> 4 - Actes et Productions de l’OZP > 2 - Les Journées OZP (Actes) > 2019 : Pour une évaluation publique de l’éducation prioritaire > Journée OZP 2019. Conclusion : construire une évaluation publique de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Journée OZP 2019. Conclusion : construire une évaluation publique de l’éducation prioritaire en 2019, par Marc Douaire

24 mai Version imprimable de cet article Version imprimable

21ème Journée nationale OZP, 18 mai 2019
« Pour une évaluation publique de l’éducation prioritaire »

 

Conclusion : construire une évaluation publique de l’éducation prioritaire en 2019,
par Marc Douaire

De 2012 à 2017, beaucoup a été fait en peu de temps ; citons notamment :

-  La refondation de l’éducation prioritaire à partir des travaux conduits dans le cadre de la concertation nationale sur la refondation de l’Ecole. A cette occasion, ont été mis en évidence un certain nombre de leviers et de difficultés concernant la mise en œuvre de la politique d’éducation prioritaire. Il est nécessaire de rappeler que la première exigence des acteurs représentés, et en particulier des représentants des instances des collectivités territoriales, était le maintien de la labellisation.
-  La nouvelle carte de l’éducation prioritaire avec la création des 350 Rep+, l’ensemble des moyens engagés en postes et formation et la mise en place de la pondération du temps de service
-  Le référentiel conçu comme une ressource proposée aux équipes pour l’élaboration des projets de réseaux
-  Le recentrage sur la pédagogie et la continuité des apprentissages dans le cadre de la politique des cycles
-  La relance de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans
-  Le développement d’une culture professionnelle de réseau
-  La reconnaissance de la fonction de coordonnateur
-  La création de postes de formateurs académiques pour les Rep+

En conclusion de la journée nationale de mai 2017, l’OZP déclarait que le dédoublement des classes de CP et CE1 en Rep+ puis en Rep ne saurait constituer à lui seul une politique d’éducation prioritaire. Les éléments marquants de la refondation de 2013(cf. ci-dessus) devaient être poursuivis et consolidés. Les questions relatives au pilotage de cette politique à tous les niveaux étaient posées. La question essentielle de l’émergence de collectifs professionnels de la scolarité obligatoire appelait des réponses conséquentes en termes de reconnaissance des personnels, de gestion des ressources humaines, de formation adaptée.
La 20ème journée nationale de l’OZP, organisée le 26 mai 2018, était intitulée : « Quelles autonomies pour faire réussir tous les élèves ? ». Les travaux de cette journée mettaient en évidence des formes d’autonomie engagées localement depuis plusieurs années par des réseaux d’éducation prioritaire.
Citons notamment l’expérience de réseaux apprenants dont l’action se fonde sur 4 principes :
-  Des pratiques pédagogiques pensées collectivement afin de traiter la difficulté scolaire dans la classe
-  Des collectifs de travail, avec dans certains cas l’existence d’une commisssion interpartenariale de suivi des difficultés des élèves
-  Des instances de régulation : comité de pilotage, commission école/collège…mais aussi un travail collectif sur les tableaux de bord
-  Un leadership partagé : les pilotes se situent davantage dans l’accompagnement des équipes et comme garants du projet.

Cette construction d’une culture professionnelle de réseau s’effectue progressivement. L’acte d’enseigner, dans de nombreuses situations, s’est modifié et a adopté des formes plus collectives.
Ce travail de construction de collectifs professionnels est le fruit d’un engagement persévérant d’équipes de réseaux, de formateurs, de pilotes et de cadres de l’institution.
Ce travail doit être reconnu, encouragé, développé : c’est cela la véritable école de la confiance.
Cela requiert du temps, de la continuité de pilotages à tous les niveaux, de garantir à tous les niveaux la priorité effective aux réseaux eux personnels de l’éducation prioritaire tant dans le fonctionnement quotidien de l’institution, que dans la gestion des moyens en postes et en personnels. Cela nécessite le développement des ressources, des dispositifs de formation.

Les premiers résultats de notre enquête collaborative mettent clairement en évidence cette construction de collectifs de réseaux partageant petit à petit une culture professionnelle commune. Il s’agit là d’un processus de maturation collective autour des principaux leviers de progrès identifiés par les réseaux : les effets produits par les structures ( postes supplémentaires, temps de concertation, efficience du pilotage, mesures favorisant la stabilité des personnels…), la qualité et la pertinence de la formation, l’engagement professionnel des équipes de réseau.

Entreprendre cette évaluation publique de l’éducation prioritaire 2014/2019 avec l’ensemble des acteurs des réseaux :
C’est avant tout pour permettre d’améliorer tout ce qui concourt à une meilleure réussite des élèves de l’éducation prioritaire,
C’est mettre en évidence les actions et les évolutions professionnelles qui favorisent la démocratisation de l’école,
C’est mieux faire connaître la réalité de l’éducation prioritaire telle qu’elle est engagée dans de nombreux territoires.

 

Voir les autres comptes rendus de la Journée OZP 2019 en ligne

Note : Restent encore deux interventions à mettre en ligne

Répondre à cet article