> EDUCATION PRIORITAIRE (Politique d’) > EDUC. PRIO. : Dédoublements, Pdmqdc, Taille des classes > EP. Dédoubl., Pdmqdc, Taille : Textes et Rapports officiels > Le dédoublement des classes de CP et CE1 en REP+ et les maîtres surnuméraires (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le dédoublement des classes de CP et CE1 en REP+ et les maîtres surnuméraires dans le budget 2018 de l’Education nationale

29 septembre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Projet de loi de finances 2018
Le budget du ministère de l’Éducation nationale demeure en 2018 le premier budget de la Nation : 50,6 milliards d’euros. Pour la première fois, la dotation de l’enseignement scolaire dépasse le seuil des 50 milliards d’euros et le budget consacré à la jeunesse et à la vie associative franchit celui des 500 millions d’euros.

Chiffres clés 2018
Dossier "Projet de loi de finances 2018"

Au sommaire du dossier "Projet de loi de finances 2018"
Chiffres clés 2018
Une priorité accordée au 1er degré
Un budget qui accompagne tous les élèves vers la réussite
Un effort particulier et sans précédent en faveur de l’accompagnement des élèves en situation de handicap
Une politique de la jeunesse et de la vie associative dynamique
Un budget sincère et responsable

Une priorité accordée au 1er degré
[...] Le dédoublement des classes de CP et de CE1 dans les réseaux d’éducation
prioritaire permet de traiter la difficulté scolaire à la racine en donnant plus à
ceux qui en ont le plus besoin.
à la rentrée 2018, l’ensemble des 5 600 classes de CP auront été dédoublées
dans les réseaux d’éducation prioritaire. L’affectation à ce dispositif de
professeurs expérimentés sera poursuivie et renforcée.

Les moyens en faveur du remplacement seront également augmentés

Par ailleurs, afin d’accroître l’attractivité des postes et de stabiliser les équipes en
réseaux d’éducation prioritaire renforcés (REP+), le déploiement progressif de
la revalorisation de 3 000 € par an pour les personnels qui y sont affectés débutera à la rentrée scolaire 2018.
Enfin, le fonds de soutien pour le développement des activités périscolaires
est maintenu en 2018 à hauteur de 237 M€.
Il bénéficiera à toutes les communes qui conservent une organisation de la semaine scolaire sur plus de quatre jours.

Extrait de education.gouv.fr du 27.09.17 : Projet de loi de finances 2018Retour ligne automatique

 

[...] Education Comme l’avait annoncé le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, le budget de l’éducation nationale sera en hausse en 2018. Le gouvernement d’Edouard Philippe le porte à 51,3 milliards d’euros, soit une augmentation de 1,3 milliard d’euros par rapport à 2017 (+ 2,6 %). " L’éducation nationale a été définie comme une priorité par le président de la République et le premier ministre ", avait déclaré M. Blanquer dans un entretien aux Echos le 28 août, précisant qu’il y aurait " le nombre de postes nécessaires " à la rentrée scolaire 2018 pour mettre en œuvre l’un des engagements phares d’Emmanuel Macron : les classes à douze élèves en CP et CE1 dans les zones d’éducation prioritaire.

Au vu des lignes budgétaires, le nombre global d’emplois dans l’éducation nationale sera stable en 2018 – après les 54 000 créés sous le quinquennat de François Hollande. Dans le détail, le ministère maintient toutefois qu’il y aura bien des créations de postes dans le premier degré, et qu’il n’y aura ni créations ni suppressions dans le secondaire. Reste à savoir d’où viendront les compensations. Outre cet engagement pour le primaire, le budget 2018 devrait permettre la mise en place de deux dispositifs d’accompagnement des élèves : les " stages de réussite ", proposés pendant les vacances en CM1 et CM2, et les " devoirs faits " – un temps d’étude proposé aux collégiens volontaires après la classe. Vingt mille volontaires du service civique devraient être mobilisés pour mettre en place cette mesure. Pour améliorer la scolarisation des élèves handicapés, le gouvernement s’engage aussi à recruter 22 500 accompagnants sur cinq ans (4 500 par an).

Extrait de lemonde.fr du 28.09.17 : Défense, écologie, éducation… les gagnants

 

[...] Priorité au primaire
D’après les chiffres publiés le 27 septembre par le ministère de l’éducation nationale, le nombre de postes dans l’éducation nationale reste stable par rapport à 2017. Il y a pourtant des postes créés dans le premier degré. Tout simplement parce que le ministère n’a pas le choix : il doit accueillir les recrutements des années antérieures. Le ministère estime qu’il y aura 2800 ETP (équivalents temps plein) en plus dans le primaire à la rentrée 2018.

Dans le primaire toujours, il annonce que le nombre de classes dédoublées en CP de rep+ et rep et des ce1 de rep+ atteindra 5600 classes, soit 3400 de plus qu’à la rentrée. On est nettement en dessous du nombre annoncé. Mais pour le ministère aucun rapport avec le nombre de postes. Cela tient uniquement au manque de locaux. Les dédoublements de CP occupent déjà les locaux disponibles.

"Il y a des endroits où il faudra construire en dur". Et cela ne peut pas s’improviser. C’est vrai. En même temps cela veut dire que la grande promesse sociale présidentielle a fait un énorme bond en arrière en seulement quelques mois. Son application devait durer deux ans. Maintenant on n’en voit plus la fin... Bonjour la confiance !

Mais comment avec 2800 ETP supplémentaires remplir 3400 classes ? Le ministère promet de ne pas assécher les maitres surnuméraires. "Il y aura encore des maitres plus à la rentrée 2018", promet on. Mais gageons qu’ils seront encore moins nombreux. Et avec moins de postes aux concours 2018 comment permettre les dédoublements promis ???

[...] D’autres mesures vont prélever des fonds : le dispositif Devoirs faits devrait couter environ 220 millions d’euros. Les stages de réussite bénéficieront de 35 millions.

Pour la prime de 3000 euros promise aux 43 000 enseignants des REP+ , c’est plus compliquée. Elle sera versée "progressivement", dit le ministère, à hauteur de seulement 20 millions en 2018. De quoi satisfaire moins de 7000 enseignants. Là aussi des négociations avec les syndicats sont à prévoir.

Enfin le fonds pour les activités périscolaires est pérennisé à hauteur de 237 millions, en baisse avec le nombre de communes appliquant la semaine de 4.5 jours .

Extrait de cafepedagogique.net du 28.09.17 : Budget : Le tournant

Répondre à cet article