> AGENDA > Archives Agenda 2016 > Le 1er juillet 2016 à Pierrefitte (Seine-Saint-Denis), une journée d’études (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le 1er juillet 2016 à Pierrefitte (Seine-Saint-Denis), une journée d’études (ouverte à tous) Paris 8 et Archives nationales, avec le soutien de l’OZP et de la Dgesco : "35 ans d’éducation prioritaire : histoire(s) et mémoire(s) pour demain"

27 mai 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Journée d’études Paris 8 et Archives nationales : "35 ans d’éducation prioritaire : histoire(s) et mémoire(s) pour demain"

Présentation et programme : dépliant en format PDF

 

MERCI de bien vouloir afficher

 

Le 1er juillet 1981, paraissait, sous la signature d’Alain Savary, la première circulaire fondatrice de la politique d’éducation prioritaire en France, politique qui se proposait de « contribuer à corriger l’inégalité sociale par le renforcement sélectif de l’action éducative dans les zones et les milieux sociaux où le taux d’échec scolaire est le plus
élevé » et, pour cela, de « subordonner l’augmentation des moyens à leur rendement escompté en termes de démocratisation de la formation scolaire ».

Trente-cinq ans plus tard, jour pour jour, le laboratoire CIRCEFT (équipes ESCOL et HEDUC) de l’Université Paris 8 Saint-Denis et le département Éducation, Culture et Affaires sociales des Archives nationales organisent une journée d’études
« 35 ans d’éducation prioritaire : histoire(s) et mémoire(s) pour demain ».

Cette journée s’inscrit dans le cadre d’un programme en cours concernant la politique d’éducation prioritaire, initié par le laboratoire CIRCEFT de l’Université Paris 8 en collaboration avec les Archives nationales. Ce programme, soutenu par l’Observatoire des zones prioritaires (OZP) et la Direction générale de l’Enseignement scolaire (DGESCO) du Ministère de l’Éducation nationale), vise à l’inventaire et au versement de fonds d’archives, publics ou privés, et à la réalisation d’un Guide des sources de l’éducation prioritaire en France, numérique, accessible en ligne gratuitement, et évolutif.

La journée d’études permettra d’entendre des communications de chercheurs et d’archivistes, mais aussi des témoignages et analyses d’acteurs ayant œuvré pour l’éducation prioritaire depuis trente-cinq ans.

Son objectif est double : d’une part aborder l’éducation prioritaire depuis un point de vue socio-historique et poser des jalons pour une meilleure connaissance de cette politique, de ses amonts et de ses évolutions ; d’autre part, développer et favoriser l’archivage de toutes les traces de cette politique, quels qu’en soient les supports (papier, numérique, audio-visuel), l’origine (institutionnelle ou personnelle) et le niveau (national, académique, départemental ou local).

Elle sera également l’occasion de lancer une campagne de collecte d’archives orales. Au-delà des ministres et membres des cabinets, la mise en œuvre et le fonctionnement des ZEP au quotidien a concerné de très nombreux acteurs aux
différents niveaux hiérarchiques : membres de la DGESCO, recteurs, chargés de mission, inspecteurs d’Académie, inspecteurs de circonscription, conseillers pédagogiques, coordonnateurs de ZEP, principaux, directeurs d’école, enseignants,
etc.

Cette journée, à laquelle s’associent le réseau CANOPE et le Centre Alain Savary (Institut français de l’éducation - ENS Lyon), est ouverte à tous les publics à tous ceux qui sont intéressés par cette politique ou y ont contribué, des origines
à aujourd’hui.

35 ans après la fondation de la politique d’éducation prioritaire, qui a concerné en moyenne 20 % des élèves de l’enseignement obligatoire, de quelle(s) mémoire(s) disposons-nous pour établir une histoire des ZEP et de leurs ancrages territoriaux, et pour en dessiner des perspectives pour demain ? Quelles collectes peut-on envisager dans l’avenir et selon quelles modalités ? Quelle place réserver aux témoignages des acteurs, quelle qu’ait été leur fonction ? Alors que le Ministère a depuis 2014 fait de la refondation de l’éducation prioritaire un de ses objectifs premiers, il s’agit pour nous de mieux connaître l’histoire de cette politique pour mieux aider les acteurs à penser et mettre en œuvre son avenir.

Inscriptions (gratuites) :
lydie.heurdier-deschamps@univ-paris8.fr
et/ou jean-yves.rochex@univ-paris8.fr

 

LIEU

ARCHIVES NATIONALES
Auditorium
59 rue Guynemer
à Pierrefitte (Seine-Saint-Denis)
métro ligne 13 : Saint-Denis Université

 

LE PROGRAMME

MATIN

09h10 Accueil

09h30 Mot d’accueil par la directrice des Archives nationales/ Allocution
d’ouverture par le/la président(e) de Paris 8

09h45 Présentation de la journée et introduction historique
par Lydie Heurdier et Jean-Yves Rochex

10h10 « De quelques souvenirs personnels de 35 ans
d’éducation prioritaire »
par Jean-Paul Delahaye

10h40 Débat

10h55 « De la difficulté à identifier les sources relatives à l’éducation
prioritaire dans l’Académie de Paris »
par Audrey Cesell i ;
« A la recherche des archives de l’éducation prioritaire dans
l’académie de Rouen : un vrai jeu de piste ! »
par Priscille Burette

11h15 « Le bureau chargé de l’éducation prioritaire
au sein de l’administration centrale :
évolution, influence, moyens d’action »
par Anny Aline et Marc Bablet

11h35 « Animer, former ou piloter les ZEP :
les CAREP au milieu des années 2000 »
par Philipp e Bongrand

``11h55 Débat

12h10 Déjeuner libre

APRÉS-MIDI
Président de séance : Dominique Glasman
14h00 « L’archivage au niveau national des politiques d’éducation prioritaire »
par Emm anuelle Giry et Fabien Oppermann

14h20 « Depuis 1981, tout le monde parle de la carte des ZEP,
mais où sont les cartes ? »
par Lydie Heurdier et Mathias Gardet

14h40 « Le site de l’OZP et l’archivage numérique »
par Jean-Paul Tauvel

15h00 Débat

15h20 « L’éducation prioritaire vue des Cahiers pédagogiques »
par Xavier Riondet

15h40 « Histoire des ZEP et sources oralews. Méthodes, postures, axes de
collecte » par Florence Descamps ;
Comme n’importe quel élève »,
projection d’extraits de l’interview filmée d’Alain Bourgarel

16h10 Conclusion synthèse de la journée
par Anne-Marie Chartier et Dominique Glasman

&nbsp,

Voir les comptes rendus de la Journée d’études Paris 8 /Archives Nationales

Répondre à cet article