter la fiche "La mixité sociale dans les établissements"

L’accompagnement des élèves pour une orientation choisie
L’orientation est encore trop souvent liée à la seule réussite scolaire des élèves, elle-même fortement corrélée à leur appartenance sociale. Pour contribuer à une plus grande égalité des chances dans les parcours scolaires et permettre à chacun de développer toutes ses potentialités, l’École va renforcer l’accompagnement des élèves dans l’élaboration de leur projet d’orientation et la valorisation de tous leurs acquis et compétences.
Le parcours Avenir, généralisé de la sixième à la terminale à cette rentrée 2015, est un outil privilégié pour atteindre cette ambition.
Consulter la fiche "L’accompagnement des élèves pour une orientation choisie"

Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire
L’année 2015-2016 est marquée par la poursuite du plan d’action "Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire" pour répondre à l’objectif présidentiel de diviser par deux en 2017 le nombre de décrocheurs. L’accent est mis sur la persévérance scolaire et la prévention du décrochage, mais aussi sur la mobilisation partenariale, notamment avec les collectivités territoriales, au service des jeunes déjà sortis du système éducatif.
Consulter la fiche "Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire"

Le retour en formation initiale : un droit nouveau pour les jeunes de 16 à 25 ans
Le droit au retour en formation initiale est généralisé à compter de la rentrée 2015. Il permet aux jeunes de 16 à 25 ans qui ne possèdent aucun diplôme ou aucune qualification professionnelle de revenir se former pour préparer un diplôme et faciliter ainsi leur insertion.
La mobilisation coordonnée des acteurs, indispensable pour assurer la mise en œuvre effective de ce droit pour les jeunes sortis sans qualification, sera favorisée par le protocole d’accord signé le 29 juillet 2015 entre l’État et l’Association des régions de France.
Consulter la fiche "Le retour en formation initiale : un droit nouveau pour les jeunes de 16 à 25 ans"

Le dispositif "Accès aux formations sélectives pour les meilleurs bacheliers"
Sur la base de leurs résultats au baccalauréat, 10% des meilleurs élèves de terminale par filière et par lycée ont un droit d’accès dans les formations sélectives de l’enseignement supérieur public. Ce dispositif vise à leur donner une seconde chance dans leur parcours et à lutter contre les déterminismes sociaux et territoriaux, dans le sens d’une plus grande égalité des chances.
Consulter la fiche "Le dispositif Accès aux formations sélectives pour les meilleurs bacheliers"

Extrait de education.gouv.fr du 25.08.15 : Dossier de presse. Rentrée scolaire 2015

 

"J’écouterai mais je mettrai en oeuvre la réforme du collège". N. Vallaud Belkacem a présenté le 25 août une rentrée marquée par la mise en route de nombreuses réformes. Collège, créations de postes et métier enseignant, nouveaux programmes en maternelle, en élémentaire et au collège, mise en route de l’enseignement moral et civique, rythmes scolaires, plan numérique : tous ces dossiers sont poussés en même temps. La ministre n’entend pas ralentir le rythme. Pourtant ses services ont du mal à suivre, si on en juge par les retards de publication des documents pédagogiques. C’est qu’il ne reste plus que deux rentrées pour parfaire les promesses du quinquennat...

Extrait de cafepedagogique.net du 26.08.15 : La ministre déterminée à poursuivre les réformes

Répondre à cet article