> VI- PÉDAGOGIE(S) (Innovation et CNR, Disciplines, Espaces, ACTIONS LOCALES) > INNOVATION, CNR, RECHERCHE (Généralités) > Innovation (Journées nationales et académiques) > La France se classe en 33e position sur les 39 pays de l’OCDE et de l’UE, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La France se classe en 33e position sur les 39 pays de l’OCDE et de l’UE, en ce qui concerne la pauvreté infantile (rapport Unicef)

11 décembre 2023

En France, 19,9 % des enfants sont pauvres

Certains des pays les plus riches du monde, dont la France, ont connu une forte augmentation de la pauvreté infantile entre 2014 et 2021, selon les données publiées aujourd’hui par l’UNICEF Innocenti – Bureau mondial de la recherche et de la prospective.

Le « Rapport 18 : la pauvreté infantile au milieu de la richesse » révèle que contrairement à la Pologne ou la Slovénie qui obtiennent les meilleurs résultats en matière de lutte contre la pauvreté infantile, la France, comme d’autres pays riches, se positionne pratiquement au bas du classement des pays. « Avec un taux de pauvreté infantile relativement élevé (19,9 % en moyenne sur la période 2019-2021) et en hausse, la France se positionne à la 33e position (sur 39 pays de l’Union européenne et de l’OCDE), dans le classement établi par l’UNICEF ».

12,7 % des moins de 16 ans sont aussi confrontés à des privations matérielles spécifiques à l’enfant en 2021 indique l’association.

« Les conséquences de la pauvreté peuvent durer toute la vie. Les enfants qui vivent dans la pauvreté ont moins de chances d’aller jusqu’au bout de leur scolarité et gagnent moins à l’âge adulte. Dans certains pays, une personne née dans une zone défavorisée peut avoir une espérance de vie jusqu’à huit ou neuf ans inférieure à celle d’une personne née dans une zone riche, selon le rapport » écrivent les rapporteurs.

Pour Adeline Hazan, présidente de l’UNICEF France, « II est inacceptable que la France se classe en 33e position sur les 39 pays de l’OCDE et de l’UE, en ce qui concerne la pauvreté infantile. Ce rapport est un cri d’alarme qui doit pousser le Gouvernement à agir d’urgence et de manière plus efficiente pour chaque enfant ».

Un rapport à découvrir ici

Extrait de cafepedagogique.net du 08.12.23

 

Pauvreté infantile : la France en 33ème position sur 39, "inacceptable" pour UNICEF France

"Dans 40 des pays les plus riches du monde, plus d’un enfant sur cinq vit dans la pauvreté." L’UNICEF qui publie ce 6 décembre le rapport Innocenti, note que le pourcentage d’enfants pauvres est de 10 % au Danemark, en Finlande et en Slovénie, mais il est de 20 % en France, ce qui la place en 33ème position sur 39 pays de l’Union européenne et de l’OCDE. C’est en effet un des pays qui, avec l’Islande, la Norvège et la Suisse ont connu "une forte augmentation de la pauvreté infantile entre 2014 et 2021", de l’ordre de 10 %, quand elle a été de 20 % pour le Royaume-Uni, tandis que "la Lettonie, la Lituanie, la Pologne et la Slovénie ont enregistré les réductions les plus importantes".

Au total, dans ces pays riches et "malgré une diminution globale de la pauvreté de près de 8 %, "plus de 69 millions d’enfants vivaient fin 2021 dans des ménages situés en dessous du seuil de pauvreté fixé à 60 % du niveau de vie médian", 18 millions d’enfants sont dans des maisons insuffisamment chauffées ou n’ont pas suffisamment de protéines dans leurs repas, ni de quoi partir en vacances. C’est ainsi qu’en France, 12,7 % des moins de 16 ans étaient "confrontés à des privations matérielles spécifiques à l’enfant en 2021". II est "inacceptable" que la France se classe en 33e position, estime Adeline Hazan, présidente de l’UNICEF France.

L’UNICEF met toutefois en garde, ces pourcentages sont des moyennes qui peuvent masquer des différences importantes. Ainsi au Canada, le taux de pauvreté des enfants parmi les "premières nations" (peuples autochtones, ndlr) est de 37 % alors qu’il est de 11 % pour les non-indigènes. En France, le taux de pauvreté des enfants vivant dans des familles monoparentales est quatre fois supérieur à celui des enfants vivant avec leurs deux parents. "La pauvreté monétaire touche 8 enfants sur 10 à Mayotte, 6 enfants sur 10 en Guyane et près de 4 enfants sur 10 à La Réunion."

"Ces données démontrent que la réduction de la pauvreté infantile dépend de la volonté politique" ajoute l’UNICEF et l’organisation internationale appelle les gouvernements à "développer la protection sociale pour les enfants" et à veiller à ce que tous les enfants aient un accès effectif à des services de base de qualité "comme l’accueil du jeune enfant, l’éducation, les soins de santé, une alimentation saine et suffisante et un logement décent". Il faut aussi "aider les parents à concilier leurs responsabilités professionnelles et familiales, prendre des mesures adaptées aux besoins spécifiques des enfants les plus vulnérables“, tels que les enfants en situation de migration, les enfants sans domicile ou encore les enfants vivant dans des familles monoparentales. "Les allocations en espèces ont un effet immédiat sur la réduction de la pauvreté."

Extrait de touteduc.fr du 06.12.23

 

Les enfants pauvres en France

[...] Les préconisations de l’UNICEF France pour lutter contre la pauvreté des enfants
L’UNICEF France recommande aux pouvoirs publics de se saisir de l’opportunité que représente la Garantie européenne pour l’enfance pour mettre en œuvre une politique ambitieuse de prévention et de lutte contre la pauvreté.

Créer un service public de la petite enfance permettant à chaque famille d’avoir accès à un mode d’accueil du jeune enfant.
Disposer d’outils fiables et pérennes pour identifier et accompagner chaque enfant éloigné de l’école, et lever les freins administratifs à la scolarisation et à la continuité éducative.
Garantir à chaque enfant l’accès à un repas sain chaque jour d’école en instaurant une tarification sociale des cantines scolaires.
Renforcer les leviers de prévention des inégalités sociales de santé comme la Protection maternelle et infantile ou la médecine scolaire, lutter contre le non-recours aux soins et renforcer l’offre de soins en santé de l’enfant.
Atteindre l’objectif de « 0 enfant à la rue » en garantissant un accueil inconditionnel et respectueux des droits de l’enfant au sein du parc d’hébergement et en améliorant l’accompagnement des familles sans-domicile vers l’accès au droit commun.
Favoriser l’accès à la culture et à la pratique artistique des enfants en situation de précarité par le développement de dispositifs de médiation culturelle.

https://www.unicef.fr/convention-droits-enfants/inclusion-sociale/enfants-pauvres-monde/enfants-pauvres-france/

Répondre à cet article