> 4 - Actes et Productions de l’OZP > L’initiative OZP "Evaluons l’éducation prioritaire" (2018-2019) > Journée OZP du 18 mai 2019. Pour une évaluation publique de l’éducation (...) > Journée OZP 2019. Introduction à la présentation des premiers résultats de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Journée OZP 2019. Introduction à la présentation des premiers résultats de l’enquête collaborative

22 mai Version imprimable de cet article Version imprimable

21ème Journée nationale OZP, 18 mai 2019
« Pour une évaluation publique de l’éducation prioritaire »


de gauche à droite : François-Régis Guillaume, Marc Douaire, Anne Armand, Jean-Yves Rochex
Absent de la photo : Patrick Picard, qui vient de présenter son PowerPoint

 

Présentation de l’enquête collaborative OZP.

La circulaire ministérielle de 2014 refondant l’éducation prioritaire précisait que l’ensemble des projets de réseaux ainsi que la carte de la géographie prioritaire devaient être évalués au terme d’une période de 5 ans soit en 2019.
Il s’agit là d’une étape importante pour améliorer et renforcer cette politique afin qu’elle puisse mieux contribuer à la réussite des élèves des quartiers défavorisés.
L’OZP, association indépendante fondée en 1990, constatant l’absence d’initiative ministérielle, a décidé de prendre ses responsabilités en proposant une évaluation publique de l’éducation prioritaire sur la période 2014/2019.
Décider et entreprendre cette évaluation c’est vouloir rompre avec le pilotage national discontinu de l’éducation prioritaire depuis presque 40 ans.
Décider et entreprendre cette évaluation c’est vouloir permettre la visibilité et la capitalisation des transformations pédagogiques, éducatives et professionnelles engagées par de nombreux réseaux d’éducation prioritaire.
Décider et entreprendre cette évaluation c’est vouloir identifier les réussites et les blocages d’une politique dont le rapport de la Cour des comptes d’octobre 2018 disait « qu’elle constitue le principal outil pour répondre aux failles du système scolaire en termes d’équité et d’efficacité ».

Pour construire cette évaluation, l’OZP a réuni un conseil scientifique constitué de personnalités reconnues pour leur expertise et leur engagement en faveur de l’éducation prioritaire.
Le séminaire de travail du 9 février dernier a permis d’élaborer des premiers documents d’évaluation régulatrice à destination des réseaux d’éducation prioritaire.
Le conseil scientifique de l’OZP a construit ensuite l’enquête collaborative adressée aux réseaux.

Des précisions importantes :
- L’enquête OZP ne s’apparente pas à une enquête officielle conduite par un service ministériel : elle n’en a pas les moyens et elle repose sur le volontariat et non sur l’injonction.
- L’enquête se présente comme collaborative : elle est constituée d’un certain nombre de questions ouvertes de façon à permettre ou faciliter les échanges au sein des équipes de réseaux.
- Cette enquête a été construite en croisant plusieurs approches professionnelles et militantes.
- Ce que nous présentons aujourd’hui doit être considéré avec prudence, non pas comme des résultats définitifs, mais d’éléments partiels d’un rapport d’étape comme nous l’avions indiqué en novembre 2018 puis au séminaire de février 2019.
- Des réponses peuvent toujours nous parvenir jusqu’à la date du 10 juillet 2019.
- Une synthèse générale des réponses à l’enquête sera présentée lors du prochain séminaire national à l’automne 2019.
Marc Douaire

 

 

L’initiative de l’OZP ne peut avoir pour objet d’évaluer les performances scolaires des réseaux. Une telle évaluation demanderait une recherche lourde clarifiant 3 séries de données :
- Quelle évolution de la difficulté sociale et des tendances ségrégatives ?
- Au-delà des moyens budgétaires, quelle évolution réelle des moyens : contractuels, remplacements, instabilité des personnels ?
- Quelle mise en œuvre effective des préconisations de la Refondation de l’éducation prioritaire et de l’école ?

L’objet de l’initiative de l’OZP porte donc sur ce dernier point et tente de répondre à d’autres questions :
- Qu’est-ce qui a été effectivement vérifié dans le diagnostic de départ de la refondation ?
- Qu’est-ce qui a été effectivement mis en œuvre par les pilotes ? Et surtout quelle continuité ?
- Qu’est-ce que les acteurs de terrain ont adopté ou essayé dans ces préconisations ?

Dans les territoires où le service public d’éducation n’était pas en mesure d’assurer normalement sa mission, au-delà l’attribution de moyens pour faire baisser le nombre d’élèves par classe, l’éducation prioritaire se traduit par :
- des mesures d’organisation : un fonctionnement en réseau pour rapprocher les cultures professionnelles du premier et du second degré, le cycle 3 rassemblant CM1, CM2 et 6ème et des instances assurant ce fonctionnement.
- du temps et des moyens pour développer la formation à l’intérieur des réseaux
- des fonctions spécifiques : coordonnateurs, formateurs REP+, professeurs référents
- des préconisations pédagogiques : le référentiel d’éducation prioritaire
Il s’agit en effet de faciliter l’évolution des pratiques pédagogiques et éducatives à travers la formation de collectifs professionnels.
La question posée devient : pourquoi ces évolutions de tous les métiers de l’éducation sont nécessaires ? Où en sont-elles ?

L’enquête OZP est une première étape. Les répondants qui le souhaitent seront ré-interrogés et surtout une analyse approfondie de ce corpus sera poursuivie. Enfin un appel sera lancé pour que le conseil scientifique reçoive des bilans, nombreux nous l’espérons, que les réseaux élaborent en fin d’année scolaire.
François-Régis Guillaume

 

Voir les autres comptes rendus de la Journée OZP 2019 en ligne

Répondre à cet article