> III- INEGALITES : Mixité sociale, Pauvreté, Ethnicité, Laïcité... > Pauvreté, Aide sociale > Pauvreté et Aide sociale (Rapports officiels) > Conseil national de la lutte contre la pauvreté (Cnle) : 24 recommandations pour

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Conseil national de la lutte contre la pauvreté (Cnle) : 24 recommandations pour l’égalité des chances dont une sur l’éducation prioritaire

4 novembre 2022

Egalité des chances
Vers un système éducatif plus vertueux pour renforcer l’égalité des chances des plus modestes

Le sujet est vaste, tant les causes de l’inégalité des chances sont multiples et croisées. Dans cet avis, l’égalité des chances est entendue comme « la lutte contre les inégalités à la fois sociales et territoriales qui altèrent les chances des personnes en situation de pauvreté de sortir de cette situation, les assignant à la pauvreté et à une reproduction générationnelle ». Le groupe de travail a fait le choix de se concentrer sur l’enjeu des apprentissages et de l’éducation des enfants et des jeunes dans le cadre du milieu scolaire. Les recommandations ciblent les inégalités constatées dès le premier âge et tout au long de la scolarité, en matière d’acquisition des apprentissages, d’accès aux soins ou dans le suivi du parcours de santé des enfants et des jeunes. La question du handicap, bien qu’importante, n’a pas pu faire l’objet de séances dédiées. Toutefois il est apparu incontournable de rappeler que le contexte familial et social dans lequel vit l’enfant est essentiel. Il est donc important d’assurer aux parents des conditions de vie dignes, grâce à un emploi de qualité, un logement adéquat, 1 HCFEA : Haut conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge un accès aux soins et à l’ensemble des droits, afin qu’ils puissent assumer pleinement leur rôle éducatif. Le groupe de travail a aussi relevé l’impact des inégalités territoriales et du numérique. Cette situation a pris une dimension supplémentaire lors de la crise sanitaire. Les membres du groupe de travail ont auditionné, des personnes qualifiées en matière d’éducation, d’élus, de représentants de parents d’élèves, et de professionnels de la santé. Les personnes du collège des personnes en situation de précarité, dit « 5ème collège » du CNLE ont pris toute leur part à l’élaboration et la rédaction de cet avis, qui traite de la mise en œuvre des mesures inscrites dans la stratégie de lutte contre la pauvreté et fait référence à des travaux qui gardent toute leur pertinence, comme le rapport “Grande pauvreté et réussite scolaire”1 de l’Inspection générale de l’éducation nationale de mai 2015, le rapport du CESE “Pour une école de la réussite pour tous” ou encore celui du HCFEA1 de 2021et dont on peut regretter le peu d’échos rencontrés auprès des décideurs. Cet avis a donc pour objet d’alerter le Gouvernement et les responsables publics sur les points qui contribuent à l’égalité des chances. Il invite via 24 recommandations à aller plus loin dans la mise en œuvre des politiques publiques dès le plus jeune âge afin de réduire ces inégalités, et leur reproduction.

EXTRAIT

Les Territoires “réseaux d’éducation prioritaires” (REP)
Comme le mentionnait le « rapport Borloo »7, “Dans les quartiers Politique de la Ville (QPV), les communes ont plus de besoins mais moins de ressources : elles disposent de 30% de capacité financière en moins, bien que leur taux d’imposition soit 2 fois plus élevé et que leurs besoins soient de 30% supérieurs”. Dans le champ scolaire, les enseignants les plus jeunes, les moins expérimentés, souvent non titulaires, exercent dans les zones les moins favorisées, comme le rappelle la Cour des comptes dans son rapport sur L’éducation prioritaire en 2018.
Des dispositifs ont pourtant été mis en œuvre : les réseaux d’éducations prioritaires8 ont fait l’objet de mesures particulières dans le cadre de la stratégie de lutte contre la pauvreté tels que le dédoublement des classes de primaires et maternelles ou le déploiement des cités éducatives.
Il faut y poursuivre le renforcement des pédagogies innovantes et revoir les critères des labels REP et REP+ en se basant sur les écoles et non sur les collèges de secteur car 70 % des élèves socialement défavorisés ne sont pas scolarisés en REP et des difficultés sont aussi observées dans le milieu rur

Extrait de cnle.gouv.fr d’octobre 2022

Répondre à cet article