> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > Pédagogie (généralités) > Après la publication de PISA 2015, 4 reportages dans des établissements (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Après la publication de PISA 2015, 4 reportages dans des établissements prioritaires : Strasbourg, Argenteuil, Saint-Denis, Vallauris

9 décembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable


- Reportage Arte, 7 décembre 2016

Un système éducatif toujours autant inégalitaire en France

Selon l’enquête PISA (Programme international pour le suivi des acquis), la France est l’un des pays de l’OCDE où le déterminisme social est le plus fort : près de 40 % des élèves issus d’un milieu défavorisé sont en difficulté, un taux qui n’atteint que 5% pour ceux issus de familles aisées. ARTE Journal s’est rendu dans un collège de la banlieue de Strasbourg, en Zone d’Education Prioritaire, [le collège REP Sophie Germain de Strasbourg].

Extrait de info.arte.tv du 07.12.16 : Un système éducatif toujours autant inégalitaire en France

 

- Reportage France 2, JT 13h 6 décembre 2013

Réussite scolaire : des mesures efficaces à Argenteuil

Dans un collège d’Argenteuil, [le collège REP Paul Vaillant-Couturier], certains cours bénéficient d’un second professeur et certaines classes ont été divisées. Du coup, les élèves ont de...

Aujourd’hui, pour les troisièmes de ce collège d’Argenteuil (Val-d’Oise),l, [le collège REP Paul Vaillant-Couturier], il y a deux professeurs dans la classe : le cours d’enseignement moral et civique est dispensé par petits groupes, une heure par semaine. Les élèves étudient la notion de responsabilité. Avec cette organisation, la classe est devenue plus disciplinée, plus concentrée.

De meilleurs résultats au brevet

Cette petite révolution dans l’enseignement est plutôt appréciée par les élèves, même s’ils peuvent parfois être un peu déstabilisés. "Parfois, un professeur ne dit pas la même chose que l’autre", témoigne une jeune fille. Mais les résultats sont là : au collège, 68% de réussite au brevet en 2012 contre 90% en 2015. Dans cet établissement prioritaire, tout commence dès la 6e : des demi-classes, 12 élèves, pour l’aide personnalisée, où l’on peut réviser ses tables de multiplication en toute sérénité.

Extrait de francetvinfo.fr du 06.12.16 : Réussite scolaire : des mesures efficaces à Argenteuil

 

- Reportage France 2, JT 20h 6 décembre 2016

Ils appliquent la méthode de Singapour

C’est une enseignante qui a fait un pari. Depuis deux ans, Djelika Darbo applique une méthode qui vient de loin, de Singapour. Une méthode qui a permis à ce pays d’Asie d’être en tête de tous les classements internationaux. À Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), ses élèves de CE1 [d’une école REP] semblent appréciés. Le principe : l’utilisation d’un matériel spécifique comme des bâtonnets de bois ou des petits cubes qui représentent des chiffres.

Visualiser les nombres

L’objectif : que ses enfants visualisent les nombres, se les approprient sous toutes leurs formes. Ensuite, ils passent aux opérations plus abstraites. C’est grâce à ces outils que certains ont eu le déclic. L’autre idée de cette méthode de Singapour, c’est le travail en groupe, les élèves doivent s’entraider. L’enseignante l’a constaté, dans sa classe, ses élèves sont plus investis et performants. En France, 5 000 classes du CP au CE2 utilisent la méthode de Singapour pour les mathématiques.

Extrait de francetvinfo.fr du 06.12.16 : Ils appliquent la méthode de Singapour

 

- Reportage France 3, 6 décembre 2016

Éducation : les premières expériences de la méthode de Singapour

Il existe des dispositifs pour gommer les inégalités sociales à l’école, avec la méthode Singapour. Une expérience est menée à Vallauris (Alpes-Maritimes).

La commune de Vallauris (Alpes-Maritimes), au petit matin, à quelques kilomètres de Nice. Dans cette école en zone d’éducation prioritaire, une enseignante intervient spécialement pour renforcer l’apprentissage des mathématiques. Deux professeurs pour 18 élèves à peine et une nouvelle méthode. Manipuler des cubes pour mieux apprendre à compter, plus facile que sur les doigts pour trouver le résultat.

Passer du concret à l’abstrait

L’enseignante principale aussi s’est emparée de la méthode dite de Singapour. Elle explique une addition avec un schéma et elle voit déjà les premiers résultats. Même dispositif, même méthode, mais cette fois-ci Christel Alcade intervient en CE1. Ils sont passés du concret à l’abstrait. Dans la circonscription, tous les enseignants ont été formés à cette méthode, mais il faudra plusieurs années pour mesurer son efficacité.

Extrait de francetvinfo.fr du 06.12.16 : Éducation : les premières expériences de la méthode de Singapour+

Répondre à cet article