> INEGALITES SCOLAIRES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, OUVERTURE (...) > INEGALITES SCOLAIRES (Types de document) > Inégalités scolaires (Rapports officiels) > Le rapport annuel 2016 du CESE sur l’état de la France mesure la cohésion (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le rapport annuel 2016 du CESE sur l’état de la France mesure la cohésion sociale en s’appuyant sur 4 indicateurs, dont la pauvreté et le taux de sortie précoce du système scolaire

9 juillet 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le CESE a rendu son rapport annuel sur l’état de la France en 2016

Saisine(s) liée(s) : Rapport annuel sur l’état de la France en 2016 - Croire toujours en la France

Rapport présenté par M. Pierre-Antoine Gailly et M. Benedict Donnelly, au nom de la section de l’économie et des finances, présidée par Mme Hélène Fauvel.

Ce rapport part d’un constat : la nécessité de dépasser la seule analyse de l’évolution du PIB pour établir un diagnostic pertinent de l’état de la société française. Le CESE s’appuie sur les dix « nouveaux indicateurs de richesse » complémentaires au PIB retenus par le gouvernement. Ils permettent une observation plus fine, autour de trois enjeux majeurs : la cohésion sociale, la préparation de l’avenir et la qualité de vie.
1. La cohésion sociale mesurée par 4 indicateurs
- Les inégalités de revenus : elles se réduisent depuis 2013 grâce aux politiques fiscales et sociales menées depuis 1945.

- La pauvreté en conditions de vie  : elle affecte particulièrement les jeunes (18,6 % pour les 18-29 ans) contre 7,1 % pour les plus de 65 ans.
- Le taux d’emploi : celui des 15-64 ans s’établit à 64,3 % en 2014, il est dans la moyenne des pays européens. Celui des 15-24 ans (28,3 %) se dégrade légèrement.
- Le taux de sortie précoce du système scolaire : 9,5 % en France pour une moyenne européenne de 12 %, soit près d’un français sur dix âgés de 18 à 24 ans.
Ces scores sont dans la moyenne européenne et plutôt stable sur longue période. Le sentiment de perte de cohésion existe cependant dans notre pays. L’évolution de l’emploi depuis 2009 est sans doute un facteur majeur de ce qui précède. L’accès aux services publics se réduit alors que le numérique n’est pas encore accessible à tous. Les extrémismes progressent, comme un réflexe de repli sur soi.

Extrait de lecese.fr du 13.06.16 : Le CESE a rendu son rapport annuel sur l’état de la France en 2016

Répondre à cet article