> 5 - TYPES DE DOCUMENTS : Annuaires, Textes et Rapports officiels, (...) > RAPPORTS OFFICIELS > Rapports des Inspections générales > Un rapport des inspections générales sur le traitement de la grande (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un rapport des inspections générales sur le traitement de la grande difficulté dans le primaire et au collège

14 janvier 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

Attendu depuis des mois, le rapport sur "le traitement de la grande difficulté au cours de la scolarité obligatoire", rédigé par les inspecteurs généraux Jean-Pierre Delaubier et Gérard Saurat, demande la réorganisation des Rased au primaire et du collège dans le secondaire. Publié tardivement, il interfère avec les discussions menées en ce moment sur les métiers enseignants. Et encourage un retour à un pilotage renforcé des dispositifs d’aide.

[...]

Un collège à reconstruire
Aussi le rapport demande une réorganisation en profondeur du collège. Pour les auteurs, il faut " introduire des souplesses horaires permettant une réelle personnalisation des parcours... Les besoins des élèves les plus en difficulté ne peuvent trouver réponse seulement à travers un emploi du temps hebdomadaire fixe et commun à tous, établi en fonction de programmes annuels avec pour principale variable une offre optionnelle essentiellement limitée aux langues. Aucun parcours personnalisé ne peut être établi dans ce cadre...

Il serait vain de parler de personnalisation si l’emploi du temps ne comporte pas une partie variable (de 20 à 30 %) permettant à chacun (en grande difficulté ou non) de bénéficier d’un itinéraire correspondant à ses besoins et à ses aspirations.
De même, à cette souplesse horaire devrait s’ajouter une organisation différente des programmes (comme le prévoit l’article 35 de la loi du 8 juillet 2013) permettant de construire de la cinquième à la troisième (la sixième ayant un statut particulier) des progressions différenciées, conçues sur les trois années composant le cycle en fonction des objectifs terminaux posés dans le cadre du socle commun".

Le rapport veut aussi changer l’encadrement des élèves. Il faut aux élèves en difficulté un tuteur mais aussi "diminuer le nombre de professeurs intervenant au cours d’une même semaine (distribution horaire semestrielle ou par période, généralisation de l’enseignement intégré des sciences et de la technologie (EIST), développement d’une organisation par projet pour une partie des heures, etc.) ; d’autre part, établir les conditions d’un travail pédagogique commun autour des élèves en situation de grande difficulté : assumer ces situations suppose de passer un peu de temps pour concevoir ensemble les stratégies les mieux adaptées". C’est donc bien une refonte du collège que vise principalement ce rapport.

Extrait de cafepedagogique.net du 13.01.14 : Grande difficulté scolaire : Un rapport de l’Inspection veut changer les Rased et le collège

Le rapport

 

Extrait page 128
"La deuxième caractéristique des projets académiques est de traiter de la mise en lien de la politique éducative avec le territoire : l’émergence de la grande difficulté est souvent confondue avec la géographie de l’éducation prioritaire.
C’est dans les académies où le poids de l’éducation prioritaire est important que le traitement de la grande difficulté fait l’objet d’un développement particulier. Ailleurs il
arrive que le projet académique n’en fasse aucune mention. Il y a ainsi un paradoxe à afficher la préoccupation d’une réussite de chaque élève et de considérer que parce que le territoire ne connaît pas de « poches » de grande difficulté sociale et scolaire, le traitement du problème est renvoyé aux conditions locales d’enseignement"

.

 

Consulter l’analyse d’Anthony Lozac’h sur le blog "Ecole de demain" :
"Grande difficulté" scolaire : de quoi et de qui parle-t-on ?

Répondre à cet article