> TYPES DE DOCUMENTS : Textes et Rapports officiels, Etudes, Déclarations (...) > DECLARATIONS GOUVERNEMENTALES > Vincent Peillon précise les premières mesures pour la réforme des métiers dans (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Vincent Peillon précise les premières mesures pour la réforme des métiers dans l’éducation prioritaire. Les décharges s’appliqueront à une centaine de réseaux à la rentrée 2014.

12 décembre 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif du 12.12.13
Les premières réactions syndicales

Le SNALC-FGAF acte positivement toutes les mesures annoncées ce matin par le ministre concernant les professeurs du premier et du second degrés. Il se félicite tout particulièrement des mesures concernant la reconnaissance du métier de directeur d’école, le maintien de la pondération annoncée pour les professeurs d’éducation prioritaire exerçant dans les établissements les plus difficiles et la création d’une mission de professeur formateur pour les enseignants du secondaire (avec une décharge de service que les interventions du SNALC-FGAF ont contribué à augmenter) : toutes ces avancées correspondent à des propositions qu’il a faites, souvent depuis fort longtemps.

Extrait de snalc.fr du 12.12.13 : Métier de professeur : le SNALC satisfait

 

D’autres points restent en débat :
[...] La pondération « Éducation prioritaire » doit concerner un nombre significatif de collègues qui exercent dans des conditions difficiles. Le SE-Unsa ne peut se contenter d’une définition trop restrictive des établissements « les plus sensibles »

Extrait de se-unsa.org du 12.12.13 : Métier Enseignant du second degré : les annonces de V. Peillon

 

Le dossier sur le site du MEN
Détail des mesures actées
Dossier "Premières décisions sur l’évolution des métiers de l’éducation nationale"

Professeurs des écoles
[...] les principales Décisions➜
Améliorer les conditions d’exercice des enseignants intervenant dans les écoles relevant des réseaux d’éducation prioritaire considérés comme les plus sensibles par l’octroi d’un allègement des obligations réglementaires de service d’enseignement et d’un régime indemnitaire plus favorable.

[[Enseignants du second degré
Améliorer les conditions d’exercice en éducation prioritaire
- Les enseignants qui exercent dans les collèges les plus difficiles de l’éducation prioritaire bénéficieront d’heures dégagées pour le suivi des élèves et pour le travail en équipe.
- Ce temps sera dégagé grâce à l’introduction d’une pondération des heures d’enseignement : 1 heure effectuée vaudra 1,1 heure, dans les établissements concernés

[...]
Des professeurs formateurs, l’éducation prioritaire

Dans le second degré, le travail n’est pas achevé, mais est d’ores et déjà actée la création de "professeurs formateurs académiques", qui bénéficieront de décharges de 3, 6 ou 9 h (soit l’équivalent de 2 000 ETP) pour participer à la formation de leurs collègues, comme le font déjà les maîtres formateurs dans le 1er degré. Est également précisé le sens de la création de 4 000 postes dans les collèges. Ils sont réservés aux collèges publics, et ils seront affectés en 2015 quand les nouveaux programmes arriveront en 5ème, en 2016 quand ils arriveront en 4ème, en 2017 quand ils arriveront en 6ème et en 3ème. Leur répartition est indépendante de la géographie prioritaire.

En ce qui concerne l’éducation prioritaire, se trouve également acté le principe d’une heure 10 pour 1h de cours (un enseignant qui "doit" 18 h et qui en fait 17 sera considéré comme ayant fait ses 18 h et il touchera 70% d’une heure supplémentaire). Il s’appliquera à la rentrée 2014 dans une centaine de réseaux (à chaque fois un collège et les écoles élémentaires et maternelles de son secteur). La montée en régime se fera sur plusieurs années et le principe a vocation à s’appliquer à l’ensemble des établissements et écoles relevant de l’éducation prioritaire. D’autres mesures sont encore en discussion. Le ministre estime à 300 le nombre des réseaux qui sont "les plus en difficulté" et pour lesquels il faudra faire "encore plus", sans rien ôter aux autres, même si la géographie est susceptible d’évoluer. L’octroi de ces moyens s’accompagnera d’un "cahier des charges" en cours "de finalisation".

Extrait du site de ToutEduc du 12.12.2013 : V Peillon annonce ses premières mesures pour la réforme des métiers de l’enseignement et dissocie "prépas" et "ZEP"

 

Les professeurs des écoles dans le prioritaire
Le ministre a confirmé que les professeurs des écoles exerçant dans l’enseignement prioritaire bénéficieraient de la majoration de 1,1 heure pour chaque heure de cours. Cela concernera dès la rentrée 2014 une centaine de réseaux. Ce sera ensuite étendu à 300 autres réseaux. Concrètement cela aboutira à décharger une demi journée par semaine les enseignants pour qu’ils puissent travailler en équipe. Au ministère on affirme que l’application concrète de cette mesure est encore à l’étude. Il semble, selon d’autres sources, que le ministère envisage d’affecter environ 300 postes de remplaçants pour permettre cet exercice.

Extrait de cafepedagogique.net du 13.12.13 : Primaire : des avancées sur le prioritaire, les directeurs et les Rased

 

Vincent Peillon a lancé fin novembre 13 chan­tiers sur l’évolution des dif­fé­rents métiers de l’Education natio­nale. Les pre­mières mesures visent en par­ti­cu­lier l’éducation prio­ri­taire et les direc­teurs d’école

[...] Pour l’éduca­tion prio­ri­taire, le ministre de l’Education natio­nale a "acté" le prin­cipe d’une pon­dé­ra­tion du temps de ser­vice de 1,1 (1h en classe sera consi­dé­rée comme 1,1h, soit une décharge d’1h30 à 2h par semaine dans le secon­daire). Les ensei­gnants en zone d’éducation prio­ri­taire béné­fi­ciaient déjà d’une indem­nité, mais d’aucune décharge horaire. Cette mesure mise en place dans "100 réseaux" d’éducation prio­ri­taire "les plus en dif­fi­culté" dès la ren­trée 2014, sera pro­gres­si­ve­ment éten­due à quelque 300 réseaux.

Extrait de vousnousils.fr du 12.12.13 : Décharges et indemnités en hausse : premières évolutions des métiers de l’éducationale

 

Voir aussi dans leparisien.fr du 12.12.13
1) « Pourquoi il faut réviser la carte de l’éducation prioritaire » avec le sous titre : »Les inégalités se creusent à l’école, Vincent Peillon présente ce matin une première mesure pour les collèges en difficulté » et avec un tableau : La succession des dispositifs
2) « Le collège Gérard Philipe pourrait perdre son label »

Répondre à cet article

3 Messages de forum